Aller au contenu principal

Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs

Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de rester. Un bâtiment accueillant, lumineux et facile à prendre en main contribue aussi à l’attractivité.

Dans la filière porcine, recruter n’est pas toujours simple. Ainsi, en 2019, le délai moyen pour pourvoir une offre était supérieur à trois mois. Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés. Mais comment leur donner envie de rester dans la filière ? L’aspect relationnel est primordial.

Lire aussi : Les clés pour fidéliser les salariés 

Une étude réalisée auprès de jeunes de 15 à 25 ans en formation agricole montre leur sensibilité à l’accueil qui leur est fait. Ils jugent ainsi important que, le premier jour, l’exploitant soit présent pour leur présenter l’élevage, l’équipe. Ils apprécient également qu’il leur présente sa vision de l’élevage, ses projets. Les tâches confiées les premiers jours jouent aussi fortement sur la manière dont le métier est apprécié. La « première journée idéale » varie selon les jeunes, mais beaucoup suggèrent de proposer aux jeunes stagiaires de travailler en binôme avec un salarié ou l’éleveur. Il pourra ainsi observer, réaliser des tâches simples, et apprendre à connaître ces personnes. En revanche, confier du lavage dès l’arrivée est déconseillé, du moins à forte dose, car cela ne facilite pas forcément l’intégration dans l’équipe.

Lire aussi : Des locaux confortables pour accueillir les salariés 

Donner du sens au travail

Enfin, il est essentiel de donner du sens aux différentes tâches, aux modes de production. Pour des stagiaires connaissant peu le milieu porcin, expliquer pourquoi les truies sont bloquées à certains moments, ou pourquoi on pratique certains soins favorise une perception positive de l’élevage. t le bâtiment là-dedans ? La luminosité des salles, et surtout la présence de lumière naturelle, rend souvent le bâtiment plus attirant. Un jeune enquêté explique : « Dans les vieux trucs, il y a plus d’odeurs, un vieil éclairage, ça donne l’impression que c’est plus petit ». La propreté de l’élevage et de ses abords peut aussi donner une bonne, ou à l’inverse une mauvaise impression. Ainsi, un étudiant dit, en parlant d’abords peu entretenus : « quand tu vois certaines fermes, tu te dis qu’ils n’ont pas le temps, qu’ils sont déprimés. »

Se repérer facilement

Il est également important que tous puissent se repérer facilement dans l’élevage, par exemple via des inscriptions à la craie, de petits panneaux. Sinon, le stagiaire peut se sentir perdu : « on voit plein de portes mais on ne sait pas où aller ». Enfin, du matériel adapté et un partage des tâches difficiles contribuent à fidéliser tout le monde, débutants comme personnes travaillant depuis longtemps sur l’élevage.

Les résultats présentés sont issus du projet « Conditions de travail et attractivité du métier de salarié en élevage porcin », financé par le Fonds pour l’amélioration des conditions de travail.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
« Le bien-être doit être rentable pour l’éleveur de porc »
Leon Trentmann, éleveur de porcs naisseur-engraisseur en Allemagne, s’est engagé dans la démarche ITW. Une subvention a quasiment…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
Un plan protéines ambitieux à l’horizon 2028
Le plan protéines présenté fin 2021 par le gouvernement vise à réduire la dépendance de la France aux importations de protéines…
Johannes Scharl. Il sèvre 28 porcelets/truie/an en moyenne et vise les 30.
« Avec les courettes extérieures, je suis prêt pour les dix ans à venir », explique cet éleveur allemand
Johannes Scharl, naisseur à Eichstätt (Bavière), a anticipé la demande sur le bien-être animal. Il estime avoir sécurisé l’avenir…
Depuis juillet 2020, 5 830 sites d'élevages ont été audités avec l'application Pig connect, soit 40% des sites d'élevage professionnels.
Prévention de la fièvre porcine africaine : bilan positif des audits Pig connect
L’audit Pig connect permet de qualifier le niveau de biosécurité des élevages et le respect des obligations de l’arrêté…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)