Aller au contenu principal

Une volonté d’inciter à l’épargne de précaution

Dans le projet de Loi de finances, la réintégration des dotations pour aléas (DPA) est fortement assouplie pour inciter à l'épargne.

Fini l’incitation au surinvestissement, place à l’épargne de précaution. Déjà fortement réformés en 2012, les DPI (dotations pour investissement) disparaissent purement et simplement du projet de Loi de finances présenté mi-septembre. Et le dispositif de provisionnement en vue d’un aléa climatique ou économique (DPA) évolue fortement : il sera à priori beaucoup plus facile de réintégrer la somme provisionnée dans la base imposable.  « Dans le projet de loi, elle pourrait être réintégrée n’importe quand, dans un délai de dix ans. C’est un assouplissement très fort. Les règles de réintégration de la DPA actuelle sont très strictes : reconnaissance de l’aléa par l’État, utilisation dans le cadre d’un aléa couvert par un contrat d’assurance (incendie, dégât aux cultures, etc), variation de la valeur ajoutée d’au moins 10 %, pénalités de retard en cas de non-réintégration dans les sept ans ", a rappelé Karine Marie, Cerfrance Normandie Ouest(1). Une complexité qui a conduit à une très faible utilisation du dispositif actuel : « moins de 10 % des adhérents Cerfrance ». 

La moitié de la somme sur un compte bancaire dédié

Le projet maintient l’obligation de provisionner au moins la moitié de la somme sur un compte bancaire dédié, l’autre moitié pouvant être une augmentation des stocks à rotation lente (animaux reproducteurs) ou fourrages, observée sur l’exercice. « On reste par ailleurs sur un décalage d’imposition, pas sur de la non-imposition. Si je fais un résultat de 100 et que je provisionne 30 de DPA, quand je les utilise, les 30 sont intégrés dans la base imposable : on est sur un phénomène de lissage. » Reste que pour pouvoir mettre au moins 50 % de la somme sur un compte, il faudra avoir de la trésorerie. « Ce qui, dans certains systèmes, peut poser problème, notamment dans les systèmes laitiers où les flux de trésorerie et les fonds de roulement sont très faibles. » Le projet de loi doit encore suivre son chemin à l'Assemblée nationale et au Sénat, avec peut-être une deuxième lecture, avant d’être adopté en vue d’une application au 1er janvier 2019.

(1) Lors d’une journée sur les risques en agriculture, organisée par les chambres d’agriculture de Normandie et leurs partenaires le 25 septembre.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Bovins Viande
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière