Aller au contenu principal

L’Anses recommande de réduire les nitrites dans l’alimentation

Dans un avis publié le 12 juillet, l’Anses « préconise de réduire l’exposition de la population aux nitrates et nitrites par des mesures volontaristes en limitant l’exposition par voie alimentaire ».

Les nitrites restent toujours autorisés dans l'élaboration des produits de salaisonnerie. Mais leur teneur devront diminuer pour que le programme national nutrition santé (PNNS) soit respecté.
Les nitrites restent toujours autorisés dans l'élaboration des produits de salaisonnerie. Mais leur teneur devront diminuer pour que le programme national nutrition santé (PNNS) soit respecté.
© D. Poilvet

Présents dans l’eau et les fruits et légumes, et utilisés comme additifs dans les charcuteries, les nitrites et nitrates se transforment dans l’organisme en composés nitrosés « préoccupants » pour la santé publique.

Après avoir analysé 187 études, l’Anses confirme une « association positive » entre ces additifs et un risque accru de cancer colorectal. Mais, selon les données de l’étude Inca, seuls 1,5 % des adultes dépassent la dose journalière admissible en nitrates, et 0,4 % des enfants sont au-delà de celle fixée pour les nitrites. Des dépassements qui disparaîtraient si les recommandations du programme national nutrition santé (PNNS) étaient appliquées (150 g maximum de charcuterie par semaine pour un adulte). Concernant la réduction des nitrites et nitrates comme additifs, l’agence sanitaire « considère qu’elle peut être envisagée moyennant la mise en œuvre de mesures compensatrices » afin de limiter le risque de développement de bactéries pathogènes (inhibées par les nitrites et nitrates). Les professionnels de la salaisonnerie, la Fict (charcutiers industriels) et la CNCT (artisans charcutiers), se félicitent « qu’à aucun moment l’interdiction des nitrites et nitrates dans les charcuteries n’est envisagée ». Ils rappellent que « les artisans et les entreprises de charcuterie ont déjà volontairement réduit, depuis 2016, de 40 % les quantités maximales ». Les ministères de l’Agriculture et de la Santé indiquent qu’ils s’apprêtent à lancer un « plan d’actions coordonné », pour « limiter leur utilisation au strict nécessaire ». Une mesure prévue par la proposition de loi sur la réduction des additifs nitrés adoptée début février. Après une première réunion avec les « acteurs techniques des filières » en juillet, le gouvernement présentera ce plan au parlement « à l’automne ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Véronique et Thierry Lebert avec Julie leur fille et Perrine Thévenin, salariée de l’élevage. « En journée, nous n’avons pas besoin d’allumer les lumières dans les salles, même par temps nuageux. »
Bâtiment porc : Un concentré de lumière naturelle dans les salles
Les puits de lumière constituent une solution pour apporter de la lumière naturelle dans les grandes salles ou les couloirs de…
Marlène et Mathieu Bourveau. «La valorisation de notre lisier par les céréales, elles-mêmes valorisées par nos animaux nous semble une démarche vertueuse d'un point de vue environnemental et économique.»
Une fabrique d'aliments à la ferme d’exception pour 700 truies et la suite
La fabrique d’aliment à la ferme réalisée par Marlène et Mathieu Bourveau fera sans doute référence pour longtemps grâce à sa…
Les priorités du Comité régional porcin de Bretagne
 Le conseil d’administration du comité régional porcin (CRP) de Bretagne a élu Carole Joliff présidente de l’organisation le 31…
Lothar Hövelmann, directeur de la DLG "Les éleveurs allemands estiment que la situation restera tendue tout l’hiver et probablement en 2023".
Les éleveurs de porcs allemands n’ont pas le moral
Moins optimistes que leurs confrères européens, les producteurs de porcs allemands souffrent du prix et de la situation sanitaire…
Preview image for the video "Sanders porc alimentation contractualisation".
Se spécialiser, innover et contractualiser, un pari gagnant pour Bruno
Producteur de porcs en Vendée, Bruno a dû délocaliser son exploitation en 2016. Il a reconstruit de nouveaux bâtiments d’élevage…
Le bâtiment d'engraissement réalisé à l'EARL de la Cour offre une surface par porc augmentée, du caillebotis partiel, des enrichissements, une hauteur sous plafond de 3 mètres et de la lumière naturelle.
Bâtiment bien-être en porcs charcutiers : premiers retours d'expérience de l'EARL de la Cour
Les associés de l’EARL de la Cour ont fait le pari de concilier bien-être animal avec performances technico-économiques et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)