Aller au contenu principal

Un portage foncier à vocation solidaire via Terrafine

La coopérative Terrafine a été créée le 1er janvier dernier à partir d’un double constat : le déficit de trésorerie d’un grand nombre d’exploitations alors qu’elles disposent de capitaux importants immobilisés, et les graves problèmes de transmission liés à la précarité du statut du fermage avec des baux classiques. « Son objectif est de préserver l’entité économique tout en améliorant la transmissibilité. La valeur de l’entreprise dépend fortement de sa capacité à céder l’intégralité de ses moyens de production, explique l’un des deux cofondateurs Jacques Gaudiche (ancien expert foncier et conseiller de gestion). Nous proposons un mécanisme utilisé dans le secteur industriel. L’entreprise souhaitant bénéficier d’un apport de trésorerie vend à Terrafine une partie de ses actifs immobiliers (terres agricoles). Terrafine consent en retour un bail cessible. Le financement est assuré par des investisseurs qui souscrivent des parts. »

La SCIC ne permet pas de dérive spéculative

« La rentabilité ne pourra pas dépasser 1 à 2 % car Terrafine est une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif) et a donc l’obligation de maintenir 57,5 % des bénéfices dans la coopérative. » Les investisseurs pourront en revanche bénéficier de réduction d’impôt car la coopérative a obtenu l’agrément Esus (Entreprise solidaire d’utilité sociale) qui permet aux investisseurs de déduire 18 % du montant de leur souscription pour l’IR et 50 % pour l’ISF.

« L’agriculteur cède ses actifs dans le cadre d’une 'vente avec faculté de rachat' : il dispose pendant cinq ans d’un droit de rachat avec reprise au prix initial et sans droit de mutation à payer, précise Jean-Jacques Gaudiche. Le prix des terres est fixé en fonction de la valeur de rentabilité : 5 000 à 6 000 €/ha dans l’Ouest où nous sommes implantés avec des loyers à 250-300 €/ha ». La coopérative prend en charge les frais de mutation et de gestion. Il n’y a pas de connexion juridique entre l’investisseur et le foncier. Mais « à l’avenir, nous envisageons de proposer aux investisseurs une traçabilité vers des projets précis (projet local…) ».

Contact@terrafine.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière