Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Elevage ovin
La race Noire du Velay, une brebis maternelle par excellence

Cette race des Monts du Velay à la belle couleur noire est reconnue, même hors de son territoire, pour sa capacité d´adaptation, ses agnelages en toutes saisons et son comportement maternel exemplaire.


Le territoire d´origine de la Noire du Velay, Haut Plateau Volcanique entre les vallées de la Loire et de l´Allier, a façonné cette race avec des qualités de robustesse et de souplesse d´adaptation nécessaires aux conditions de vie sur ce relief accidenté au climat rigoureux.
Sa couleur noire, avec des reflets ardoisés pour sa peau et brunâtres pour sa toison, exceptionnelle dans le paysage des races françaises, rappelle les sols bruns de ces volcans éteints.
Cette séductrice par la beauté de son standard et la finesse de son squelette, est une brebis économe au format moyen (60 kilos) qui possède le sens de la famille.
©Upra


Ses origines
Elle semble provenir, comme les autres races auvergnates, d´une vague de peuplement en provenance du Moyen-Orient. Peu touchée par le vaste plan de mérinisation du cheptel français, sous Napoléon 1er, elle est désignée vers 1914, comme race ovine des plateaux volcaniques du Velay. La création du Syndicat d´Elevage du Mouton Noir de Bains en 1931 a pour objectif d´améliorer la race et de fixer le standard. Sa dénomination actuelle de Noire du Velay est obtenue en 1950.

Ses aptitudes
La brebis Noire du Velay démontre sa rusticité par sa capacité d´adaptation à des conditions climatiques variables et sa bonne valorisation de surfaces peu productives. L´héritage du système traditionnel d´élevage rencontré sur les hauts plateaux volcaniques du Velay permet à cette bonne marcheuse d´exploiter des landes et des pacages parfois peu accessibles. Le bélier reste alors en permanence dans le troupeau et l´agnelage s´étalait toute l´année. Ce désaisonnement naturel exploité rationnellement autorise des systèmes d´agnelage accéléré où près de la moitié des brebis du troupeau réalise une double mise bas dans l´année. Cette qualité primordiale assure la production et la commercialisation d´agneaux en contre-saison, à une période où le marché est porteur.

Brebis calme, à l´instinct maternel très développé, elle ramasse bien ses agneaux, ce qui limite la constitution de cases d´agnelage. Ce comportement allié à une bonne production laitière assure des agneaux vigoureux à croissance élevée et facilite le travail des éleveurs en période d´agnelage.
La fréquence des naissances gémellaires (prolificité moyenne = 153 %) et l´accélération du rythme d´agnelage favorisent une productivité annuelle élevée.
La brebis Noire du Velay donne naissance à 1,9 agneau en moyenne chaque année. Cela reflète les potentialités de la race quelles que soient les pratiques d´élevage. Elle extériorise au maximum ses qualités en système intensif, et assure une production correcte en conditions moins favorables. La précocité sexuelle des agnelles favorise de bons résultats techniques dans les troupeaux grâce à une fertilité élevée dès l´âge de 7 mois.
©Upra

Utilisation en croisement
Les qualités bouchères des agneaux Noire du Velay sont appréciées malgré une conformation moyenne (20 % classé R). Ce classement peut être amélioré par le croisement avec des béliers de races lourdes. La réponse au croisement de la race (80 % d´agneaux classés R) garantit des agneaux de qualité, à croissance rapide et bien conformés, appréciés par la filière pour la facilité de leurs débouchés.
©Upra

Sa sélection
La création de l´Upra en 1972 par un petit groupe d´éleveurs, fiers de leur Noire du Velay, et attachés à ses qualités de production et d´adaptation, a sauvé la race alors menacée de métissage par des croisements anarchiques avec des races à viande. L´amélioration rapide de la race repose sur le choix judicieux des reproducteurs mâles. Pour cette raison, les adhérents de l´Upra créent en 1978 un centre d´élevage de béliers pour conserver les meilleurs géniteurs. Fédérée au sein de l´Upra ROM, la section Noire du Velay continue de sélectionner les reproducteurs sur les qualités d´élevage (prolificité et valeur laitière) sans dénigrer la rusticité, le désaisonnement et l´instinct maternel. Elle porte aussi un effort particulier sur l´amélioration des qualités bouchères, avec la mise en place de la Station de Contrôle Individuel des jeunes mâles en 2001, et sur la résistance à la tremblante, par la diffusion de béliers typés résistants.

36 élevages, représentants 13 000 brebis, constituent la base de sélection et assurent la commercialisation an-nuelle de 60 béliers recommandés et 1000 agnelles inscrites. Les éleveurs d´hier peuvent être fiers d´avoir pris en main le devenir de leur Noire du Velay, sauvée d´une disparition certaine, et ainsi d´avoir permis à de jeunes éleveurs de prendre la relève.
©Upra


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre