Aller au contenu principal

Un programme alimentaire adapté pour sevrer les porcelets à 21 jours

Lors d’un essai réalisé par l’Ifip, les porcelets sevrés à 21 jours d’âge n’ont pas déclenché plus de diarrhée que ceux sevrés à 28 jours d’âge grâce à un programme alimentaire adapté.

Avec une conduite alimentaire sécurisée le sevrage 21 jours n’augmente pas la prévalence des diarrhées.
Avec une conduite alimentaire sécurisée le sevrage 21 jours n’augmente pas la prévalence des diarrhées.
© D. Poilvet

Au cours d’un essai réalisé à la station expérimentale de l’Ifip à Romillé, Ille-et-Vilaine, comparant la santé digestive de porcelets selon leur âge au sevrage, les animaux sevrés à 21 jours d’âge ont déclenché des diarrhées sept jours après les porcelets sevrés à 28 jours d’âge (14 jours après sevrage au lieu de 7 jours). La première semaine de post-sevrage l’utilisation d’un aliment starter ainsi qu’éventuellement un niveau de consommation d’aliment inférieur semblent efficaces pour limiter l’apparition des diarrhées des animaux sevrés à 21 jours. L’aliment starter est plus sécurisé que l’aliment premier âge avec l’incorporation privilégiée de concentrés de protéines. Il contient ainsi moins de tourteaux de soja. Par ailleurs, l’apport d’énergie par les céréales se fait par incorporation de céréales ayant subi un traitement technologique (extrusion) qui permet d’améliorer la digestibilité de l’amidon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

L'UGPVB demande un plan Covid 19 pour les éleveurs de porcs
L'UGPVB demande la mise en place d'un plan de soutien pour le secteur porcin, à la hauteur des moyens mis en oeuvre dans les…
L'affaiblissement des flux à l'export devrait se poursuivre dans les prochains mois.
Le repli du prix du porc va persister
Le recul du cours du porc se poursuivra cet hiver, dans un contexte de prix élevés des matières premières et des énergies et des…
Mickaël et Isabelle Belloeil, éleveurs dans les Côtes-d'Armor. «Après avoir été multiplicateurs pendant 20 ans, nous voulions nous orienter vers un débouché qui amène une plus-value tout en valorisant le bon statut sanitaire de l’élevage.»
Une maternité liberté pour répondre aux attentes sociétales
Isabelle et Mickaël Belloeil se sont équipés d’une maternité dotée de cases mise bas bien-être. Engagés dans la démarche…
Le biogaz est produit dans le digesteur et post-digesteur de 1 050 m3 chacun.
Une nouvelle organisation de l'exploitation porcine avec la méthanisation
Une unité de méthanisation, ce n’est pas juste un atelier qui s’ajoute sur la ferme. Chez Damien et Jordan Pruvot installés à…
Les éleveurs de porcs mobilisés à St Brieuc pour demander de l’aide aux pouvoirs publics

De nombreux éleveurs de porcs et des salariés des entreprises de la filière se sont retrouvés ce jeudi 20 janvier en fin de…

Rémi Cambon avec  sa compagne, Béatrice Rouquier. «J’ai toujours voulu m’installer, élever des cochons. Mais quand mon père travaillait, il n’y avait pas de place pour deux.»
« C’est un plaisir de travailler pour soi quand on s'installe en production porcine»
Rémi Cambon a réalisé son rêve. Il a attendu 10 ans pour reprendre et développer l’élevage de ses parents à Junhiac, dans le sud…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)