Aller au contenu principal
Font Size

Arrêt de la coupe des queues des porcelets, une équation difficilement maîtrisable

Sur un essai mené à Guernévez, l’arrêt de la caudectomie n’a pas pénalisé les performances des animaux. Mais le nombre important de victimes de morsures démontre la difficulté de maîtriser la caudophagie.

Si on regarde les conséquences de l’arrêt de la caudectomie au moment du départ à l’abattoir, les résultats des essais menés à la station expérimentale de Guernévez par la chambre d’agriculture de Bretagne sont plutôt positifs. Aucun porc n’a dû être écarté pour cause de cannibalisme. Au départ à l’abattoir, 81 % des porcs à queue non coupée à la naissance ne présentaient aucune blessure. Cependant, seuls 12 % des animaux avaient une queue entière ce même jour. Les autres porcs ont tous été victimes de caudophagie au cours de la phase d’élevage, ayant entraîné un raccourcissement de la queue, avec cependant une guérison des plaies. Le post-sevrage est la période critique, avec 83 % des porcs à queue entière victimes de caudophagie à partir de cette phase, 4 % étant victimes uniquement en engraissement. En fin d'engraissement, la longueur moyenne des queues était de 22.7 cm. Celles des porcs non blessés sur l'ensemble de la période d'élevage mesuraient 29.7 cm en moyenne. En cas de caudophagie, différentes stratégies ont été mises en place. Les soins appropriés étaient réalisés en priorité (cicatrisant, répulsif, protocole de soins médicamenteux). En parallèle, des matériaux manipulables supplémentaires ont été mis à la disposition des porcs. Si l’état de santé des animaux mordus l’exigeait, ils étaient sortis de la case et placés en infirmerie. Si un grand nombre de porcs à queue entière a été victime de caudophagie, cela n’a pas eu d’impact sur les saisies, les performances de croissance, les poids de carcasse ou encore les taux de muscle des pièces (TMP).

Un protocole conçu pour limiter les facteurs de risque

L’arrêt de la coupe des queues ne s’improvise pas. Le protocole utilisé à la station de Guernévez visait à limiter certains stress (absence de mélange des animaux, abreuvement disponible à volonté…) et à offrir des matériaux de manipulation diversifiés et en nombre important. Pour l’essai, trois bandes de 55 porcs à queue coupée (22 par bande) et à queue entière (33 par bande) élevés en contemporains sur caillebotis intégral ont été suivies. En post-sevrage les animaux étaient nourris en alimentation sèche à volonté. Ils disposaient chacun de 0,4 m² de surface dans un bâtiment sur préfosses. En engraissement, les porcs étaient nourris en alimentation soupe rationnée et disposaient chacun de 0,72 m² de surface dans un bâtiment avec racleur en V dans la préfosse. Les cases se différenciaient par l’enrichissement du milieu permettant à la fois d’étudier l’utilisation des matériaux manipulables ainsi que leur impact sur les épisodes de caudophagie. L’enrichissement proposé était de deux types. Un enrichissement « classique » avec une chaîne par case en post-sevrage et engraissement. Un enrichissement « plus » composé en post-sevrage d’une corde et d’une chaîne et en engraissement d’une corde, d’une chaîne, d’un morceau de bois et de la paille distribuée dans un râtelier. Cette dernière possibilité était permise grâce au racleur qui évacue rapidement les déjections sans risque de bouchage. Tous les matériaux utilisés en enrichissements ont été utilisés par les porcs : chaîne, corde, bois, paille en engraissement. Cette utilisation était fortement liée à leurs moments d’activité. L’étude n’a pas montré d’influence de l’enrichissement du milieu sur la note d’état des queues, qu’elles soient coupées ou non à la naissance.

Les porcelets ont été identifiés à la naissance pour permettre un suivi des queues (entières et coupées) lors du sevrage, de la mise à l’engrais et du départ à l’abattoir. Lors de ces examens, la longueur de la queue a été relevée et une note d’état lui a été attribuée. Les porcs ont également été pesés individuellement. En parallèle, une étude de l’utilisation des matériaux manipulables a été réalisée par des observations comportementales régulières.

Les matériaux manipulables ne sont pas suffisants

La caudectomie réalisée en routine n’est réglementairement pas acceptée et des travaux nombreux sont en cours pour essayer de s’en passer dans les conditions d’élevage en France. Les résultats montrent la difficulté de maîtriser tous les facteurs de risque de caudophagie. L’apport de matériaux manipulables, présenté par de nombreux scientifiques comme une solution à l’arrêt de la caudectomie, ne semble pas suffisant à lui seul pour enrayer les morsures à la queue. L’attention doit être portée au stade de post-sevrage qui apparaît comme étant celui où se déclenchent les morsures. Le déclenchement de la caudophagie est multifactoriel et d’autres travaux seront nécessaires pour trouver des solutions permettant d’élever des porcs à queue entière.

Note d’état de la queue des porcs en fin de post-sevrage et d’engraissement suivant que la queue ait été coupée à la naissance ou non.

 

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)