Aller au contenu principal

Contenu partenaire
Le potentiel des prairies riches en légumineuses se ressent sur le coût alimentaire

Benoit Possémé, chargé d’étude et conseil fourrage, met en lumière les bénéfices des prairies riches en légumineuses. Ces prairies, associant légumineuses et graminées, montrent un potentiel tant pour la production de fourrage que sur le plan économique.

Selon Benoit Possémé, l'association des légumineuses avec des graminées présente plusieurs avantages. "Elles associées avec des graminées, notamment pour maintenir la couverture du sol et faciliter les conditions de pâturage. On va avoir une première pousse qui sera permise par les graminées, cette première pousse va plutôt être gérée par la fauche, ça va permettre de constituer du stock au printemps," explique-t-il.

Toutes nos videos du Salon de l'herbe 

Cette première pousse, dominée par les graminées, permet de constituer une réserve de fourrage dès le printemps. Par la suite, ce sont les légumineuses qui prennent le relais, offrant ainsi une seconde période de pousse particulièrement productive en été. "Les légumineuses s'expriment après, ce qui permettra d'avoir une constitution de stock pour juillet assez intéressante," précise Possémé.

Des Résultats Probants à la Station Expérimentale de Trévarez

Les bénéfices de ces prairies ont été confirmés par des études menées à la station expérimentale de Trévarez. "La pousse estivale a été mesurée. On atteint 50 kg MS/ha/j sur cette période, là où des prairies classiques ont du mal à dépasser les 15-20 kig MS/ha/j," détaille Possémé. 

Un Gain Économique Notable

Outre l'amélioration de la production de fourrage, l'utilisation de ces prairies permet également de réaliser des économies substantielles. À Trévarez, des comparaisons ont été effectuées entre des animaux nourris uniquement en bâtiment avec des rations d'ensilage d'herbe et de maïs, et ceux ayant accès à du pâturage. "Les performances sont identiques. Nous avons observé un gain sur la marge sur coût alimentaire," souligne Possémé. Celle-ci est chiffrée à 45 centimes par vache et par jour, principalement due à la réduction de l'utilisation de tourteau de colza. 

Les plus lus

Paysage agricole
Quel prix des terres agricoles en 2023 ?

Après deux années de progression, le marché foncier agricole s’est stabilisé en 2023 avec des surfaces en baisse mais une…

Terres agricoles et bâtiments d’élevage en Bretagne
Comment évolue le prix des terres agricoles en Bretagne ?

Le prix moyen des terres agricoles en Bretagne reste assez stable en 2023. Une stabilité à laquelle participe la Safer…

Homme votant pour les élections européennes
Elections européennes : pour qui les agriculteurs vont-ils voter ?

Une enquête réalisée par le Cevipof et l’Agro Toulouse avec le groupe Réussir éclaire sur les intentions de vote des…

Parlement européen
Résultats aux élections européennes : quelles conséquences pour l’agriculture ?

Les résultats des élections européennes en France et dans les autres pays européens sont tombés. Quel impact pour les…

  Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, devant son troupeau de montbéliardes.
Confidences d’Arnaud Gaillot au terme d’un mandat intense à la tête des Jeunes agriculteurs

Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, a accepté de nous recevoir plus de deux heures sur son exploitation…

projet 270 000 désert algérie
270 000 vaches en plein désert : le projet fou qatari pour produire du lait en Algérie

L’Algérie vient de signer avec le Qatar un accord pour l’implantation d’une ferme gigantesque qui accueillera 270 000…

Publicité