Aller au contenu principal

[VIDEO] ThermiPig simule les performances des porcs selon le climat

L’Ifip et l’Inrae développent un outil qui permet d’évaluer l’impact du climat sur les porcs en engraissement selon les caractéristiques de la salle, les équipements et la conduite.

Le porc est élevé en bâtiment pour atténuer les effets du climat sur les performances. Or le climat évolue comme en témoignent les vagues de chaleur observées en fin de printemps et en été de façon répétée ces dernières années. Ces vagues ont provoqué des pertes de performances et une augmentation des taux de pertes. Ainsi les choix techniques de configuration des salles d’engraissement en termes d’équipement, d’isolation… sont remis en question. Des évolutions doivent être envisagées qui soient performantes sur plusieurs critères : techno-économiques, environnementaux, énergétiques… Les combinaisons de choix de niveau d’isolation, d’équipements avec leur règle de pilotage, de conduite des animaux sont tellement nombreuses qu’elles ne peuvent être toutes évaluées sur le terrain. C’est pourquoi un outil nommé ThermiPig a été développé par l’Ifip et l’Inrae. Une démarche de modélisation est utilisée pour représenter de façon virtuelle le fonctionnement d’une salle d’engraissement et du groupe de porcs à l’intérieur. ThermiPig permet de simuler de façon dynamique la température de la salle selon les conditions climatiques, les caractéristiques de la salle et la conduite des équipements disponibles. Il est alors possible d’évaluer les conséquences de ces conditions d’ambiance sur les performances de croissance des porcs charcutiers, les rejets dans l’environnement, l’utilisation d’électricité… et réaliser des bilans multicritères qui permettent de comparer différentes combinaisons de choix techniques.

Simuler le bilan thermique à l’échelle d’une salle

Dans une des deux composantes de base de ThermiPig, on retrouve le modèle InraPorc, conçu à l’origine pour simuler la croissance des porcs en conditions de confort thermique (conception Inrae). Le second pilier est le modèle bioclimatique Médibat (conception Ifip), qui permet de simuler le bilan thermique à l’échelle de la salle selon les caractéristiques de l’air entrant, par différence entre la chaleur émise par les animaux ou les équipements et la chaleur perdue par le renouvellement de l’air ou les parois de la salle. ThermiPig est organisé en trois modules qui permettent de représenter la salle d’engraissement en différents compartiments connectés les uns aux autres de façon dynamique. Les informations permettant de décrire les dimensions de la salle (surface, hauteur de plafond), le type de sol, les qualités d’isolation des murs, et le nombre de places sont regroupées dans le module «salle». Les équipements installés (ventilateurs, chauffage, pad-cooling…) et les règles de pilotage de chacun d’eux sont décrits dans le module «équipement». Le module «conduite» permet de décrire la durée d’occupation maximale de la salle, l’organisation des départs pour l’abattoir, le plan d’alimentation, et de choisir la séquence des aliments utilisés et leurs caractéristiques nutritionnelles et ainsi que le type de porcs utilisé. Une fois les modules bien renseignés, ThermiPig est utilisé pour simuler l’évolution horaire de la température de la salle en fonction du stade de croissance des animaux et des conditions extérieures. Sous un climat très froid, il est par exemple très simple de démontrer l’intérêt du chauffage en début d’engraissement, quand les porcs ne produisent pas beaucoup de chaleur. À l’inverse, en situation estivale, il est possible d’évaluer l’intérêt du pad-cooling notamment en période de finition quand les porcs produisent beaucoup de chaleur. Comme tout autre outil d’aide à la décision de ce type, l’idée n’est pas de prédire les performances des porcs dans l’absolu (même si cela a été vérifié à partir d’essais réalisés à la station Ifip), mais de pouvoir comparer différentes configurations.

Retenir le meilleur compromis

Pour chaque configuration de la salle, les performances moyennes obtenues après simulations sur plusieurs bandes de porcs virtuelles sont comparées : performance de croissance, marge sur coût alimentaire, rejets azotés, consommation d’énergie directe (électricité) et totale (en comptabilisant l’énergie provenant de l’aliment ingéré). Le réglage le plus intéressant est détecté sur la base d’un code couleur. Cette approche permet de retenir celui qui offre le meilleur compromis sur tous les critères.

Un projet européen

ThermiPig a été développé par l’Ifip et Inrae dans le cadre du projet européen PigSys. Ce projet regroupait huit partenaires provenant de six pays. Outre la France, les autres équipes impliquées étaient issues d’universités ou instituts localisés en Allemagne, Grande-Bretagne, Suède, Danemark et Lettonie. Les partenaires français ont développé l’outil, une plateforme d’accès a été développée en Lettonie, et les données collectées pour décrire le climat et les salles d’engraissement dans les différents pays ont permis de tester le modèle dans de nombreuses configurations.

 

 
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

[VIDEO] Le YouTuber L’Agricoq filme un élevage de porcs conventionnel
Corentin Le Baut, alias L’Agricoq, publie chaque semaine sur sa chaîne Youtube des vidéos sur l’agriculture. Celle d’un élevage…
Les élevages de grande dimension et aux mesures de biosécurité très strictes se développement en Chine pour sécuriser la production. © P.Gréau
La production porcine chinoise se restructure à marche forcée
La Chine reconstitue son cheptel porcin dans des élevages de grande dimension, conformément au plan engagé par le gouvernement.…
Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés.  © D. Poilvet
Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs
Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de…
Benoît Julhes. « La complémentarité porcins/bovins se conçoit aussi à l’échelle du territoire. Sans la production porcine, qui représente 40 à 60 % de l’activité, aucun des trois abattoirs du Cantal ne survivrait. » © B. Griffoul
« Deux ateliers porc et bovin dans le Cantal pour être ensemble tout en étant indépendants »
Si la production porcine a permis à Benoît Julhes de s’installer, la complémentarité avec les bovins a donné à l’exploitation une…
L’engraissement type de 1 000 places proposé par Cirhyo est de type conventionnel, avec une conception et des équipements permettant des performances de haut niveau afin d’assurer un bon revenu pour l’éleveur même en période de remboursement des annuités. © D. Poilvet
Un engraissement simple pour se lancer dans le porc dans le Massif Central
Le groupement Cirhyo propose un engraissement type de 1 000 places pour produire du porc en complément d’une autre production.…
Les porcelets de 24 portées se mélangent dans le couloir d'accès aux cases de maternité © D. Poilvet
« La prévalence des arthrites a fortement baissé en post-sevrage grâce à la sociabilisation précoce des porcelets»
À l’EARL Les Grands vergers, la sociabilisation des porcelets a permis de franchir une nouvelle étape dans la productivité de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)