Aller au contenu principal

Restauration collective : Régions et Départements demandent de mettre au menu les produits agricoles français dans une lettre à Gabriel Attal

Au salon de l’Agriculture, les Régions et Départements de France ont rappelé qu’ils étaient le premier partenaire local des agriculteurs pour défendre la souveraineté alimentaire nationale. C’est dans ce sens qu’un courrier adressé au Premier ministre demande que la restauration collective repose sur des produits agricoles français.

soutien agriculteurs
Carole Delga (au centre) et Loïg Chesnais-Girard, président de la Commission Agriculture, alimentation, forêt et pêche de Régions de France, président du Conseil régional de Bretagne, demandent que la restauration publique bénéficie de la qualité des productions françaises et qu’elle soit aussi un soutien pour le revenu des agriculteurs.
© Compte Twitter Régions de France

Dans un souci de simplification et d’efficacité au bénéfice des agriculteurs, État et Régions se sont accordés, sur la programmation 2023-2027, sur une répartition visant à bien associer « responsabilités » et  « moyens d’action ». Ainsi, l’État est désormais autorité de gestion des mesures dites « surfaciques » (agroenvironnement,  agriculture biologique, zones agricoles défavorisées…), les Régions ont la responsabilité des mesures dites « non surfaciques » (installation, modernisation et diversification des exploitations, transition et protection des races menacées, apiculture, industries agroalimentaires, forêt, LEADER…).

Lire aussi : MAEC 2023 : une forte diversité selon les régions

 

Les Régions en première ligne pour renforcer la souveraineté alimentaire

Cette responsabilité s’est accompagnée d’un transfert de moyens, plaçant les Régions en première ligne pour renforcer la souveraineté alimentaire des territoires, tout en maintenant le cap de la transformation agroécologique. Pour ce faire, les Régions disposent d’une enveloppe annuelle minimale de 700 M€ par an sur l’ensemble de la programmation et du transfert annuel annoncé d’une enveloppe de 100 M€ de crédits de l’État. À cela, il faut ajouter la gestion d’une partie du FEAMPA à hauteur de 30 M€ par an environ pour  le soutien spécifique aux filières de la pêche et de l’aquaculture.

 

 

 

Quelles mesures non surfaciques ?

Pour la période de programmation 2023-2027, les Régions géreront les mesures dites non surfaciques du second pilier de la PAC, c’est-à-dire en particulier : 

• les aides à l’installation des agriculteurs ;

• le soutien aux investissements agricoles,  agro-alimentaires et forestiers ; 

• les mesures forfaitaires de soutien à la transition agroécologique et de protection des races menacées et apiculture ;

• le programme LEADER (Liaison entre action de développement de l'économie rurale) ; 

• des dispositifs de soutien à la coopération territoriale

 

Les agriculteurs doivent pouvoir vivre de leur travail

Afin de montrer tout leur soutien aux agriculteurs français et pour demander à ce que ces derniers puissent vivre de leur travail, Carole Delga, présidente des Régions de France et François Sauvadet, président de l’Assemblée des Départements de France, ont adressé un courrier au Premier ministre. Dans cette lettre, ils écrivent que les subventions agricoles « ne doivent pas entretenir une économie de dépendance, dans laquelle les exploitants peinent à survivre grâce aux aides publiques face à des situations de concurrence déloyale dans l’organisation de nos marchés ». Les deux signataires demandent que  « la restauration publique bénéficie enfin de la qualité des productions françaises et qu’elle soit aussi un soutien pour le revenu de nos agriculteurs ».

« Lever les freins qui entretiennent un système injustifiable »

« La crise agricole impose d’agir vite pour lever les freins qui entretiennent un système aujourd’hui injustifiable » estiment les auteurs du courrier. Le premier frein est celui du code de la commande publique pour les pouvoirs adjudicateurs. Ils demandent l’adaptation du droit national et la mobilisation de tous les outils à notre pour que les achats publics de produits agricoles deviennent un instrument de la souveraineté alimentaire et de la juste rémunération des agriculteurs.

Le second frein identifié par les signataires est celui de la carence de la décision publique. Pour y remédier, ils suggèrent de « mettre en cohérence l’exercice de la compétence et celui de l’autorité de la décision en confiant aux collectivités territoriales compétentes pour le service public de la restauration scolaire l’autorité hiérarchique sur les gestionnaires ».

Lire aussi : Egalim : les 3 contraintes supplémentaires en restauration collective

 

Des groupements d’achat « souvent déconnectés de leur territoire »

Le troisième frein est celui de la multiplicité des groupements d’achat « développant des circuits d’approvisionnement souvent déconnectés de leur territoire » selon Carole Delga et François Sauvadet . Pour eux, « Ces pratiques doivent être mises en cohérence par les collectivités investies de l’autorité de contrôle ou de la compétence, dans un cadre règlementaire renforcé, afin que celles-ci puissent garantir une plus grande convergence des pratiques, au profit des productions agricoles locales, régionales et nationales ».

Les plus lus

Tracteur embourbé dans un champs  lors d'une opération de taille de haie
Taille des haies : quels départements appliquent la dérogation jusqu’au 15 avril ?

Le ministère de l’Agriculture a annoncé le 15 mars la mobilisation de la procédure de la force majeure. Plusieurs départements…

Océane Balland, jeune agricultrice, avec un veau charolais
Océane Balland, 21 ans, agricultrice : « je travaille 70 à 80 heures par semaine pour un revenu de 1500 euros »

Océane Balland, 21 ans, fille et petite-fille d'agriculteur, a repris la ferme familiale en Haute-Saône à 100% fin 2023.…

tracteur accidenté au bord de la route
Victime de plusieurs accidents du travail, cet agriculteur n’aura pas droit à une rente, confirme la Cour de cassation

Un agriculteur accidenté ou victime d’une maladie professionnelle n’a pas forcément droit à une rente, selon une récente…

Brûlage de boie de haie
Brûler les déchets verts : quelles règles pour les agriculteurs ?

Contrairement aux particuliers, les agriculteurs ne sont pas soumis à une stricte interdiction de brûler les déchets verts (…

Session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité aux sujets agricoles dans la Somme.
Désarmer la police de l’environnement dans les fermes ? Pourquoi l’OFB dit non !

La direction de l’Office français de la biodiversité s’oppose fermement au désarmement de ses agents lors du contrôle dans les…

Jachère fleurie devant un champ de maïs et une rampe d'irrigation.
Jachère, rotation des cultures, couverture des sols : vers un allégement de la conditionnalité des aides PAC

La Commission européenne a proposé le 15 mars plusieurs mesures visant à simplifier la conditionnalité des aides de la…

Publicité