Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une restructuration guidée par le gain de temps

Au Gaec Binard à Gaël, en Ille-et-Vilaine, la refonte de la FAF et le nouveau bâtiment post-sevrage et engraissement répondent aux souhaits des associés de créer un outil simple et peu gourmand en temps de travail.

La porte ouverte, organisée le 18 mai dernier, au Gaec Binard a été l’occasion de découvrir un ensemble de 2 400 places de post-sevrage et de 600 places d’engraissement neuf en remplacement de bâtiments existants, et une fabrique d’aliment à la ferme simplifiée conçue pour fonctionner uniquement avec trois matières premières et des complémentaires. « Nous ne voulions plus de FAF intégrale, qui nécessite beaucoup de temps aussi bien pour les achats de matières premières que pour la fabrication », estime Yoann Binard, l’un des trois associés du Gaec. « Aujourd’hui, le coût d’une formule contenant un complémentaire est identique au même aliment fabriqué avec un CMV et des tourteaux. Un fabricant d’aliments industriel a généralement une meilleure couverture protéique qu’un éleveur. »

La FAF du Gaec Binard a la particularité d’alimenter à la fois une machine à soupe pour l’engraissement, et une mélangeuse semi-verticale permettant la fabrication et la distribution à sec en post-sevrage d’un aliment contenant du maïs humide. Le blé produit sur l’exploitation est stocké dans un silo tour en béton. L’orge est dans une cellule extérieure métallique. Ces deux céréales sont prébroyées au fur et à mesure des besoins. Elles sont stockées dans des silos toiles en attendant d’être utilisées. Le maïs humide est broyé à la récolte et stocké dans des silos couloirs. Il est introduit quotidiennement au godet dans un raidler qui alimente la mélangeuse semi-verticale. « Avec ce matériel, on peut incorporer jusqu’à 50 % de maïs humide dans la ration, un taux largement suffisant pour des formules d’aliment 2e âge et nourrain », soutient Patrick Berthaud, technico-commercial Skiold Acemo. Une soufflerie assure le cheminement de l’aliment fini vers les salles de post-sevrage sans risque de colmatage. La gestion des quantités d’aliments distribués et de leur composition est de type multiphase, à l’échelle du nourrisseur. De petites quantités (ex : aliment premier âge) peuvent être distribuées grâce à la présence d’une petite trémie positionnée sur le châssis peseur de la mélangeuse semi-horizontale. « Avec ce matériel, on a les avantages de la machine à soupe sans sa complexité et son niveau d’entretien », justifie l’éleveur.

L’alimentation des porcs charcutiers se fait classiquement sous forme liquide, avec deux cuves qui servent alternativement pour la fabrication et pour la distribution. Le maïs humide est préparé dans une cuve de présoupe.

Des salles faciles à nettoyer

La simplicité au quotidien se retrouve également dans le choix du type de bâtiment. « Nous avons choisi un bâtiment Isotek de chez I-Tek pour sa rapidité de construction, et le gain de temps de travail qu’il permet. » Yoann Binard met en avant sa facilité de nettoyage, « aussi bien grâce aux matériaux plastiques utilisés pour les cloisons que par sa conception : un plafond plein permis par la ventilation exatop est plus facile à laver qu’un plafond perforé ». La ventilation centralisée a été retenue pour pouvoir installer un laveur d’air. Julien Norée, le directeur d’I-Tek solutions, met aussi en avant l’étanchéité de ce bâtiment, grâce à sa conception. « La charpente porteuse métallique permet de concevoir des salles à l’image d’un caisson, étanche à l’eau et à l’air, ce qui optimise l’efficacité d’une ventilation en surpression. Des tests récents réalisés par un organisme indépendant démontrent qu’un bâtiment Isotek est beaucoup plus étanche qu’un bâtiment en béton. »

Ce bâtiment, qui fera 162 mètres de long quand une seconde tranche de 2 100 places d’engraissement aura été construite, a aussi la particularité d’avoir une toiture avec 25 % de pente, au lieu de 15 % habituellement pour un bâtiment Isotek type, afin d’y poser des panneaux photovoltaïques. Son coût est de 300 euros la place (post-sevrage et engraissements confondus), un montant qui inclut les installations de fabrication d’aliment au prorata du nombre de places.

Les fournisseurs

Étude du projet : Aveltis
Bâtiment Isotek : I-Tek
Maçonnerie : Norée
Terrassement : Pompeï
Sols : Fournier
Équipements (soupe, distribution sèche avec maïs humide, ventilation) : Skiold Acemo
Montage : Émeraude Élevage Équipement
En chiffres

Gaec Binard à Gaël (Ille-et-Vilaine)

3 associés : Marie-Agnès, Jean-Marc et Yoann Binard + deux salariés
677 truies et 42 cochettes (site de Montaigu, Morbihan)
2 440 places de post-sevrage
3 900 places d’engraissement (site La Noë, Ille-et-Vilaine)
238 hectares de SAU
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les risques pour la santé sont indiqués sur les étiquettes de tous les produits présents sur l'élevage. © Chambre d'agriculture de ...
Bien identifier les produits chimiques en élevage pour mieux s’en protéger
À la station de Crécom, 38 produits utilisés sur 81 présents sont classés comme dangereux pour la santé humaine. Les identifier…
Michel Bloc'h, président de l'UGPVB, entouré de Philippe Bizien (CRP), Guillaume Roué (Inaporc), Jacques Crolais, directeur et Bernard Rouxel, vice président. « Le projet de Pac 2021-2027 semble vouloir donner plus de pouvoir de marché aux agriculteurs. » © F. Jourdain
L’UGPVB veut une Pac de projets
L’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne souhaite que les organisations de producteurs de viande puissent…
Sébastien Brizhoual, président de Cochon de Bretagne. « Notre but est d'aller chercher une meilleure valorisation. » © F. Jourdain
Cochon de Bretagne veut monter en gamme

La marque d’éleveurs Cochon de Bretagne vient d’auditer l’ensemble de ses 394 producteurs adhérents de sept groupements…

 © D. Poilvet
Un gradient de solutions pour le bien-être en élevage
L’Ifip a recensé les différentes formes que revêt le bien-être animal. Il a également évalué les conséquences sanitaires.
Un point d'eau supplémentaire permet aux porcs de s'abreuver quand ils le souhaitent, en période de forte chaleur par exemple. © D. Poilvet
De l’eau en permanence pour tous les porcs
La réglementation bien-être impose désormais un accès permanent à l’eau fraîche pour tous les porcs. Pour une alimentation à la…
L'acide sulfurique est stocké dans une cuve (à gauche). Il est mélangé au lisier dans une fosse enterrée en béton jusqu'à un pH de 5,5 (procédé développé par la société danoise JH Agro) © JH Agro
Les danois réduisent les émissions d’ammoniac grâce à l’acidification du lisier des porcs
20 % du lisier produit au Danemark est acidifié pour limiter les émissions d’ammoniac. Les Danois commencent à avoir du recul…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)