Aller au contenu principal

Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent

Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’agriculture 2022 après deux ans d’absence. Et ce malgré certaines contraintes sanitaires pour l’heure en vigueur.

salon de l'agriculture
Les éleveurs ont hâte de retrouver le concours général agricole. Ici Helvétie championne femelle charolaise adulte 2020 du Gaec Clame-Andriot (Allier).
© F. Alteroche

[Mise à jour le 14 février]

Les réunions qui se sont tenues en coulisse cette semaine ont confirmé que le salon de l’agriculture devrait bien se tenir du 26 février au 6 mars 2022. Selon nos informations, le plus gros salon de France et le plus gros salon agricole européen aurait obtenu tous les feux verts : politique, syndical (du conseil de l’agriculture français), du Ceneca et de Comexposium.

Et à moins que les règles sanitaires n’évoluent négativement d’ici là, le préfet de police de Paris devrait donner son autorisation pour la tenue de cette grande vitrine de l’agriculture française fin février.

Certes, le salon de l’agriculture 2022 annoncé comme le « salon des retrouvailles » par ses organisateurs ne se profile pas comme un salon habituel. Le comité interministériel qui s’est réuni cette semaine a rappelé les règles sanitaires actuellement en vigueur. Les règles imposées à la restauration-hôtellerie s’appliqueront au salon et notamment au hall des régions, à moins que d’ici là la situation sanitaire s’améliore. Deux contraintes principales pour le salon : l’interdiction de faire des dégustations debout et celle d’organiser des soirées dansantes.

C'est le prix à payer pour garder un évènement majeur pour les races, les éleveurs et les régions

Pour autant, du côté des agriculteurs on se réjouit de l’approche de ce grand évènement. « Il y aura quelques contraintes, elles peuvent évoluer favorablement et de toutes façons ce sera le salon des retrouvailles. C’est le prix à payer pour garder un évènement majeur pour les races, les éleveurs et les régions », confie Hugues Pichard, éleveur en Saône-et-Loire, président de l’OS Charolaises et de Races de France.

Les contraintes qui se profilent risquent-elles de décevoir les éleveurs pour qui le salon de l’agriculture est aussi un évènement très festif ? « Je ne le pense pas vu la réaction des éleveurs qui n’ont pas été sélectionnés » témoigne Hugues Pichard qui vient de passer sa journée à annoncer les résultats de la sélection au concours général agricole pour le Charolais. Les heureux élus à l’inverse disent leur fierté de pouvoir montrer leur travail dans la capitale.

Les plus lus

Nicolas Meyrieux, youtubeur et comédien.
Ce célèbre youtubeur a radicalement changé sa vision de l’agriculture
« Je ne pense pas qu’on puisse vivre de la permaculture », c’est le constat de Nicolas Meyrieux, comédien, auteur de vidéos et de…
Vaches en France
La fin des aides Pac pour l’élevage demandée par une initiative citoyenne européenne
Bruxelles vient d’enregistrer une initiative citoyenne européenne qui demande l’arrêt des subventions pour l’élevage et réclame…
Les agriculteurs ukrainiens tentent de semer dans des champs minés
Héros de la deuxième ligne, les agriculteurs ukrainiens participent à l’effort de guerre en continuant coûte que coûte à…
Remise des diplômes 2022 d'AgroParisTech
[Vidéo] AgroParisTech : de jeunes diplômés appellent leurs camarades agronomes à déserter
La cérémonie des remises de diplômes d’ingénieurs agronomes 2022 de la grande école parisienne AgroParisTech a été marquée par le…
exploitation agricole du sud de la France
Perte de 6 millions d’exploitations agricoles d’ici à 2040 : quel pays résistera le mieux en Europe ?
Le nombre de fermes dans l’Union européenne devrait passer de 10 à 3,9 millions entre 2016 et 2040 selon une étude européenne. Un…
Discours de 8 jeunes diplômés lors de la remise des diplômes 2022 d'AgroParisTech
Découvrez la réaction d'AgroParisTech au discours choc de 8 étudiants
L’école d’ingénieur en agronomie répond dans un communiqué au buzz créé par la vidéo du discours radical de huit de ses jeunes…
Publicité