Aller au contenu principal

Les agriculteurs face aux conflits de voisinage : Dupond-Moretti annonce une proposition de loi

Eric Dupond-Moretti a annoncé sur le salon de l’agriculture un texte visant à empêcher les néoruraux de se plaindre sur des nuisances liées à une activité agricole préexistante à leur emménagement.

Eric Dupond-Moretti le 3 mars sur le stand de la FNSEA au salon de l'Agriculture.
Eric Dupond-Moretti le 3 mars sur le stand de la FNSEA au salon de l'Agriculture.
© Compte twitter Eric Dupond-Moretti

 

Plaintes contre les odeurs et bruits de vaches ou le chant du coq : le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a annoncé vendredi 3 mars au salon de l’Agriculture que la majorité allait porter un texte de loi pour éviter aux agriculteurs de « faux procès » quand leur activité dérange le voisinage.

« Pardon pour la caricature, mais c'est le Parisien qui vient de s'installer près d'une ferme. C'est un rêve bucolique qui pour lui se transforme en cauchemar quand il entend le coq chanter », a ironisé le ministre de la Justice lors d'une conférence sur le stand de la FNSEA.
 

Un texte déposé d’ici septembre prochain

Selon lui, il est prévu de donner « un coup de main » aux agriculteurs via une proposition de loi « sur la responsabilité civile » qui doit être déposée par un ou plusieurs parlementaires. « L'idée c'est qu'un voisin ne peut pas se plaindre de nuisances qui préexistent à son emménagement. (...) C'est pas à vous (de) faire l'effort », a illustré Eric Dupond-Moretti. « On veut porter ça en septembre prochain », a-t-il précisé.

« Le monde agricole, oui il y a du bruit, des gens qui se lèvent le matin, partent avec le tracteur, et qui interdisent à d'autres de faire une grasse matinée. (...) Je le dis sur le ton badin mais ça génère des tas de procès ces trucs-là et faut pas qu'on emmerde les gens qui travaillent », a-t-il poursuivi.

Pour le garde des Sceaux, il est « surréaliste qu'on encombre la justice » avec des « litiges dont l'objet c'est le meuglement des vaches la nuit ».

Déploiement des tribunaux des affaires économiques

Par ailleurs à l’occasion d’une table ronde sur le mal-être agricole au salon de l’Agriculture, le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti a détaillé l’expérimentation de tribunaux des affaires économiques (TAE). Ces tribunaux auront la compétence de traiter les procédures amiables des agriculteurs, actuellement dans le giron des tribunaux judiciaires.

« On veut créer cette institution qui serait plus efficace, plus préventive, plus proche des gens et notamment du quotidien des entreprises », a expliqué le directeur de cabinet du garde des Sceaux, Jean-Denis Combrexelle, rapportent nos confrères d’Agrafil. Le but est « de faire en sorte que les problèmes économiques soient détectés le plus longtemps en avance (…) pour éviter les procédures collectives et les liquidations », a ajouté le bras droit du ministre. Il est prévu de créer « une dizaine de TAE » dans des juridictions de différentes tailles « pendant deux, trois ans », a-t-il ajouté.

Les plus lus

Champs occupés par les gens du voyage : la FDSEA du Calvados réclame des mesures
Les gens du voyage se rassemblent l’été et nombre d’entre eux prennent place dans les champs des agriculteurs. Dans le Calvados,…
Fanny de Castelnau et Alexis Duval, Co-fondateurs d'Intact
Agriculture régénérative : 5 choses à savoir sur Intact et sa levée de fonds de 55 millions d’euros
Alexis Duval, cofondateur de la start-up Intact, annonce avoir recueilli les financements nécessaires pour construire une vaste…
Benoît Darley et Alexandre Bougeant devant l'unité de micro-méthanisation
À la fromagerie Darley, la micro-méthanisation pousse à l'autonomie
Frédéric et Benoît Darley sont installés dans une ferme fromagère à Ruca, dans les Côtes d'Armor. Pour répondre à leurs besoins d…
A Bagert, comment abreuver les vaches si le tracteur ne peut plus passer ?
Il ne peut plus accéder à son pré en tracteur pour aller abreuver ses vaches. C’est le résultat d’un arrêté qui vient d’être pris…
Crédits carbone : 3,2 millions d'euros versés à 400 agriculteurs pour la régénération des sols
Soil Capital a versé cet été 3 200 000 euros à 400 agriculteurs. Une somme qui correspond à la « rémunération carbone » pour des…
  Gaspard Koenig auteur d’Humus
Humus : un roman sur l'agriculture signé Gaspard Koenig en route vers le Goncourt
Philosophe engagé et fondateur du mouvement Simple, désormais dissout, avec lequel il a tenté de se présenter à la dernière…
Publicité