Aller au contenu principal

Cap Protéines veut rendre la souveraineté protéique à la France

Le projet Cap Protéines va multiplier les recherches et les lieux de démonstration pour proposer des alternatives au soja d’importation.

Le projet Cap Protéines est conduit par Terres Inovia et l’Institut de l’élevage sur un financement deTerres Univia et du ministère de l’Agriculture à travers le Plan de relance. © Cap Protéines
Le projet Cap Protéines est conduit par Terres Inovia et l’Institut de l’élevage sur un financement deTerres Univia et du ministère de l’Agriculture à travers le Plan de relance.
© Cap Protéines

Alors que la France continue d’importer la moitié de ses tourteaux, du soja d’Amérique du Sud notamment, afin d’alimenter ses élevages, les instituts techniques des oléoprotéagineux et de l’élevage débutent un important programme de recherche, développement et transfert appelé Cap Protéines. Son but ? Redonner de la souveraineté protéique à la France tant dans l’alimentation humaine qu’animale. C’est particulièrement important pour les troupeaux laitiers qui sont moins autonomes en protéines que les troupeaux allaitants (68 % d’autonomie protéique pour les brebis laitières contre 83 % pour les ovins allaitants).

Comme la prairie constitue la première source de protéines en élevage, Cap Protéines va promouvoir l’implantation de légumineuses dans les prairies ainsi que les mélanges céréales-protéagineux. Le programme, issu du Plan Protéines lui-même issu du Plan de relance, va aussi développer l’utilisation des tourteaux et graines d’oléoprotéagineux produits en France et en Europe. Pour cela, Cap Protéines va réaliser une quarantaine d’essais sur l’alimentation des ruminants et mettre en place des plateformes de démonstration dans les lycées agricoles ou fermes expérimentales. Une façon de montrer les possibilités des légumineuses, protéagineux ou prairies multiespèces.

Seront également mis en avant 330 élevages de bovins, ovins ou caprins qui présentent des techniques intéressantes pour renforcer l’autonomie protéique. Des outils numériques d’autoévaluation seront revalorisés (Devautop, AutoSysel, HappyGrass, Perpet…) ou développés. Pendant les deux ans du projet et sans doute au-delà, de nombreuses journées portes ouvertes et livraisons de documents et vidéos sont également prévues pour partager les bonnes pratiques. Avec un budget de 9,5 millions d’euros consacrés à la partie élevage du projet, l’Institut de l’élevage et ses nombreux partenaires vont contribuer à réduire la dépendance de la France aux importations de soja d’Amérique du Sud, trop souvent liées à de la déforestation et aux cultures OGM. L’ensemble du plan protéines vise à doubler d’ici 2030 les surfaces en oléoprotéagineux et légumineuses fourragères pour atteindre 8 % de la SAU nationale, soit deux millions d’hectares.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Grace à la convergence des aides, au paiement redistributif et au maintien de l’ICHN, les éleveurs de petits ruminants toucheraient en moyenne un peu plus d’aides de la PAC.
Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC
Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.
Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre