Aller au contenu principal

Les ovins du Grand Est impactés par deux années de sécheresse

L’année 2019 n’aura pas été une sinécure pour les éleveurs ovins du Grand Est entre aléas climatiques et baisse de l’aide ovine.

Inosys – Réseaux d’élevage (Institut de l’Élevage et chambres d’agriculture) dresse le tableau post-sécheresses des filières ruminants (bovins lait, bovins viande et ovins viande) du Grand Est, qui ont été durement impactées en 2018 et 2019. En prime, les ovins n’ont pas été aidés par une conjoncture de marché plutôt morose. Avec une baisse de l’aide ovine proche de trois euros par brebis sur l’année 2019, les trésoreries des élevages ovins ont toutes été amputées. La vente des agneaux en système herbager a rapporté 10 % de moins qu’en 2018, à cause d’une baisse conjoncturelle de 0,35 €/kg carcasse, soit 6 % de moins. En cause également, la prolificité moyenne en berne due au manque de ressources fourragères lors des luttes d’automne. Avec une chute de 10 % de la prolificité, ce paramètre est loin d’être négligeable. La sécheresse de l’été 2019 a, par ailleurs, forcé les éleveurs à rentrer plus tôt leurs agneaux. En effet, pour une grande partie des prairies de pâture du Grand Est, l’absence de pluie a grillé l’herbe dès le 20 juin. Le nombre d’agneaux ayant nécessité un apport de concentrés supplémentaire à donc forcément augmenté. Cela a permis de maintenir un poids moyen mais a coûté cher aux éleveurs, les prix des aliments restants élevés depuis début 2019.

Les réserves fourragères hivernales entamées dès le milieu de l’été

Enfin, ceux-ci ont dû également entamer leurs réserves hivernales de fourrage en affourageant en moyenne deux mois les brebis pendant l’été pour pallier le manque de ressource herbagère. Pour autant, les rendements de foin se sont avérés meilleurs que sur une année normale, avec une première coupe précoce autour de fin avril et une deuxième sur fin mai. Seule exception, les Vosges, qui ont subi un froid printanier dévastateur, avec une récolte de foin inférieure à 30 % pour 2019. Côté agneaux de bergerie, la décote conjoncturelle a été moins importante avec une diminution du prix carcasse de seulement 0,15 €/kg, soit 2 % de moins comparé à 2018. Avec plus d’agneaux produits en 2019, la variation de prix se fait à peine sentir et le produit final ne baisse que d’un petit point. L’EBE des systèmes 100 % herbagers est donc en baisse, avec une nette diminution du prix de l’agneau et un maintien assez élevé du coût alimentaire (avec plus de complémentation pour l’engraissement des agneaux et un prix des concentrés qui ne faiblit pas). Face à ces sécheresses à répétition, les éleveurs tentent de s’adapter et de sécuriser leurs stocks fourragers, par exemple en fauchant plus précocement pour maximiser les repousses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Maël Alric réussit à joindre ses deux passions : l’élevage de brebis et le sport de haut niveau. © La Cazotte
« Jeune éleveur de brebis laitières, je cours toujours vers mes rêves… »
Installé éleveur de brebis laitières depuis 2017 au sein du Gaec du Salze, Maël Alric, 30 ans, n’oublie pas son objectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre