Aller au contenu principal

Un portage foncier à vocation solidaire via Terrafine

La coopérative Terrafine a été créée le 1er janvier dernier à partir d’un double constat : le déficit de trésorerie d’un grand nombre d’exploitations alors qu’elles disposent de capitaux importants immobilisés, et les graves problèmes de transmission liés à la précarité du statut du fermage avec des baux classiques. « Son objectif est de préserver l’entité économique tout en améliorant la transmissibilité. La valeur de l’entreprise dépend fortement de sa capacité à céder l’intégralité de ses moyens de production, explique l’un des deux cofondateurs Jacques Gaudiche (ancien expert foncier et conseiller de gestion). Nous proposons un mécanisme utilisé dans le secteur industriel. L’entreprise souhaitant bénéficier d’un apport de trésorerie vend à Terrafine une partie de ses actifs immobiliers (terres agricoles). Terrafine consent en retour un bail cessible. Le financement est assuré par des investisseurs qui souscrivent des parts. »

La SCIC ne permet pas de dérive spéculative

« La rentabilité ne pourra pas dépasser 1 à 2 % car Terrafine est une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif) et a donc l’obligation de maintenir 57,5 % des bénéfices dans la coopérative. » Les investisseurs pourront en revanche bénéficier de réduction d’impôt car la coopérative a obtenu l’agrément Esus (Entreprise solidaire d’utilité sociale) qui permet aux investisseurs de déduire 18 % du montant de leur souscription pour l’IR et 50 % pour l’ISF.

« L’agriculteur cède ses actifs dans le cadre d’une 'vente avec faculté de rachat' : il dispose pendant cinq ans d’un droit de rachat avec reprise au prix initial et sans droit de mutation à payer, précise Jean-Jacques Gaudiche. Le prix des terres est fixé en fonction de la valeur de rentabilité : 5 000 à 6 000 €/ha dans l’Ouest où nous sommes implantés avec des loyers à 250-300 €/ha ». La coopérative prend en charge les frais de mutation et de gestion. Il n’y a pas de connexion juridique entre l’investisseur et le foncier. Mais « à l’avenir, nous envisageons de proposer aux investisseurs une traçabilité vers des projets précis (projet local…) ».

Contact@terrafine.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière