Aller au contenu principal

Démographie agricole
L’installation de nouveaux agriculteurs en 2020 en dix chiffres, selon la MSA

La MSA vient de publier les chiffres de l’installation agricole en 2020. L’évolution s’avère plutôt négative par rapport à 2019. Décryptage.

Jeune agriculteur
8 838 jeunes chefs d’exploitations de moins de 40 ans se sont installés en 2020
© Pixabay
 

La MSA vient de livrer les chiffres de l’installation des exploitants agricoles en 2020. Des chiffres dans le rouge alors que l’installation agricole continue de régresser en France. Retour sur les 10 chiffres clés à retenir sur le sujet.

 

  • 12 508 c’est le nombre de chefs d’exploitation agricole qui se sont installés en 2020, soit 898 de moins qu’en 2019. Cette baisse de 6,7% des installations fait suite à un recul de 3,7% en 2019.
     
     
  • 8 838 jeunes chefs d’exploitations de moins de 40 ans (ceux qui sont éligibles au dispositif d’aide à l’installation) se sont installés en 2020, représentant 70,7% des nouveaux installés. Un chiffre en recul de 3,5% sur un an. Les installations tardives ne résultant pas d’un transfert entre époux s’élèvent quant à elles à 3080, en recul de 12% par rapport à 2019 et ne représentant que 24,6% des installations. Quant aux installations tardives résultant d’un transfert entre époux, elles chutent de 21,3% à 590 (4,7% des installés).
 
  • 39,5%, c’est la hausse des installations enregistrée dans les Yvelines en 2020, devant la Marne (+38,9%), l’Allier (+27,7%), le Bas-Rhin (+23,9%). Toutefois dans la quasi-totalité des treize régions françaises, une érosion des volumes d’installation est constatée. Les régions Nouvelle-Aquitaine (-14%) et Ile-de-France (-13,8%) connaissent le plus grand recul, seule la région Grand Est affichant une dynamique progression (+11,6%). Selon la MSA, les départements qui affichent le plus fort recul des installations sont : les Landes (-31,8%), l’Essonne (-31,3%), la Nièvre (-30,9%) et la Seine-et-Marne (-28,9%).
     
     
  • 54,2% des jeunes installés l’ont fait sous forme de société (contre 55% en 2012 et 57% en 2019) avec une prédilection pour les groupements agricoles d’exploitation en commun (GAEC, 24,8% des installations) et les exploitations agricoles à responsabilité limitée (EARL, 17,4%).
     
     

Un quart des jeunes agriculteurs se sont installés sur plus de 52 ha

 
  • 34,1 hectares, c’est la superficie moyenne sur laquelle les jeunes agriculteurs se sont installés en 2020. Soit un léger recul par rapport à 2019 où la surface était de 35 hectares. La MSA souligne qu’après avoir régulièrement progressé jusqu’en 2008, la superficie moyenne chez les jeunes installés s’est stabilisée entre 33 et 34 ha de 2009 à 2012. Elle avait ensuite progressé à nouveau pour s’établir à 37,1 ha en 2017. Depuis, elle repart à la baisse. La MSA souligne par ailleurs que la moitié des jeunes installés exploite une superficie (par installé) inférieure ou égale à 20 ha et un quart plus de 52 ha.
     
     
  • 39,6% des installés en agriculture en 2020 étaient des femmes, contre 39,7% en 2019. Cette part augmente chez les jeunes installés à 32%, contre 30,5% en 2019.
     

Plus d’un nouvel agriculteur sur trois est pluriactif

  • 35,8% des installés – jeunes ou tardifs- se déclarent pluriactifs, un taux supérieur à 2019 (34,9%). Parmi les jeunes installés, la MSA souligne une progression du taux de pluriactivité chez les hommes à 35,9% (contre 35,2% en 2019) et chez les femmes à 31,8% (contre 31,5% en 2019). Parmi les installés de plus de 40 ans hors transfert entre époux, la MSA souligne que le taux de pluriactivité atteint 41,2% en 2020.
     
     
  • 2,9% tel est le taux du renouvellement des exploitations en 2020, soit le ratio entre le nombre total de nouveaux installés et le nombre de chefs d’exploitation déjà en exercice. Un ratio en recul par rapport à 2019 (3,1%) alors que l’agriculture française doit faire face au vieillissement de ses chefs d’exploitation.
     
     
  • 79,8% des chefs d’exploitation nouvellement installés en 2014 l’étaient encore en 2020. Un taux de maintien qui varie sensiblement selon l’orientation économique de l’exploitant. Pour l’élevage bovins-mixte, ce taux atteint 93,2%, devant les éleveurs bovins-lait, les éleveurs bovins-viande, les agriculteurs en polyculture ou polyélevage, les arboriculteurs fruitiers et les viticulteurs.

Taux de maintien dans l’activité, selon le type d’activité

Type d’exploitation

Ensemble des installés

Elevage bovins-mixte

83,8%

Elevage bovins-lait

86,1%

Elevage bovins-viande

84,6%

Cultures et élevages non spécialisés

84,2%

Cultures céréalières et industrielles

80,9%

Arboriculture fruitière

76,4%

Viticulture

80,3%

Marais salants

80%

Elevage ovins, caprins

81,1%

Elevage porcin

76,8%

Elevage de volailles, lapins

73,6%

Autres cultures spécialisées

76%

Maraîchage, floriculture

73,4%

Total

79,8%

Source : MSA

 

 

  • 69,3% tel est le taux de maintien pour les installés hors transfert entre époux contre 87,6% pour les jeunes installés. « Les départs à la retraite étant inclus dans les arrêts, il est assez logique que la catégorie des installés les plus âgés affiche un taux de maintien plus faible », souligne la MSA.

 

Les plus lus

Ce qui change pour les agriculteurs depuis le 1er janvier 2023
Tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales, fiscales et nouveaux règlements qui s’imposent aux agriculteurs, ou tout du…
Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
Ovalie, vache égérie du salon de l'agriculture 2023, et ses deux veaux
La vache Ovalie ne viendra pas seule au salon de l’agriculture 2023
L’égérie du prochain Salon international de l’agriculture a donné naissance début janvier à des jumelles. Ses éleveurs se…
Publicité