Aller au contenu principal
Font Size

Le jambon de Bayonne cultive la différence face aux Espagnols

La filière jambon de Bayonne est à la recherche d'un nouveau souffle.
© D.Poilvet

Le consortium du jambon de Bayonne, qui rassemble 980 éleveurs de porcs, une vingtaine d’usines d’abattage-découpe, de salaisons, de tranchage, séchage, etc., développe un référentiel de pratiques de qualité pour se différencier de la concurrence espagnole, a indiqué son président, Pierre Harambat, le 27 février au Salon. La filière est à la recherche d’un nouveau souffle : après un doublement de sa production de jambons en vingt ans, depuis l’obtention de son IGP en octobre 1998, « nous sommes à un palier ». En effet, la progression de la production marque le pas alors qu’elle avait été vive depuis 1998 : elle est passée de 650 000 jambons par an à 1,2 million. Pour redonner ce nouveau souffle, le consortium démarre une démarche de RSE (responsabilité sociétale des entreprises). Concrètement, il prépare un référentiel qui transcrira les pratiques de qualité. Exemples (non exhaustifs) de ces pratiques : utilisation de 100 000 ha de céréales pour l’alimentation des porcs, réduction des nitrites dans le jambon, réduction du sel de 7 à 3 %, passage de sept mois d’affinage à dix mois, partage de la valeur ajoutée entre de nombreux éleveurs et artisans dans la filière. Le consortium valorise maintenant sous la bannière de l’IGP et du label rouge des produits de salaison autres que le jambon : saucissons, pâtés, boudin. Le jambon espagnol Serrano « peut provenir de porcs de toutes origines européennes et non pas seulement d’une région d’Espagne. Nous avons face à nous un rouleau compresseur qui tire sur les coûts. Nous cherchons quant à nous à ce que nos fournisseurs éleveurs soient des producteurs autonomes. Nous souhaitons que la distribution joue notre jeu en mettant nos efforts en valeur », a ajouté Pierre Harambat. Le consortium trouve des débouchés à l’exportation, grâce à son agrément aux États-Unis et au Japon. Il estime encore possible de doubler ce volume, surtout si le consommateur reconnaît la différence de qualité. « Nous nous inscrivons pleinement dans l’esprit des États généraux d’augmentation de la valeur », a résumé Pierre Harambat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Le capteur est installé sur l'un des pieds du silo à 1 mètre de hauteur environ. © Nanolike
Cooperl connecte les silos d’aliment dans les élevages de porcs
Cooperl propose en partenariat avec la société Nanolike un capteur pour évaluer la quantité d’aliment restant dans les silos d’…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
 © D. Poilvet
La sous-traitance dans les abattoirs de porcs Allemands, c’est fini

« À partir du 1er janvier 2021, l’abattage et la transformation de la viande ne pourront être effectués que par les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)