Aller au contenu principal

Dossier
Les atouts des prairies permanentes

Elles ont la faveur des mesures agri-environnementales mais pas forcément celle des éleveurs, qui les qualifient souvent de trop peu productives. Etat des lieux des nombreux avantages des prairies permanentes

© Techovin, concours photo 2011
Elles sont souvent considérées comme peu productives et de valeurs alimentaires modestes. Et pourtant, de nouvelles références mettent en évidence les atouts méconnus des prairies permanentes qui couvrent aujourd’hui près du tiers de la surface agricole française.
En Limousin, par exemple, elles représentent la moitié de la surface en herbe et participent largement à l’alimentation du troupeau, en particulier par le pâturage. De plus, la prairie permanente apparait désormais au niveau européen comme un levier important pour le maintien de la qualité de l’environnement. Synonyme de biodiversité végétale et animale, elle a aussi la capacité de stocker du carbone et de freiner l’érosion. Pour l’éleveur, la prairie permanente est avant tout une prairie de longue durée et dont la flore est spontanée, c’est-à-dire non semée. Elle n’entre pas dans la rotation des cultures, ce qui la différencie des prairies temporaires.
La définition adoptée dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC) est différente. Actuellement, les règlements européens définissent les pâturages permanents comme les terres consacrées à la production d’herbe qui ne font pas partie du système de rotation des cultures de l’exploitation depuis cinq années ou davantage. Les prairies temporaires sont assimilées à des pâturages permanents dès lors qu’elles entrent dans leur sixième année d’existence, sauf si elles sont intégrées dans une rotation longue (plus de cinq ans).
Grâce à une étude (1) conduite en élevages ovins et bovins de 2008 à 2010, la qualité des prairies permanentes et leurs modes d’utilisation sont aujourd’hui mieux connus. Ce programme a réuni plus de quarante partenaires de la recherche, de l’enseignement et du développement agricole des grandes régions herbagères françaises exception faite des Alpes et du pourtour méditerranéen. Un réseau de 190 parcelles représentant la diversité des modes de gestion et des situations agro-climatiques a ainsi été constitué et suivi pendant deux ans. La production d’herbe à quatre reprises au cours de l’année ainsi que la valeur alimentaire de l’herbe ont été mesurées. La diversité floristique a été évaluée.
L’expérience des éleveurs sur l’utilisation de ces prairies a été relevée à partir d’une enquête. Au final, l’image des prairies permanentes est plutôt redorée. En matière de valeur alimentaire, elles n’ont rien à envier aux prairies temporaires, en particulier au printemps. Si certaines prairies restent certes peu productives, 25 % d’entre elles produisent plus de huit tonnes de matière sèche par hectare et par an avec un niveau de fertilisation limité. Enfin, la majorité des éleveurs ovins savent tirer partie de cette diversité et donner à chaque parcelle le rôle qui lui convient le mieux.

(1) Étude financée sur des fonds CASDAR: « prairies permanentes : des références pour valoriser leur diversité »

La suite de ce dossier dans Pâtre 594 mai 2012
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre