Aller au contenu principal

Les dix chiffres à retenir de l’observatoire des prix et des marges des produits alimentaires 2021

Le contexte particulier de la pandémie en 2020 avec l’émergence de nouveaux comportements alimentaires n’a pas permis au secteur agricole de voir la pression se relâcher sur les prix. Bien au contraire. Retour sur 10 chiffres clé du rapport 2021 de l’observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires.

Philippe Chalmin
Philippe Chalmin, président de l'Observatoire de la formation des prix et des marges, ce 15 juin lors de la remise du 10e rapport au Parlement.
© Capture d'écran de la visioconférence

« 2020 a été une année tout à fait particulière marquée par la pandémie et la succession de confinements qui ont modifié les comportements alimentaires », a introduit ce mardi 15 juin Philippe Chalmin président de l’observatoire de la formation des prix et des marges en introduction de son rapport 2021 au Parlement. Zoom sur 10 chiffres clés qui montrent que cette situation a peu touché les prix à la production agricole. 

  • 2.2% c’est l’augmentation des prix à la consommation des produits alimentaires entre 2019 et 2020, contre une stabilité (+0,5%) des prix à la production agricole et des prix des produits des industries alimentaires. Des évolutions moyennes qui cachent toutefois des dynamiques contrastées selon les filières. Dans le détail, la hausse de l’indice des prix à la consommation est observée pour la viande de porc fraîche (+4,7%), le jambon (+3,8%), la viande bovine (+1,8%), les volailles (+0,8%), la baguette de pain (+0,7%), les fruits (+9,2%), les légumes (+8,7%) et les poissons (+2,9%).
    Prix alimentaires
  • 2.5% c’est la marge nette rapportée au chiffre d’affaires avant impôt de la grande distribution sur l’ensemble des rayons alimentaires frais après imputation des charges en 2019 en hausse de 1.8% par rapport à 2018. Elle s’établit à 1,7% après impôt. Le rapport souligne toutefois que trois rayons s’inscrivent toujours en négatif (la boucherie, la marée et la boulangerie).
  • 8,7 euros pour 1000 litres de lait, tel serait le résultat net moyen pour 2019 au niveau de l’industrie laitière selon la première étude réalisée par Efeso Consulting pour l’Atla et l’observatoire des prix et des marges à partir d’un échantillon représentation d’entreprises laitières françaises (jusqu’ici l’observatoire s’arrêtait à l’Ebitda). Leur taux de rentabilité s’élève à 0,9% du chiffre d’affaires.
     

    Lire aussi : L’Observatoire des prix et des marges va plus loin dans la publication des marges des IAA laitières

  • 373,1 euro/1000 litres est le prix réel du lait de vache payé au producteur en 2020 (toutes primes comprises, toutes qualités confondues) en repli de 2,5 euros par rapport à 2019, selon l'OFPM.

    Lire aussi : Bûchettes de chèvre moins chères en 2020 et lait mieux valorisé

  • 480,5 euros/1000 litres en 2020. C’est le prix réel du lait biologique payé au producteur, en recul de 0,6 euro par rapport à 2019. L’observatoire souligne que près d’un quart de la matière protéique issue du lait bio collecté en 2020 serait déclassé en conventionnel, ce qui n’est pas le cas pour la matière grasse. En première approche, le coût de la matière première nécessaire pour produire un litre de lait UHT demi-écrémé et une partie de beurre bio serait estimée autour de 43% du prix au détail.

    Lire aussi : L'indicateur de marge brute de la meunerie au plus bas depuis 2012

  • 51% c’est le taux de marge brute de l’industrie des pâtes alimentaires en 2020, en recul par rapport à 2019 où il s’affichait à 55,7%. Une baisse due à la hausse des cours du blé dur, suite à une demande particulièrement dynamique en période de confinement alors que le prix des pâtes au détail est resté stable à 1,35 euro par kilo. L’indicateur de coût de matière première a ainsi progressé entre 2019 et 2020 pour atteindre 30% du prix hors TVA des pâtes contre 25.3% en 2019.

  • Pâtes alimentaires
  • +5,8% et +1,2%, ce sont les hausses respectives du prix au détail du jambon cuit et de la côte de porc en libre-service enregistré en 2020 alors que dans le même temps la cotation E+S annuelle de porc reculait de 8 centimes/kg par rapport à 2019 et le coût de production en élevage porcin progressait de 1,3%.
    Jambon cuit
  • +2% c’est la hausse du panier de viande bovine enregistré en 2020 comme le steak haché 15% de matière grasse alors que l’indicateur national des prix moyens pondérés des gros bovins entrée abattoir affichait un léger affaiblissement de 4 centimes par rapport à 2019.
     
  • 1 Smic, c’est la rémunération permise pour les naisseurs-engraisseurs de jeunes bovins en 2020, contre 0,8 Smic par unité de main d’œuvre dans le système naisseurs et 0,6 Smic dans le système naisseurs-engraisseurs et cultures.
     

    Lire : Rapport de l’observatoire des prix et des marges : un « rappel cinglant de la réalité », selon la FNSEA

  • 3 centimes par kilo de carcasse, c’est la hausse du résultat courant moyen entre les 9 premiers mois de 2019 et les 9 premiers mois de 2020 pour le maillon abattage-découpe de gros bovins. Un résultat passé de 1 centime/kg de carcasse en 2019 à 4 centimes/kg de carcasse en 2020.

Les plus lus

Quel que soit le scénario envisagé, tous les secteurs connaîtront une diminution de leur production oscillant entre 5 et 15%, l’élevage étant le secteur le plus durement touché, selon l'étude.
Agriculture en Europe : les prédictions funestes d’une étude cachée
L’étude du centre commun de recherche européen, sortie sans aucune promotion en plein été, fait couler de l’encre en cette…
Océane Future agricultrice : « Il y a beaucoup trop de préjugés sur les femmes en agriculture »
A 19 ans, Océane est agricultrice et active depuis déjà 5 ans sur les réseaux sociaux. Elle se destinait à ce métier depuis…
Eric Piolle, actuel maire de Grenoble, et candidat aux primaires écologistes souhaite que la filière de l’élevage se transforme pour aller davantage vers des fermes de petites tailles.
Eric Piolle : « Je propose de créer 25 000 fermes communales et agroécologiques »
Eric Piolle, actuel maire de la ville de Grenoble, se présente aux primaires écologistes (premier tour du 16 au 19 septembre…
Stéphane Le Foll
Stéphane Le Foll : « le seul problème du monde agricole c'est de penser qu’il faut produire plus »
Ex-ministre de l’Agriculture et actuel maire du Mans, Stéphane Le Foll a annoncé se présenter à une primaire socialiste qu’il…
Constance, jouée par Diane Rouxel, veut reprendre la ferme de son père, incarné par Olivier Gourmet, et la sauver de la faillite.
[Film] « La Terre des hommes » : élevage, pouvoir et domination
Constance, fille d’éleveur charolais, veut reprendre, avec son fiancé, l’exploitation agricole de son père et la sauver de la…
Le prix de la coque d'un bâtiment d'élevage aurait augmenté de 31% depuis 2018.
La flambée des prix des matériaux de construction leste les coûts de l’élevage
Bois, acier, isolants, tôles… Les matériaux de construction voient leurs prix s’envoler depuis l’automne dernier et cela pèse sur…
Publicité