Aller au contenu principal

AU GAEC BÉRARD DE CAVERNAUX, DANS L’ORNE
Une analyse instantanée des aliments avec AgriNIR™

Rapide et peu coûteuse, AgriNIR™ est une méthode qui permet d’analyser davantage d’aliments, et plus fréquemment.

OLIVIER RAUX, RESPONSABLE AGRINIR™ À ORNE CONSEIL ÉLEVAGE. « Grâce à
sa technologie infrarouge, AgriNIR™ est capable d’analyser un échantillon
en un temps record et d’éditer les résultats sur un ticket. »
OLIVIER RAUX, RESPONSABLE AGRINIR™ À ORNE CONSEIL ÉLEVAGE. « Grâce à
sa technologie infrarouge, AgriNIR™ est capable d’analyser un échantillon
en un temps record et d’éditer les résultats sur un ticket. »
© S. Roupnel

Proposé par Orne Conseil élevage depuis décembre 2010, le service d’analyse infrarouge des aliments a séduit les associés du Gaec Bérard de Cavernaux, installés à La Mesnière, dans le Perche ornais. «Grâce à AgriNIR™, nous n’hésitons plus à analyser nos ensilages et nos foins mais aussi le tourteau de soja, acheté par camion avec un voisin. »

Chaque passage de l’agent de pesée est l’occasion de faire remonter et analyser des échantillons au siège. S’ils se focalisent sur la ration de leurs 110 vaches laitières, les éleveurs n’excluent pas à l’avenir de contrôler celles des génisses.

« Les analyses fréquentes nous permettent d’expliquer les variations du taux d’urée dans le lait et de revoir à loisir les quantités distribuées », précise Cédric Bérard, l’un des membres du Gaec.

D’autant qu’en présence d’un robot de traite, le troupeau est alimenté toute l’année avec des fourrages conservés. Une fois les analyses effectuées, les associés échangent par mail avec leur conseiller pour d’éventuelles corrections de la ration.

Plus d’analyses pour une ration plus précise

L’appareil AgriNIR™, fabriqué en Italie, est un analyseur infrarouge portatif. Son utilisation en France dans les élevages a été développée par Orne Conseil élevage, devenu coordinateur et distributeur pour tous les organismes de conseil en agriculture.

Le point fort de cet outil ? Sa rapidité. Environ deux minutes sont nécessaires pour obtenir les valeurs d’un échantillon d’aliment une fois le prélèvement effectué. Malgré un investissement atteignant 25 000 euros, le coût de l’analyse est abordable et inférieur à celui des laboratoires.

Ces derniers utilisent une technologie infrarouge avec une méthodologie différente. Alors qu’AgriNIR™ analyse instantanément la matière brute, le laboratoire sèche et réduit en poudre l’échantillon, ce qui augmente le coût et la durée de l’analyse.

« Notre forfait de 175 euros nous autorise à analyser à volonté fourrages et concentrés avec AgriNIR™ et ce, tout au long de l’année », se réjouit Cédric Bérard. L’imprécision un peu plus élevée pour certaines valeurs sur une analyse (2 à 6% pour AgriNIR™ contre 2 à 3 % pour une analyse en laboratoire) est compensée par la multiplicité des analyses. Sur une saison, la valeur des aliments est donc mieux connue qu’avec une analyse unique.

Aujourd’hui, AgriNIR™ permet d’analyser le foin de prairie, de luzerne, l’ensilage d’herbe et de maïs, l’herbe enrubannée, le maïs grain humide et le tourteau de soja. Le groupe de développement AgriNIR™ travaille actuellement sur le colza et la luzerne afin d’enrichir la base. « Créer une nouvelle famille est un long travail, souligne Olivier Raux, responsable AgriNIR™ au sein de Orne Conseil élevage. Les analyses biochimiques et infrarouges de plusieurs centaines de tourteaux de colza différents vont bientôt nous permettre de créer une nouvelle famille et d’élargir la gamme d’analyses proposées. Nous avons de la marge car l’appareil est capable d’analyser une centaine de familles. Reste à les créer ! Les éleveurs sont notamment demandeurs d’analyses de la ration complète. »

Certains aliments comme les fourrages à base d’herbe mais aussi les concentrés, jusqu’alors rarement analysés, seront mieux connus sur les exploitations. « Les analyses effectuées sur une soixantaine de tourteaux de soja cette année ont relevé des écarts de 40 grammes de PDI, soit à la clé 2,5 litres de lait par jour en plus ou en moins (1), témoigne Olivier Raux. Rendue abordable, l’analyse régulière des aliments permet aux éleveurs d’anticiper, et non de subir l’évolution des composants de la ration. »

Des contrôles réguliers pour éviter les biais

« L’alimentation est au coeur du métier d’éleveur et revêt une grande importance économique. Pour bien calculer une ration, mieux vaut disposer d’informations de base cohérentes et fiables, souligne Olivier Raux. Notre rôle est d’apporter des conseils à des éleveurs de plus en plus pointus. Nous travaillons par exemple sur la mise en ligne d’un rationneur. »

Quant à AgriNIR™, sa fiabilité est garantie tout au long de l’année par un suivi qualité. « Tous les 30 à 60 jours, nous testons des étalons congelés en début de saison afin de détecter tout biais. Un réétalonnage annuel de l’ensemble des appareils AgriNIR™ est également effectué. »

(1) Pour une ration à base d’ensilage de maïs corrigée avec 3 kg de tourteau de soja.

COMBIEN ÇA COÛTE ?

■ Dans le département de l’Orne, le forfait AgriNIR™ s’élève à 175 euros par an. Il comprend une analyse d’un fourrage en vert réalisée dans un laboratoire, qui fournit en plus les concentrations des neuf principaux minéraux. Ce forfait offre aussi plusieurs analyses AgriNIR™ de la matière sèche du maïs sur pied, destinée à prévoir sa date de récolte. L’éleveur dispose enfin d’autant d’analyses AgriNIR™ qu’il le souhaite dans l’année au siège ou en bout d’étable.

■ Il existe une seconde formule proposant, pour 120 euros, trois séries d’analyses AgriNIR™ regroupées chez un éleveur en « bout d’étable ».

■ Pour 70 euros, l’éleveur peut aussi opter pour trois analyses simultanées ou, pour 100 euros, choisir autant d’analyses qu’il le souhaite lors d’un unique déplacement.

■ L’analyse unique coûte quant à elle 29,90 euros.

Les données mesurées et calculées par AgriNIR™

■ Valeurs chimiques : matière sèche, amidon, DT amidon calculée, matière azotée, NDF, ADF, CB calculée, cendres, matières grasses.

■ Valeurs alimentaires : UEL, UFL, PDIN, PDIE, PDIE corrigé, PDIA.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière