Aller au contenu principal

Moisson 2021 : machines embourbées, 34% du blé pas encore moissonné, le moral des agriculteurs atteint

La pluie quotidienne, sur nombre de régions françaises, perturbe la moisson 2021. Les agriculteurs peinent à finir, voire à débuter, la récolte des céréales. Alors que l’inquiétude sur la qualité des blés croît le moral des agriculteurs diminue selon Christiane Lambert présidente de la FNSEA.

Difficile reprise de la moisson de l'orge de printemps dans l'Oise, selon l'Earl Loisel.
Difficile reprise de la moisson de l'orge de printemps dans l'Oise, selon l'Earl Loisel.
© @Earl_Loisel

« 47% du blé n’est pas encore moissonné alors qu’au 26 juillet d’habitude la moisson est finie. Les agriculteurs sont extrêmement inquiets », a déclaré Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, ce matin sur France inter, citant les chiffres de FranceAgriMer au 26 juillet 2021. « Dans certaines régions, la moisson n’a pas commencé, car il pleut tous les jours et il faut 3 à 5 jours de sec pour commencer », a-t-elle poursuivi.

Lire : Moisson 2021 : le prix du blé en route pour le record de 2007 ?

Evoquant des difficultés au quotidien pour les agriculteurs lors de cette moisson 2021, « machines embourbées », moissonneuses batteuses à l’arrêt une heure après leur sortie, la présidente du FNSEA a estimé que le moral des agriculteurs était atteint dans certaines régions. « La qualité des blés qui va être récoltée nous inquiète », a-t-elle alerté au micro de France Inter.

Selon le dernier bulletin Céré’Obs de FranceAgriMer, les surfaces de blé tendre récoltées évoluent de 47%, au 26 juillet, à 66% au 2 août 2021. Avec une forte disparité selon les régions. Ce taux tombe à 34% en Bretagne, 29% en Hauts-de-France et 28% en Normandie.

Lire aussi : Moisson 2021 : bons rendements en blé, et une qualité qui limite la casse

L’an dernier à la même date 97% des surfaces en blé tendre en France avaient été récoltées.

Derniers chiffres de la moisson 2021 selon FranceAgriMer - Céré'Obs

En orge de printemps, les surfaces sont à 68% récoltées en France contre 79% au 2 août 2020.

Retard de 14 jours par rapport à l'an dernier

A ce stade, la moisson 2021 de blé tendre est ainsi en retard de 11 jours sur la moyenne de 5 ans et de 14 jours sur celle de l’année dernière.

Sur les réseaux sociaux, les agriculteurs se désespèrent d’en finir avec cette période de moisson.

Tous les regards se tournent vers des prévisions météorologiques plus clémentes pour la fin de semaine.

Lire aussi : Moissons 2021 : premières impressions mitigées et craintes pour la suite

Lire aussi : Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive

 

Les plus lus

Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture alerte Jean-Marc Jancovici
Dans un message posté sur Linkedin, Jean-Marc Jancovici réagit à un article des Echos relatant la visite d’Emmanuel Macron aux…
investissement photovoltaïque agriculture
Investissements : optimiste pour 2022, le Crédit agricole exprime des « incertitudes » pour 2023
La première banque de l’agriculture a accordé un montant record de prêts en 2021 au monde agricole et annonce un bon premier…
méthanisation concurrence élevage fourrage
La méthanisation concurrence-t-elle l’élevage ? L’exemple breton
La méthanisation risque-t-elle de concurrencer l’approvisionnement des élevages ? Le débat reprend à l’occasion de cet été 2022…
Arnaud Gaillaut, président des Jeunes agriculteurs, et Emmanuel Macron à Terres de Jim.
Pacte d’orientation et d’avenir pour l’agriculture : les 4 annonces d’Emmanuel Macron
A Terres de Jim dans le Loiret, le président de la République a annoncé les grandes pistes sur lesquelles il compte travailler…
Jean Jouzel Giec changement climatique agriculture
« Changement climatique : les agriculteurs doivent faire partie des solutions », selon Jean Jouzel
Entretien avec Jean Jouzel, climatologue, ex vice-président scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution…
estives Lozère sécheresse
Sécheresse – décapitalisation : « coopératives et négociants voient arriver beaucoup d’animaux depuis deux semaines »
La présidente de la Chambre d’agriculture de Lozère exprime sa crainte de voir la décapitalisation des bovins viande s’amplifier…
Publicité