Aller au contenu principal

Conversion atelier lait en viande
Une possibilité pour les troupeaux doubles à dominante viande

Le revenu disponible familial peut augmenter si la conjoncture viande est favorable et la main-d´oeuvre réduite.


La spécialisation en élevage allaitant peut être raisonnablement envisagée sur le plan économique dans le cas des troupeaux mixtes (lait et viande) à dominante viande. Les Réseaux d´élevage d´Auvergne et de Lozère, et en particulier Roger Bouchy de la Chambre d´agriculture du Cantal, ont étudié de près la question. En effet, dans ces régions, « les doubles troupeaux représentent le tiers des systèmes laitiers », mais « ceux à dominante lait sont majoritaires (75 %)».
Deux fois moins de travail d´astreinte par UGB allaitant . ©S. Bourgeois

Des conditions de travail parfois difficiles
L´intérêt est d´autant plus palpable chez les éleveurs que « dans les zones de montagne, il y a encore beaucoup de stabulations entravées qui rendent les conditions de travail parfois difficiles », souligne Jean-Luc Reuillon, ingénieur de l´Institut de l´élevage basé dans le Puy-de-Dôme. « Dans ces conditions, le temps de travail d´astreinte est en moyenne deux fois plus important en élevage laitier (60 h/UGB) qu´allaitant (30 h/UGB). » Mais le choix, surtout s´il s´inscrit dans la durée, doit tenir compte de l´impact négatif sur le plan économique. Ce dernier augmente avec le poids initial de la production laitière dans le revenu. Dans les systèmes à dominante viande (70 000 litres de quota maximum, 40 à 50 vaches allaitantes, 70 hectares), il est possible d´abandonner le lait sans trop de répercussions économiques « à condition de réduire la main-d´oeuvre », souligne Jean-Luc Reuillon.

Dans les élevages à dominante lait (plus de 120 000 litres de quota, 30 vaches allaitantes avec au maximum les 2/3 de primées), l´arrêt de la production laitière « peut diviser le revenu par deux ». De fait, selon les simulations réalisées par ces deux Réseaux d´élevage, dans ce cas « la baisse de disponible est importante quelle que soit la conjoncture lait ou viande ». A unité de main-d´oeuvre constante, elle varie entre 32 et 67 % selon la conjoncture viande et lait.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière