Aller au contenu principal

Les ruraux ne veulent pas d’une hausse de la taxe carbone

Le dernier Baromètre d’opinion de la DRESS fait apparaître une plus faible adhésion à la hausse de la taxe carbone parmi les résidents des communes rurales en comparaison au reste de la population française.

étude opinion monde rural hausse taxe carbone
© Charles Baudart

En 2022, d’après le Baromètre d’opinion de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), plus de six résidents de France métropolitaine sur dix sont favorables à une augmentation de la taxe carbone si, en contrepartie, une mesure redistributive, fiscale ou environnementale est mise en place. L’adhésion spontanée est près de deux fois plus faible si une hausse leur est proposée sans contrepartie. Quelle que soit la mesure compensatoire,  34 % des personnes interrogées y adhèrent ; à l’opposé 13 % la rejettent systématiquement.

Lire aussi : Accord européen sur le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières de l'UE

 

Quelle que soit la mesure envisagée, une plus faible adhésion à la hausse de la taxe carbone parmi les ruraux

À revenus donnés, face à la hausse de la taxe carbone, les personnes vivant en milieu rural perdent plus de pouvoir d’achat que  celles de l’agglomération parisienne, du fait du poids plus élevé du transport et du chauffage individuel dans leur consommation. Une redistribution horizontale telle que la création de transports, d’emplois et de services de proximité dans les zones périphériques et rurales permettrait de faire face en partie à cette hausse pour les foyers les plus touchés, en favorisant le développement d’alternatives moins carbonées. Alors que seule une personne sur cinq vivant dans une commune rurale est favorable à une hausse de la taxe carbone sans contrepartie proposée, deux sur trois disent le devenir si cette hausse est accompagnée de la création de transports, d’emplois et de services de proximité dans les zones périphériques et rurales. 

 

Lire aussi : L’agriculture fait avancer la neutralité carbone

 

Une hausse mieux acceptée si elle est accompagnée de la création de transports d’emplois et de services

Cette contrepartie est celle qui rencontre le plus d’adhésion parmi les résidents des communes rurales – ils sont moins de six sur dix à adhérer à la hausse de la taxe carbone pour les autres contreparties proposées. Quelle que soit la mesure envisagée, la hausse de la taxe carbone reste donc moins bien acceptée dans les communes rurales que partout ailleurs. Cependant, l’écart d’adhésion entre les habitants des communes rurales et les Franciliens est trois fois plus faible (10 à 15 points d’écart) lorsqu’elle finance une autre mesure, quelle qu’elle soit, que lorsqu’aucune contrepartie n’est mentionnée (37 points d’écart).

Les plus lus

Tracteur embourbé dans un champs  lors d'une opération de taille de haie
Taille des haies : quels départements appliquent la dérogation jusqu’au 15 avril ?

Le ministère de l’Agriculture a annoncé le 15 mars la mobilisation de la procédure de la force majeure. Plusieurs départements…

Océane Balland, jeune agricultrice, avec un veau charolais
Océane Balland, 21 ans, agricultrice : « je travaille 70 à 80 heures par semaine pour un revenu de 1500 euros »

Océane Balland, 21 ans, fille et petite-fille d'agriculteur, a repris la ferme familiale en Haute-Saône à 100% fin 2023.…

tracteur accidenté au bord de la route
Victime de plusieurs accidents du travail, cet agriculteur n’aura pas droit à une rente, confirme la Cour de cassation

Un agriculteur accidenté ou victime d’une maladie professionnelle n’a pas forcément droit à une rente, selon une récente…

Session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité aux sujets agricoles dans la Somme.
Désarmer la police de l’environnement dans les fermes ? Pourquoi l’OFB dit non !

La direction de l’Office français de la biodiversité s’oppose fermement au désarmement de ses agents lors du contrôle dans les…

Jachère fleurie devant un champ de maïs et une rampe d'irrigation.
Jachère, rotation des cultures, couverture des sols : vers un allégement de la conditionnalité des aides PAC

La Commission européenne a proposé le 15 mars plusieurs mesures visant à simplifier la conditionnalité des aides de la…

La députée écologiste Marie Pochon à l'Assemblée nationale
Prix plancher pour les agriculteurs : Emmanuel Macron les promet, les écologistes les font voter à l’Assemblée nationale

Instaurer des prix minimum dans les filières agricoles qui le souhaitent garantissant un revenu de deux Smic pour les…

Publicité