Aller au contenu principal

Des prix d’aliment records en porc

En fin d’année 2021, les cours des matières premières ont enregistré des prix élevés à la suite d’une flambée des cours durant la campagne 2020/2021. L'analyse de l'Ifip.

Le repli du prix du porc va persister

Les prix du blé fourrager et du tourteau de soja ont respectivement augmenté de 20 et 21 % sur la campagne précédente. Concernant les céréales, malgré une production mondiale de blé en légère hausse, la reconstitution des stocks nationaux couplée à une demande internationale soutenue conforte les prix à des niveaux élevés et cela jusqu’à l’arrivée des récoltes australienne et argentine au premier trimestre 2022, annoncées comme record.

L’offre en maïs est elle aussi abondante mais la demande internationale reste dynamique, notamment en Chine. La flambée des cours de l’énergie aura un impact sur le prix du maïs : coûts de séchage rehaussés et plus forte compétition pour l’utilisation en biocarburant. La fermeté des prix restera de mise. Le constat pour les tourteaux est moins spectaculaire. Malgré une flambée des prix en début d’année 2021, stimulés par la demande chinoise, le tourteau de soja est loin d’avoir atteint les prix records de 2013.

Le repli du prix du porc va persister

Les récoltes de cette campagne semblent quantitatives et qualitatives pour les trois oléagineux principaux (soja, colza, tournesol). Pour autant, la demande dynamique et les cours soutenus des huiles et de l’énergie conforteront les prix des tourteaux à un niveau élevé. L’arrivée des productions brésiliennes de soja au 1er trimestre 2022 et canadienne et européenne de colza à l’été 2022 pourrait amorcer une légère détente des cours.

Poursuite de la hausse du prix de l’aliment Ifip

La hausse du coût matière vu ci-dessous se répercute usuellement avec un décalage de deux à trois mois sur le prix observé de l’aliment. Ainsi, le pic du prix de l’aliment Ifip pourrait s’observer au premier trimestre 2022 pour atteindre 294 euros par tonne. Ce niveau record reste néanmoins inférieur au maximum enregistré en début d’année 2013. Une détente du prix pourrait être amorcée au second trimestre 2022 avec l’arrivée sur le marché de la production de soja brésilien et l’approche des nouvelles récoltes de blé de l’hémisphère nord. L’objectif des prévisions est de fournir la meilleure estimation possible des conditions de marché jusqu’à la fin du premier semestre 2022. Elles restent dépendantes de la dynamique de la demande chinoise (en porc et matières premières), des conditions climatiques et sanitaires (Covid-19 et FPA) et géopolitiques des différents grands pays producteurs de porc et de matières premières.

 

(1) Ces analyses sont réalisées avec le concours financier d’Inaporc. Pour plus d’informations, une note de synthèse est disponible sur le site de l’IFIP.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

L'UGPVB demande un plan Covid 19 pour les éleveurs de porcs
L'UGPVB demande la mise en place d'un plan de soutien pour le secteur porcin, à la hauteur des moyens mis en oeuvre dans les…
L'affaiblissement des flux à l'export devrait se poursuivre dans les prochains mois.
Le repli du prix du porc va persister
Le recul du cours du porc se poursuivra cet hiver, dans un contexte de prix élevés des matières premières et des énergies et des…
Le biogaz est produit dans le digesteur et post-digesteur de 1 050 m3 chacun.
Une nouvelle organisation de l'exploitation porcine avec la méthanisation
Une unité de méthanisation, ce n’est pas juste un atelier qui s’ajoute sur la ferme. Chez Damien et Jordan Pruvot installés à…
Les éleveurs de porcs mobilisés à St Brieuc pour demander de l’aide aux pouvoirs publics

De nombreux éleveurs de porcs et des salariés des entreprises de la filière se sont retrouvés ce jeudi 20 janvier en fin de…

Rémi Cambon avec  sa compagne, Béatrice Rouquier. «J’ai toujours voulu m’installer, élever des cochons. Mais quand mon père travaillait, il n’y avait pas de place pour deux.»
« C’est un plaisir de travailler pour soi quand on s'installe en production porcine»
Rémi Cambon a réalisé son rêve. Il a attendu 10 ans pour reprendre et développer l’élevage de ses parents à Junhiac, dans le sud…
Des aliments différents pour les mâles entiers ?
Des aliments différents pour les porcs mâles entiers ?

Une récente étude réalisée par des chercheurs espagnols a mis en évidence que les aliments pour les porcs mâles entiers…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)