Aller au contenu principal

Michel Biero, président de Lidl France : « Pourquoi un éleveur a-t-il le droit de vendre à perte ? »

Reussir.fr a rencontré le seul distributeur présent au salon de l’agriculture ce dimanche 25 février. Après l’avoir interpellé le matin même sur la situation agricole, Michel Biero président de Lidl France, a été reçu jeudi 22 février au soir par Gabriel Attal. Parmi ses propositions l’une a été retenue par Emmanuel Macron : la mise en place de prix planchers pour les agriculteurs. 

Comment avez-vous vécu l’ouverture chaotique du salon de l’agriculture hier ?

Michel Biero : On savait depuis des semaines que cela allait être un salon particulier, avec ses moments troublés. L’ouverture du hall 1 a été décalée à 13h30. La matinée a été un peu triste, les salariés attendaient sur notre stand. C’était particulier. En même temps je trouve la colère des agriculteurs très légitime. Il ne faut rien lâcher on n’est pas loin d’avoir quelque chose de concret. 

J’étais invité au débat voulu par Emmanuel Macron


Lire aussi : Salon de l’Agriculture : que retenir de l’inauguration chaotique par Emmanuel Macron

Avez-vous eu l’occasion de rencontrer Emmanuel Macron durant sa visite au salon ?

Je n’ai même pas essayé. J’étais chez Gabriel Attal jeudi soir, je n’allais pas faire le forcing juste pour une photo avec le président, ce n’était pas le moment. Il faut savoir rester à sa place et laisser le monde agricole exprimer ses revendications. 
 

Etiez-vous invité au débat prévu initialement par le président de la République ?

Oui j’étais invité et très content de l’être mais quand j’ai su que les représentants agricoles ne souhaitaient pas y aller j’ai dit avant que ce soit annulé que ça ne servait à rien d’y aller. Je voulais débattre avec le monde agricole
 

Emmanuel Macron a annoncé la mise en place de prix planchers dans les filières agricoles, une demande que vous avez formulée, êtes-vous satisfait ?

Certains vont dire que la mise en place de prix planchers n’est pas possible mais si on ne fait rien, rien ne va bouger. J’ai alerté le Premier ministre sur la gravité de la situation. Pour moi l’annonce de 400 millions d’euros d’aides c’est bien, la simplification aussi, mais pour en discuter avec mon beau-père qui est céréalier dans le Gers, l’important c’est le revenu. 

Aujourd’hui la LME écrase Egalim

Pour construire le prix en marche avant, la base de cette construction doit être figée. Aujourd’hui elle est volatile et en plus la LME écrase Egalim. Le distributeur et l’industriel n’ont pas le droit de vendre à perte, pourquoi l’éleveur a-t-il le droit ? 

Michel Biero, président de Lidl France


Le président de la FNPL estime que les prix planchers équivalent à des prix plafonds, et y est plutôt hostile, qu’en pensez-vous ?

On peut dire que l’on ne veut rien faire mais dans six mois il y aura encore moins d’agriculteurs. Le premier industriel laitier de France paye 415 euros les 1000 litres de lait. Est-ce que ce n’est pas mieux qu’il paye le lait à un minimum de 470 euros ? Je ne dis pas que c’est la solution mais essayons à titre expérimental.

Lire aussi : Relations commerciales : Vers un Egalim 4 ?

Que proposez-vous exactement ?

Dès mars 2018, dans le cadre des Etats généraux de l’alimentation, j’ai proposé trois amendements aux députés. J’ai proposé d’interdire les opérations promotionnelles sur le lait, le porc et le bœuf, sauf à la demande exclusive des producteurs, comme sur les fruits et légumes. J’ai proposé aussi d’affecter un prix d’achat minimum garanti incluant notamment les coûts des productions pour le lait, le porc et le bœuf. Enfin j’ai proposé un prix de vente minimum pour ces produits. En septembre 2022 sur le salon Terres de Jim j’ai offert à Emmanuel Macron, Marc Fesneau et Christiane Lambert un t-shirt sur lequel il était écrit « les vaches premiers prix n’existent pas ».

 J’avais dit à l’époque que je vendais le lait le plus cher de France. Tous les distributeurs vendaient à 80 centimes et moi à 95 centimes à regret. Personne n’a bougé, en septembre 2023 je me suis mis à faire du lait premier prix. La semaine dernière j’ai interpellé Gabriel Attal pour lui dire d’expérimenter ces propositions sur un an.
 

Vous dites qu’il faut supprimer la LME, expliquez-nous ?

La LME c’est la complexité et l’opacité et un contrat MDD c’est la simplicité et la transparence.

Michel Biero sort une liasse de 400 pages expliquant qu’il s’agit là d’un contrat pour une marque nationale lié à la LME et affirme que pour ses MDD seules 10 pages suffisent.

Que proposez-vous, de supprimer le tarif général de l’industriel ?

Il faut un courage politique pour dépoussiérer en profondeur la LME en supprimant le tarif général de l’industriel ou en demandant la transparence sur sa composition. Je pense que ça permettrait de faire une vraie Egalim.

Il faudrait aussi supprimer l’option 3 d’Egalim

 Il faudrait aussi supprimer l’option 3 d’Egalim qui permet de renvoyer à son commissaire au compte pour préciser la constitution du prix. J’en ai parlé au comité de suivi des négociations commerciales la semaine dernière. 
 

Faites-vous partie des 150 cas de non-conformité à la loi Egalim mis en avant par Bruno Le Maire ?

Bruno Le Maire a annoncé que 5 distributeurs allaient être lourdement sanctionnés. Nous n’en faisons pas partie. 

Lire aussi : Fin du Nodu, Egalim, aides bio, les 7 points à retenir de la conférence de presse de Gabriel Attal 

Vous êtes sorti de la FCD il y a un an et demi que pensez-vous de la demande par plusieurs enseignes d’imposer Egalim à la restauration ?

La restauration commerciale a une responsabilité, la restauration collective aussi mais pour moi nous devons d’abord balayer devant notre porte. 

Vous êtes le seul distributeur présent sur le salon. Quelles sont vos avec les agriculteurs présents ?

Je ne suis pas à l’abri de me prendre un œuf sur la tête ! Tout le monde ne me connait pas, ne sait pas ce que je fais sur la rémunération des agriculteurs, la décarbonation, la conservation des sols… Mais regardez en bas (Michel Biero regarde en contre-bas de l’espace privé du stand Lidl), ce sont des éleveurs qui distribuent leur lait et leur viande

Les plus lus

Paysage agricole
Quel prix des terres agricoles en 2023 ?

Après deux années de progression, le marché foncier agricole s’est stabilisé en 2023 avec des surfaces en baisse mais une…

Terres agricoles et bâtiments d’élevage en Bretagne
Comment évolue le prix des terres agricoles en Bretagne ?

Le prix moyen des terres agricoles en Bretagne reste assez stable en 2023. Une stabilité à laquelle participe la Safer…

Homme votant pour les élections européennes
Elections européennes : pour qui les agriculteurs vont-ils voter ?

Une enquête réalisée par le Cevipof et l’Agro Toulouse avec le groupe Réussir éclaire sur les intentions de vote des…

Parlement européen
Résultats aux élections européennes : quelles conséquences pour l’agriculture ?

Les résultats des élections européennes en France et dans les autres pays européens sont tombés. Quel impact pour les…

Jean-Marc Jancovici, président du Shift Project, devant un paysage rural.
Décarbonation : « L’agriculture est le secteur le plus complexe qu’on ait eu à regarder » reconnait Jean-Marc Jancovici qui en appelle aux agriculteurs

L’agriculture doit répondre à trois défis : produire beaucoup, produire pas cher tout en respectant l’environnement. Une…

Moisson d'orge dans l'Hérault
Moisson 2024 : le top départ est lancé

La récolte 2024 de céréales a démarré le week-end dernier avec quelques jours de retard par rapport à la moisson 2023. Alors…

Publicité