Aller au contenu principal
Font Size

Un outil d’aide à l’emploi des mélanges prairiaux

Le Gnis met en ligne sur internet un calculateur des bonnes quantités de semences de chaque espèce, et publie un document à destination des éleveurs.

© Sandra Roupnel

L’étiquette d’un sac de semences comporte le pourcentage en poids du mélange. Cette composition n’équivaut pas à celle en nombre de semences, du fait de poids de mille grains différents entre espèces. Pour aider les éleveurs à obtenir leur objectif de peuplement, le Gnis a mis au point un calculateur, mis en ligne sur internet(1), pour faire la conversion. Il permet de connaître le peuplement théorique au champ, en fonction de la composition indiquée sur un sac de mélange prairial. Ou de calculer les bonnes quantités (en kilos) de semences de chaque espèce à semer à partir d’un objectif de peuplement.

Pas plus de six espèces et huit variétés

Le Gnis a également édité un dépliant, avec des recommandations pour l’utilisation des mélanges prairiaux. « Il n’est pas utile d’associer plus de huit variétés au total, parmi six espèces différentes au maximum. La dose maximale de semis de mélange ne devrait pas dépasser 30 kg/ha, afin que chaque variété puisse s’exprimer. »

Ces recommandations sont issues d’une brochure éditée par un collectif de l’AFPF (Gnis, Inra, BTPL, Arvalis, RAGT…), sur les préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France. « Ce document est une première édition qui est perfectible et dont le contenu pourra évoluer », souligne Julien Greffier, du Gnis.

La brochure précise que pour des mélanges d’espèces dont les semences ont des densités différentes, « les utilisateurs doivent mélanger les semences avant et en cours de semis, pour éviter le risque de sédimentation ». Le document présente aussi les particularités d’une vingtaine d’espèces, le comportement des espèces au sein d’un mélange…

L’AFPF rappelle également que les espèces pures, et les associations simples d’une graminée et d’une légumineuse sont également des réponses pertinentes. Le choix se fait en fonction de la situation pédoclimatique, du mode de valorisation de la prairie (pâturage, fauche), de l’objectif de l’éleveur (prairie longue durée, rendement…).

www.herbe-actifs.org/le-calculateur

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière