Aller au contenu principal

Les paysages bocagers favorisent la diversité végétale dans les champs cultivés

Une étude menée par différentes équipes scientifiques montre l’incidence des paysages bocagers sur la diversité végétale dans les champs cultivés.

étude
Les paysages bocagers contribuent à la diversité végétale dans les champs cultivés
© Pixabay

Considérées comme une gêne pour les machines agricoles et une source potentielle de bioagresseurs (plantes adventices, insectes ravageurs…), les haies ont été largement détruites pour faire place à d’immenses champs de monoculture dans les années 1950. Aujourd'hui, ce système agricole est remis en cause du fait de ses impacts négatifs sur la biodiversité et la santé, mais également sur la diversité de la flore adventice. Des scientifiques d’INRAE, en partenariat avec des équipes de l’Université de Rennes 1, du CNRS et de l’Anses, ont évalué l’effet des paysages bocagers sur la flore adventice en observant leur dispersion dans les champs et en mesurant l’hétérogénéité environnementale.

Lire aussi : nos articles consacrés aux adventices

« Les paysages bocagers favorisent la diversité en adventices, sans pour autant augmenter leur abondance dans les champs »

Les scientifiques ont  échantillonné la flore adventice de 74 parcelles cultivées en agriculture conventionnelle et en agriculture biologique dans des paysages plus ou moins denses en haies.

Leurs recherches, publiées dans Journal of Applied Ecology, ont montré que les paysages bocagers contenant des réseaux denses et complexes favorisent la diversité en adventices sans augmenter leur abondance et ce indépendamment du mode de production, conventionnel ou biologique. Pour eux, ce constat s’explique vraisemblablement par l’augmentation de l’hétérogénéité environnementale dans les paysages bocagers.

La diversification de la flore adventice permet de limiter le développement des « mauvaises herbes » les plus compétitives. En outre, elle pourrait favoriser la biodiversité et les fonctions écologiques associées telles que la pollinisation, le contrôle biologique des bioagresseurs, ou la décomposition de la matière organique. Les scientifiques estiment que « ces résultats ouvrent des voies prometteuses pour une gestion durable des adventices qui préserve la biodiversité dans les champs ».

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
Julien Revellat, directeur associé du bureau parisien de McKinsey
Comment McKinsey compte influencer l’évolution de l’agriculture française
Le cabinet de consultants McKinsey a mis en place un simulateur d'agriculture régénératrice hébergé sur le campus Hectar, créé…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
Alexis Le Rossignol, dans la campagne
Alexis Le Rossignol, humoriste France Inter inspiré du bon sens paysan
Auteur d’une chronique humoristique chaque semaine sur France Inter, Alexis Le Rossignol aime à parler du monde rural et nous…
Publicité