Aller au contenu principal

Bien choisir son masque de protection respiratoire

La chambre d’agriculture de Bretagne donne les clés pour ne pas se tromper dans le choix de son équipement de protection respiratoire, ainsi que des conseils d’utilisation et d’entretien.

Le choix d’un masque de protection respiratoire ne s’improvise pas. Il faut utiliser celui qui peut protéger de l’ammoniac et de la poussière, les deux éléments qui impactent le plus la santé des travailleurs en élevage de porcs s’ils atteignent les poumons (voir Réussir Porc juillet-août 2018 page 38).

Un type de masque pour chaque situation

Chaque filtre ou cartouche filtrante est repéré par un code couleur selon les types de protections qu’il fournit. Pour les travaux réalisés en élevage de porcs, il faut choisir, selon les types de tâches effectuées, des masques qui agissent contre les gaz et vapeurs organiques (AX et A), ainsi que l’ammoniac et les composés organiques aminés (K). Ils devront aussi être sélectionnés selon leur niveau de protection : FFP2 (4 % de particules arrêtés, aérosols solides, liquides irritants ou dangereux sur une durée longue) et FFP3 (99,95 % de particules arrêtées, aérosols solides ou liquides toxiques). D’après les mesures et les suivis effectués en élevage, les particules n’étant pas inertes et très fines (< 2,5 µm), nous recommandons de choisir des filtres à poussière de classe P3.

La taille du masque doit être choisie pour qu’il s’ajuste parfaitement au visage. Il existe en général deux à trois tailles pour tous les modèles, la grande majorité des ventes concerne la taille M. Les masques sont efficaces uniquement s’ils sont bien positionnés. Plusieurs éléments, comme la barrette nasale ou les brides de fixation, sont à ajuster pour une protection optimale. Des options, comme la soupape expiratoire, apportent du confort à l’utilisateur. Nous recommandons d’essayer différents modèles de masques avant de les acheter. Même non portés, les masques se saturent en présence des contaminants contre lesquels ils agissent (poussière, ammoniac, vapeurs organiques…). Ils doivent donc être impérativement stockés neufs ou après usage dans un endroit abrité et hermétique, soit leur emballage individuel d’origine, soit une boîte hermétique. Il existe des boîtes dédiées à cet usage.

Nettoyer les préfiltres et changer les filtres saturés

Les masques réutilisables doivent être entretenus. Après utilisation, la partie faciale et les préfiltres à poussière des matériels équipés doivent être nettoyés à l’aide d’une lingette. Lorsque la respiration devient difficile ou lorsque le travailleur perçoit les odeurs, cela signifie que les filtres sont saturés, il convient donc de les remplacer. Certains sont équipés d’un indicateur de saturation. De manière générale, les filtres ne doivent pas être utilisés sur une durée supérieure à six mois. Pour respecter cette durée, il est utile d’inscrire la date de première utilisation sur la cartouche à l’aide d’un marqueur indélébile. Les masques et les filtres possèdent une date de péremption au-delà de laquelle ils ne doivent plus être utilisés. La date figure sur l’emballage ou directement sur le filtre. Les masques respiratoires sont des équipements de protection individuelle, ils sont donc propres à chaque travailleur. Par ailleurs, les masques de type chirurgical ne sont pas des équipements de protection individuelle, ils ne protègent pas des contaminants.

thierry.bellec@bretagne.chambagri.fr
En savoir plus

Le projet Air Éleveur est piloté par la chambre régionale d’agriculture de Bretagne avec la collaboration de l’Inra, l’Ifip, l’Itavi, l’Idele, Sepia Santé, AgroCampus Ouest, les RMT élevages et environnement, travail en élevage et bâtiments d’élevage du futur.

Formation "Comment se protéger contre les poussières et l’ammoniac"

L’équipe production porcine de la chambre d’agriculture de Bretagne propose aux éleveurs, salariés et techniciens une formation pratique sur les moyens à mettre en œuvre pour réduire l’exposition des travailleurs aux gaz et poussières en élevage porcin. La formation, qui se déroulera le 30 novembre, s’appuie sur des vidéos d’experts sur l’exposition et la perception des travailleurs face aux risques, sur les moyens techniques à mettre en œuvre pour réduire l’exposition. La formation propose des conseils de choix, d’utilisation, d’entretien et des essais de masques respiratoires.

Tél. 02 23 48 28 40

Les plus lus

Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne « J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
« J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne. En 2021, il a fait le choix de mettre en place un…
Un biofiltre bien optimisé permet de réduire plus de 50% des émissions d’ammoniac.
La biofiltration pour réduire les émissions d'ammoniac et les odeurs des bâtiments porcins
La biofiltration est un système de traitement de l’air en sortie de ventilation qui permet de réduire les émissions d’ammoniac et…
Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
Flambée de l'énergie : L’industrie de la viande porcine est sur le gril
La flambée du prix de l’énergie inquiète l’aval de la filière qui réclame la mise en place d’un bouclier tarifaire. En attendant…
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
En 2021, les résultats des éleveurs de porc ont baissé dans la très large majorité des principaux pays producteurs du monde…
Mathieu Edy (à gauche), avec Anthony Leblanc, responsable de la maternité, et Maxime Edy. «En achetant un lot de cochettes croisées par an, nous n'avons pas à gérer un noyau de race pure.»
"J'assure le renouvellement de mon troupeau de truies grâce à un noyau de cochettes F1"
À l’EARL Edy naissage, trente cochettes croisées Large-White x Landrace sont introduites dans l’élevage une fois par an.…
Porcelets sous la lumière
Prix de l’électricité : les éleveurs de porcs exclus du bouclier à 280 euros s’alarment
La fédération nationale porcine demande à ce que tous les élevages de moins de 10 salariés puissent bénéficier du tarif plafonné.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)