Aller au contenu principal

L’étiquetage de la rémunération des agriculteurs écarté des discussions sur la loi Climat

La députée de la Drôme Célia De Lavergne a finalement retiré son amendement concernant l’introduction d’un « rémunérascore » à la demande du gouvernement.

Barbara Pompili
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, a annoncé dans l'Hémicycle le 31 mars la mise en place d'une groupe de travail sur l'idée de "rémunérascore".
© Assemblée nationale

Le 3 mars, Julien Denormandie s’était dit favorable à l’idée exprimée par la députée de la Drôme Célia de Lavergne d’informer le consommateur sous forme d’un rémunérascore sur la question de la rémunération des producteurs agricoles. Mercredi 31 mars, en séance publique d'examen du Projet de loi Climat et Résilience les députés ont finalement écarté cette idée qui sera étudiée dans le cadre d’un groupe de travail.

« Aux deux indices que sont, d’une part, le Nutri-score, dont l’enjeu est la santé et la qualité de la nutrition, et, d’autre part, l’affichage environnemental, dont l’enjeu est le climat, on en ajouterait un troisième, dont l’enjeu sera la rémunération du producteur et la souveraineté alimentaire », a défendu dans l’exposé de son amendement la députée LREM Célia de Lavergne.

Lire aussi : https://www.reussir.fr/lesmarches/quelles-ameliorations-pour-les-filieres-agricoles-dans-la-loi-climat

« Depuis trente ans, la rémunération des producteurs a baissé et, l’an dernier, 22 % d’entre eux n’ont déclaré aucun revenu. Le sujet mérite que nous lui consacrions un score spécifique », a-t-elle encore exposé, proposant une expérimentation. Une idée écartée par la rapporteure de la commission spéciale Aurore Berger, au prétexte que cela ralentirait le processus de l’étiquetage environnemental.

 

 

« La création d’un rémunérascore est une idée très intéressante qui rejoint le souci commun aux députés et au Gouvernement de rémunérer justement les agriculteurs », a commenté pour sa part la ministre de la transition écologique Barbara Pompili.

Mise en place d'un groupe de travail

« La semaine dernière, Serge Papin a remis des propositions visant à améliorer la loi Egalim. On pourrait y ajouter, à côté de l’affichage environnemental, un affichage semblable à celui que vous proposez », a-t-elle poursuivi. Evoquant toutefois la « difficultés d’indiquer le juste prix payé aux producteurs », la ministre a annoncé qu’après concertation avec son homologue de l’Agriculture Julien Denormandie un groupe de travail serait créer pour approfondir le sujet.

Célia de Lavergne a ainsi cédé à la demande de la ministre de retirer son amendement.

Lire aussi : https://www.reussir.fr/lesmarches/les-filieres-alimentaires-accueillent-fraichement-le-projet-de-loi-climat

Les plus lus

[Covid-19] Agriculteurs : téléchargez l'attestation obligatoire au-delà de 10 km et pendant les horaires du couvre-feu
Pendant le confinement, les agriculteurs continuent à travailler. Pour les déplacements au-delà de 10 km ou pendant les horaires…
Emilie Faucheron
Vignes, fruits, betteraves anéantis par le gel : des agriculteurs témoignent
La gorge nouée, émus, des vignerons, arboriculteurs et betteraviers témoignent sur les réseaux sociaux des dégâts considérables…
Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d'Or
[Pac - Manifestation à Dijon] Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d’Or : « On m’a mis les menottes dans le dos, comme un délinquant »
Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d’Or, en Gaec sur une exploitations polyculture élevage (limousines…
Gel
Une deuxième vague de froid, plus humide, attendue après le pire gel qu’ait connu l’agriculture française depuis 1950
Les agriculteurs français viennent de vivre un épisode de gel catastrophique et doivent se préparer au retour d'un froid, moins…
Religieuses et agricultrices : elles recherchent 700 000 € !
Dans le Gers, une communauté de moniales cisterciennes est installée depuis 1949 à l’abbaye de Boulaur. Le site abrite une…
Serge Zaka (ITK)
[Météo] Les records de la vague de chaleur plus graves que l'épisode de gel pour l'agriculture
Sur son temps personnel, le passionné Serge Zaka, docteur en agroclimatologie chez ITK et administrateur de l’association…
Publicité