Aller au contenu principal

Dossier
Les atouts des prairies permanentes

Elles ont la faveur des mesures agri-environnementales mais pas forcément celle des éleveurs, qui les qualifient souvent de trop peu productives. Etat des lieux des nombreux avantages des prairies permanentes

© Techovin, concours photo 2011
Elles sont souvent considérées comme peu productives et de valeurs alimentaires modestes. Et pourtant, de nouvelles références mettent en évidence les atouts méconnus des prairies permanentes qui couvrent aujourd’hui près du tiers de la surface agricole française.
En Limousin, par exemple, elles représentent la moitié de la surface en herbe et participent largement à l’alimentation du troupeau, en particulier par le pâturage. De plus, la prairie permanente apparait désormais au niveau européen comme un levier important pour le maintien de la qualité de l’environnement. Synonyme de biodiversité végétale et animale, elle a aussi la capacité de stocker du carbone et de freiner l’érosion. Pour l’éleveur, la prairie permanente est avant tout une prairie de longue durée et dont la flore est spontanée, c’est-à-dire non semée. Elle n’entre pas dans la rotation des cultures, ce qui la différencie des prairies temporaires.
La définition adoptée dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC) est différente. Actuellement, les règlements européens définissent les pâturages permanents comme les terres consacrées à la production d’herbe qui ne font pas partie du système de rotation des cultures de l’exploitation depuis cinq années ou davantage. Les prairies temporaires sont assimilées à des pâturages permanents dès lors qu’elles entrent dans leur sixième année d’existence, sauf si elles sont intégrées dans une rotation longue (plus de cinq ans).
Grâce à une étude (1) conduite en élevages ovins et bovins de 2008 à 2010, la qualité des prairies permanentes et leurs modes d’utilisation sont aujourd’hui mieux connus. Ce programme a réuni plus de quarante partenaires de la recherche, de l’enseignement et du développement agricole des grandes régions herbagères françaises exception faite des Alpes et du pourtour méditerranéen. Un réseau de 190 parcelles représentant la diversité des modes de gestion et des situations agro-climatiques a ainsi été constitué et suivi pendant deux ans. La production d’herbe à quatre reprises au cours de l’année ainsi que la valeur alimentaire de l’herbe ont été mesurées. La diversité floristique a été évaluée.
L’expérience des éleveurs sur l’utilisation de ces prairies a été relevée à partir d’une enquête. Au final, l’image des prairies permanentes est plutôt redorée. En matière de valeur alimentaire, elles n’ont rien à envier aux prairies temporaires, en particulier au printemps. Si certaines prairies restent certes peu productives, 25 % d’entre elles produisent plus de huit tonnes de matière sèche par hectare et par an avec un niveau de fertilisation limité. Enfin, la majorité des éleveurs ovins savent tirer partie de cette diversité et donner à chaque parcelle le rôle qui lui convient le mieux.

(1) Étude financée sur des fonds CASDAR: « prairies permanentes : des références pour valoriser leur diversité »

La suite de ce dossier dans Pâtre 594 mai 2012
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
La contrainte du loup revêt de multiples aspects, qui ont pour point commun de causer du stress et de la fatigue mentale à l'éleveur. © A. Chrétien
Éleveurs vs loups : du stress et du dégoût
La MRE Paca et Idele publient un recueil de témoignages d’éleveurs confrontés à la prédation du loup au quotidien.
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre