Aller au contenu principal

Un prix 2016 au-dessus du lot pour certains éleveurs Danone

Avec la prise en compte du coût de production, le prix de base 2016 est supérieur de 15 à 30 euros/1 000 l par rapport à l’environnement, pour les adhérents des OP signataires.

Il y a un an, cinq des six organisations de producteurs (OP) Danone adoptaient une formule de calcul du prix du lait tenant compte du coût de production, assortie d’une diminution du volume objectif de chaque OP. Les formules diffèrent suivant les OP, mais toutes intègrent une référence au calcul du prix de revient du lait (1) duquel est retiré une valeur forfaitaire de primes Danone (2).

En 2016, ces formules ont logiquement soutenu le prix du lait des éleveurs adhérents. L’OP Centre-Est (155 adhérents), première à s’être lancée, a obtenu une indexation à 100 % sur la référence au prix de revient. "Aujourd’hui, nous sommes satisfaits de la formule. Cela donne un prix de base moyen 2016 de 329 euros/1 000 l, et pour le 1er semestre 2017, 329 €. Cela fait un écart d’environ 30 €/1 000 l avec d’autres laiteries, expose Manu Cordusier, président de l’OP. Nous savons très bien que quand les prix remonteront franchement, les autres pourront être payés au-dessus de nous. Nous avons fait le choix du filet de sécurité. Pour passer une crise aussi longue que celle-ci, c’est un vrai plus. Avoir moins besoin de faire des prêts court terme, c’est aussi un gain dont il faut tenir compte. Et que dire de la sérénité retrouvée !"

329 euros/1 000 l de prix de base dans le Centre-Est

Dans les quatre autres régions signataires, le prix de base tient compte en partie d’une référence au prix de revient, et en partie de l’ancienne formule basée sur les indicateurs de marchés. En Haute-Normandie, l’OP a laissé le choix aux adhérents d’opter pour la nouvelle formule de prix (40 % référence au prix de revient et 60 % basé sur les indicateurs de marché pour 2016. 50 %-50 % en 2017) ou d’opter pour une formule avec 30 % d’un prix fixe et 70 % d’un prix basé sur les indicateurs de marché. "Environ 95 % des adhérents ont opté pour la nouvelle formule. Pour 2016, leur prix de base sort à 295 €/1 000 l, soit entre 15 et 20 euros de plus par rapport à l’environnement", indique le président de l’OP.

Depuis le 1er février 2017, l’OP Danone Sud-Ouest a également conclu un accord incluant la prise en compte du prix de revient. Au total plus de 2 200 producteurs sont concernés par ce type de formule.

(1) Réalisé avec le Cerfrance ou la chambre d’agriculture, avec des moyennes de groupes.(2) En moyenne 25-30 €/1000 l .
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière