Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les ovins du Grand Est impactés par deux années de sécheresse

L’année 2019 n’aura pas été une sinécure pour les éleveurs ovins du Grand Est entre aléas climatiques et baisse de l’aide ovine.

Inosys – Réseaux d’élevage (Institut de l’Élevage et chambres d’agriculture) dresse le tableau post-sécheresses des filières ruminants (bovins lait, bovins viande et ovins viande) du Grand Est, qui ont été durement impactées en 2018 et 2019. En prime, les ovins n’ont pas été aidés par une conjoncture de marché plutôt morose. Avec une baisse de l’aide ovine proche de trois euros par brebis sur l’année 2019, les trésoreries des élevages ovins ont toutes été amputées. La vente des agneaux en système herbager a rapporté 10 % de moins qu’en 2018, à cause d’une baisse conjoncturelle de 0,35 €/kg carcasse, soit 6 % de moins. En cause également, la prolificité moyenne en berne due au manque de ressources fourragères lors des luttes d’automne. Avec une chute de 10 % de la prolificité, ce paramètre est loin d’être négligeable. La sécheresse de l’été 2019 a, par ailleurs, forcé les éleveurs à rentrer plus tôt leurs agneaux. En effet, pour une grande partie des prairies de pâture du Grand Est, l’absence de pluie a grillé l’herbe dès le 20 juin. Le nombre d’agneaux ayant nécessité un apport de concentrés supplémentaire à donc forcément augmenté. Cela a permis de maintenir un poids moyen mais a coûté cher aux éleveurs, les prix des aliments restants élevés depuis début 2019.

Les réserves fourragères hivernales entamées dès le milieu de l’été

Enfin, ceux-ci ont dû également entamer leurs réserves hivernales de fourrage en affourageant en moyenne deux mois les brebis pendant l’été pour pallier le manque de ressource herbagère. Pour autant, les rendements de foin se sont avérés meilleurs que sur une année normale, avec une première coupe précoce autour de fin avril et une deuxième sur fin mai. Seule exception, les Vosges, qui ont subi un froid printanier dévastateur, avec une récolte de foin inférieure à 30 % pour 2019. Côté agneaux de bergerie, la décote conjoncturelle a été moins importante avec une diminution du prix carcasse de seulement 0,15 €/kg, soit 2 % de moins comparé à 2018. Avec plus d’agneaux produits en 2019, la variation de prix se fait à peine sentir et le produit final ne baisse que d’un petit point. L’EBE des systèmes 100 % herbagers est donc en baisse, avec une nette diminution du prix de l’agneau et un maintien assez élevé du coût alimentaire (avec plus de complémentation pour l’engraissement des agneaux et un prix des concentrés qui ne faiblit pas). Face à ces sécheresses à répétition, les éleveurs tentent de s’adapter et de sécuriser leurs stocks fourragers, par exemple en fauchant plus précocement pour maximiser les repousses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre