Aller au contenu principal

Un programme alimentaire adapté pour sevrer les porcelets à 21 jours

Lors d’un essai réalisé par l’Ifip, les porcelets sevrés à 21 jours d’âge n’ont pas déclenché plus de diarrhée que ceux sevrés à 28 jours d’âge grâce à un programme alimentaire adapté.

Avec une conduite alimentaire sécurisée le sevrage 21 jours n’augmente pas la prévalence des diarrhées.
Avec une conduite alimentaire sécurisée le sevrage 21 jours n’augmente pas la prévalence des diarrhées.
© D. Poilvet

Au cours d’un essai réalisé à la station expérimentale de l’Ifip à Romillé, Ille-et-Vilaine, comparant la santé digestive de porcelets selon leur âge au sevrage, les animaux sevrés à 21 jours d’âge ont déclenché des diarrhées sept jours après les porcelets sevrés à 28 jours d’âge (14 jours après sevrage au lieu de 7 jours). La première semaine de post-sevrage l’utilisation d’un aliment starter ainsi qu’éventuellement un niveau de consommation d’aliment inférieur semblent efficaces pour limiter l’apparition des diarrhées des animaux sevrés à 21 jours. L’aliment starter est plus sécurisé que l’aliment premier âge avec l’incorporation privilégiée de concentrés de protéines. Il contient ainsi moins de tourteaux de soja. Par ailleurs, l’apport d’énergie par les céréales se fait par incorporation de céréales ayant subi un traitement technologique (extrusion) qui permet d’améliorer la digestibilité de l’amidon. Enfin, un apport légèrement plus élevé de lactose est réalisé dans cet aliment. Ce résultat confirme la pertinence des avancées techniques en matière de formulation qui permettent de prendre en compte la moindre maturité du tube digestif et ainsi limiter le risque de diarrhée.

 

 
Un programme alimentaire adapté pour sevrer les porcelets à 21 jours
En revanche sept jours après le début de la consommation d’aliment premier âge, les porcelets sevrés à 21 jours ont présenté une fréquence de diarrhée similaire à celle observée chez les animaux sevrés à 28 jours sept jours après sevrage. Au final, sur la période du post-sevrage, le pourcentage de porcelets ayant de la diarrhée ne diffère pas selon l’âge au sevrage. Cette prévalence élevée de diarrhées dans les deux groupes montre que les seuls choix de formulation des aliments n’ont pas permis d’assurer la santé digestive.

 

Entre le sevrage et 70 jours d’âge, la vitesse de croissance plus élevée des porcelets sevrés à 21 jours d’âge leur permet de compenser l’écart de poids initial pour atteindre le même poids que les porcelets sevrés à 28 jours d’âge (25,7 kilos à 67 jours d’âge), avec un indice de consommation comparable. Ainsi il est possible d’obtenir des caractéristiques identiques à l’entrée en engraissement mais au prix d’une conduite alimentaire plus élaborée.

+46 €/truie/an avec un sevrage à 21 jours

L’analyse économique est en faveur du sevrage à 21 jours, avec un écart de marge annuel de 46 euros par truie (+3,4 %). En sevrant plus précocement les porcelets, les charges sont supérieures en aliment, renouvellement et IA (+6 %). Mais le nombre de porcs produits augmente de 5 % (+ 1 porc produit par truie présente et par an). La pratique du sevrage à 21 jours répond à des contraintes d’organisation, d’adéquation de la chaîne de bâtiments et à des contraintes économiques. Soulignons cependant que la directive européenne 2008/120/CE établissant les normes minimales relatives à la protection des porcs recommande « qu’aucun porcelet ne soit séparé de sa mère avant d’avoir atteint l’âge de 28 jours, sauf si le non-sevrage est préjudiciable au bien-être ou à la santé de la truie ou du porcelet ».

Étude financée par le plan Ecoantibio

À retenir :

Avec une conduite alimentaire sécurisée le sevrage 21 jours n’augmente pas la prévalence des diarrhées.
La vitesse de croissance des porcelets sevrés à 21 jours d’âge leur permet de compenser leur écart de poids initial.
L’analyse économique est en faveur du sevrage à 21 jours grâce à une productivité des truies supérieure.

Les plus lus

, avec Anita et Sylvain Lohier, avec Christophe Hue, technicien bâtiment Eureden (à gauche). "Ces investissements vont permettre d’augmenter l'autonomie de l'élevage en ...
« Avec notre nouveau bâtiment d’engraissement et son silo tour, nous renforçons l’autonomie de notre élevage de porcs »

Anita et Sylvain Lohier ont investi dans un bâtiment pour engraisser tous les porcelets issus de leur atelier naissage. Une…

Thierry Dauger, Mathieu Pouteix (au centre), avec  Philippe Chanteloube, directeur de Cirhyo. « Le choix de l’agrandissement assure un système durable dans le temps. »
« Nous avons rénové et agrandi notre atelier porcin pour anticiper l’avenir »

Dans la Creuse, les associés du Gaec Le Breuil ont investi dans la rénovation et l’agrandissement de leur atelier porcin afin…

Patrice Aoustin, éleveur à Mézière-sur-Couesnon, a fait installer la vidéosurveillance pour gagner en tranquillité d'esprit.
« Avec les caméras, je suis prévenu en cas d’intrusion dans mon élevage de porcs »

Pour surveiller son élevage porcin, Patrice Aoustin a installé un dispositif de vidéoprotection. Des caméras intelligentes et…

porcs bio sur paille
Porc mâle entier : comment minimiser le risque d'odeurs en engraissement sur paille?

Le projet Farinelli établit des recommandations pour l’élevage de porcs mâles entiers en bâtiments alternatifs afin de…

(archives)
Installations en élevage : Le porc attire toujours des jeunes

Les statistiques publiées par la Mutualité sociale agricole (MSA) pour l’année 2022 révèlent une stabilité des installations d…

Les porcelets préfèrent la luzerne à un matériau manipulable
La luzerne limite la caudophagie chez les porcelets

La distribution d’une balle de luzerne déshydratée dans un râtelier à des porcelets en post-sevrage est un moyen efficace pour…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)