Aller au contenu principal

Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs

Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de rester. Un bâtiment accueillant, lumineux et facile à prendre en main contribue aussi à l’attractivité.

Dans la filière porcine, recruter n’est pas toujours simple. Ainsi, en 2019, le délai moyen pour pourvoir une offre était supérieur à trois mois. Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés. Mais comment leur donner envie de rester dans la filière ? L’aspect relationnel est primordial.

Lire aussi : Les clés pour fidéliser les salariés 

Une étude réalisée auprès de jeunes de 15 à 25 ans en formation agricole montre leur sensibilité à l’accueil qui leur est fait. Ils jugent ainsi important que, le premier jour, l’exploitant soit présent pour leur présenter l’élevage, l’équipe. Ils apprécient également qu’il leur présente sa vision de l’élevage, ses projets. Les tâches confiées les premiers jours jouent aussi fortement sur la manière dont le métier est apprécié. La « première journée idéale » varie selon les jeunes, mais beaucoup suggèrent de proposer aux jeunes stagiaires de travailler en binôme avec un salarié ou l’éleveur. Il pourra ainsi observer, réaliser des tâches simples, et apprendre à connaître ces personnes. En revanche, confier du lavage dès l’arrivée est déconseillé, du moins à forte dose, car cela ne facilite pas forcément l’intégration dans l’équipe.

Lire aussi : Des locaux confortables pour accueillir les salariés 

Donner du sens au travail

Enfin, il est essentiel de donner du sens aux différentes tâches, aux modes de production. Pour des stagiaires connaissant peu le milieu porcin, expliquer pourquoi les truies sont bloquées à certains moments, ou pourquoi on pratique certains soins favorise une perception positive de l’élevage. t le bâtiment là-dedans ? La luminosité des salles, et surtout la présence de lumière naturelle, rend souvent le bâtiment plus attirant. Un jeune enquêté explique : « Dans les vieux trucs, il y a plus d’odeurs, un vieil éclairage, ça donne l’impression que c’est plus petit ». La propreté de l’élevage et de ses abords peut aussi donner une bonne, ou à l’inverse une mauvaise impression. Ainsi, un étudiant dit, en parlant d’abords peu entretenus : « quand tu vois certaines fermes, tu te dis qu’ils n’ont pas le temps, qu’ils sont déprimés. »

Se repérer facilement

Il est également important que tous puissent se repérer facilement dans l’élevage, par exemple via des inscriptions à la craie, de petits panneaux. Sinon, le stagiaire peut se sentir perdu : « on voit plein de portes mais on ne sait pas où aller ». Enfin, du matériel adapté et un partage des tâches difficiles contribuent à fidéliser tout le monde, débutants comme personnes travaillant depuis longtemps sur l’élevage.

Les résultats présentés sont issus du projet « Conditions de travail et attractivité du métier de salarié en élevage porcin », financé par le Fonds pour l’amélioration des conditions de travail.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La végétation (ici un mélange moha –trèfles) est bien consommée par les animaux.
Un éleveur bio expérimente le pâturage des porcs charcutiers
Carl Sheard est éleveur de porcs bio dans la région des Pays de la Loire. Il expérimente la pratique du pâturage des porcs en…
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
L’EARL de la Foutelais approvisionne la société Bordeau Chesnel en porcs charcutiers engraissés dans un bâtiment alternatif de…
Le nouveau bloc maternité de la Scea Binard se compose de deux salles de 90 places équipées de cases maternité « bien-être » pour un investissement total de 7 200 euros par place (dont un surcoût lié au terrassement).
Deux salles maternités de 90 places de truies conçues pour le confort de travail
La Scea Binard vient d’investir dans un bâtiment maternité doté de deux grandes salles de 90 places. Les associés de l’…
Les éleveurs ont construit une fosse de réception en béton d’une capacité de 15 tonnes. Les céréales sont reprises par une vis de diamètre 160 mm puis par un élévateur à godets qui les envoie vers les trois cellules de stockage.
"Nous baissons le prix de nos aliments porcs grâce à notre fabrique à la ferme"
Philippe et Guillaume Vasseur fabriquent les 800 tonnes d’aliments annuels nécessaires pour leur atelier de multiplication de 130…
Chaque rangée est composée de 11 cases libertés Pro Dromi Basic de Vereijken, de 2,7 mètres de long sur 2,42 mètres de large, soit une surface totale par case de 6,5 m2.
Une maternité pour truies en liberté à coûts maîtrisés
Dans la Manche, le Gaec de Kerezenn a agrandi son élevage de 145 à 180 truies et investi dans une maternité de 44 places,…
Kevin et Benjamin Coupu ont saisi l’opportunité d’un nouveau débouché de valorisation pour investir dans un bâtiment d’engraissement alternatif de porcs sur paille avec un raclage en V des déjections.
Jeune installé en porc : « Devancer les contraintes pour en faire des opportunités »
Kevin et Benjamin Coupu sont installés depuis 2018 sur l’exploitation familiale. Ils ont repris en complément une ferme voisine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)