Aller au contenu principal
Font Size

Vers des élevages de porcs plus autonomes en protéines

Le programme SOS Protein (1) lancé par les régions Bretagne et Pays de la Loire a pour objectif de limiter la dépendance des élevages de l’Ouest de la France aux importations de protéines.

L'un des objectifs du plan d'action SOS Protein est de maximiser la part des protéines locales dans l'alimentation des porcs. © gutner  archive
L'un des objectifs du plan d'action SOS Protein est de maximiser la part des protéines locales dans l'alimentation des porcs.
© gutner archive

Les élevages français consomment chaque année 15 millions de tonnes (MT) de matières azotées totales (MAT). La France en produit environ 90 % : 9 MT sous forme de fourrages, 4,3 MT sous forme de céréales et 0,2 MT sous forme d’oléoprotéagineux. Les importations représentent donc 1,5 MT de MAT par an, notamment sous forme de colza, soja ou tournesol, équivalant à 3 millions d’hectares en Argentine, Brésil, Chine, États-Unis et Ukraine. La Bretagne et les Pays de la Loire sont des régions d’élevage déficitaires en protéines. À elles deux, elles représentent 75 % des porcs engraissés, 57 % de l’effectif de volailles, 38 % des livraisons de lait et 29 % de la viande bovine. Mais les ressources régionales sont limitées : les cultures des deux régions représentent seulement 13 % de la SAU française (4 millions d’hectares), et 7 % de la production nationale de protéines. Le plan d’action SOS Protein lancé par les régions Bretagne et Pays de la Loire est construit autour de quatre projets de recherche et d’expérimentation :

Sécuriser les cultures de pois, lupin, féverole (Prograilive) ;
Produire des fourrages riches en protéines (4Ageprod) ;
Optimiser l’utilisation digestive de la fraction azotée par les monogastriques et les ruminants (DY +) ;
Évaluer l’impact territorial de différentes stratégies d’amélioration de l’autonomie protéique (Terunic).

L’objectif est de produire des connaissances utiles aux éleveurs pour limiter leur dépendance aux importations de protéines végétales. En filière porcine, les travaux concernent deux pistes d’amélioration complémentaires : maximiser la part des protéines locales dans l’alimentation des porcs et améliorer l’efficacité protéique, c’est-à-dire réduire la quantité de protéines consommées pour produire chaque kilo de carcasse.

Ce dossier technique aborde les principaux résultats obtenus. Les chambres d’agriculture de Bretagne et des Pays de la Loire ont évalué dans le projet Terunic la part des protéines locales dans les aliments à l’aide d’un outil de calcul de l’autonomie protéique développé pour l’occasion (outil Devautop). Des diagnostics d’autonomie protéique ont été réalisés à l’aide de cet outil dans 20 fermes porcines pilotes des deux régions pour caractériser les leviers d’amélioration mis en œuvre par les éleveurs.

Pour améliorer l’efficacité protéique, deux voies complémentaires ont aussi été explorées dans le projet Dy + Pig. La première consiste à améliorer la digestibilité des protéines par des traitements technologiques, comme la granulation. La seconde vise à mieux ajuster les apports de protéines aux besoins des porcs charcutiers en jouant par exemple sur le nombre de repas par jour ou le nombre de phases alimentaires en engraissement (conduite multiphase).

(1) SOS Protéin a fait l’objet d’un financement régional via le programme PEI-Feader des deux régions. Il implique plus de 80 partenaires de l’Ouest de la France : organismes professionnels agricoles, organismes de recherche et de formation, instituts techniques, acteurs économiques.

Utiliser les protéines locales et améliorer l’efficacité protéique

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)