Aller au contenu principal
Font Size

Résultats prometteurs pour le soja régional en système foin

Graines de soja. L’augmentation de 
la teneur en matière grasse dans la ration, en dessous du taux maximum recommandé de 5 %, a été bien acceptée par les animaux.
Graines de soja. L’augmentation de
la teneur en matière grasse dans la ration, en dessous du taux maximum recommandé de 5 %, a été bien acceptée par les animaux.
© A. Conté

Si des références sur les graines de soja entières existent déjà avec une alimentation des vaches basée sur l’ensilage de maïs, en système « fourrages secs », elles sont rares. Le centre d’élevage de Poisy (Haute-Savoie) a testé au cours de l’hiver 2012/2013 deux modes de complémentation à base de soja. L’ambition était d’acquérir des références pour l’autonomie régionale en protéines, afin de répondre aux exigences des cahiers des charges concernant le « non OGM », avec du soja produit en Rhônes-Alpes. Les essais ont été menés avec le soutien de la région dans le cadre du PEP bovin lait, de l’AFTalp (association des 7 AOP-IGP des Savoie), du groupe Dauphinoise et en partenariat avec la chambre d’agriculture Savoie Mont-Blanc, l’Institut de l’élevage, et le Suaci Alpes du nord.
Le soja a été apporté sous une forme riche en huile, touteau expeller ou graines crues, en remplacement du tourteau de colza. « Dans les deux cas, il en ressort une bonne production de lait mais un taux protéique plus faible, résume Thierry Hétreau du centre de formation de Poisy.


Du tourteau expeller en substitution totale au colza


La première étude porte sur un tourteau de soja expeller dont la particularité est d’être plus gras (11 % MG) qu’un tourteau classique. Les graines sont aplaties, cuites puis pressées sous 45 bars. « L’idée est d’utiliser les outils industriels existants dans la région. » Deux lots de 26 vaches appariées ont été comparés pendant cinq semaines : l’un a reçu comme complémentation protéique 2,9 kg de tourteau de soja expeller, l’autre 3,4 kg de tourteau de colza. Le reste de l’alimentation était identique (6,5 kg de foin, 4,1 kg de regain, 5 kg d’ensilage de maïs épis, 0,5 kg de mélasse et 1,7 kg d’orge). Au final, le lot soja expeller a consommé une ration à 3,4 % de MG contre 2,3 % de MG pour le lot colza. La production a augmenté de façon significative + 1,9 kg par rapport au lot témoin à 20,6 kg/VL. Par contre le TB et le TP ont chuté respectivement de 1,6 g/kg et 1,1 g/kg ; la teneur en urée a augmenté de + 53 mg/l par rapport aux 209 mg/l du lot témoin.

2,5 kg de graines de soja crues applaties sans problèmes


L’objectif de la deuxième étude était de substituer une partie de la complémentation par de la graine de soja, tout en gardant une ration voisine de celle du témoin. Ainsi, 2,5 kg bruts de graines de soja ont remplacé un mélange de 2,3 kg de tourteau de colza et 0,7 kg d’orge. Ce qui a permis d’avoir des valeurs UF et PDIN similaires pour les deux rations (108 UFL-107 PDIN). En revanche, la graine de soja crue étant déficitaire en PDIE, la valeur PDIE de la ration soja a été de 99 g contre 110 g pour le lot témoin.
Aucun écart sur la production de lait et le TB n’ont été observés, ni sur l’urée. Le TP est par contre significativement plus faible (- 1,4 g/kg). « Nous voulions conduire l’essai sans apport de tourteau tanné ni de pulpe de betterave qui aurait permis d’augmenter l’efficacité de la graine de soja, souligne Thierry Hétreau. Le seuil maximum de 5 % de matière grasse (4,3 % MG dans l’essai) dans une ration VL constitue une limite à l’incorporation de graine de soja crue . Dans une ration à base de foin, il est probablement possible d’augmenter la part de graines de soja jusqu’à 3,5 kg voire 4 kg. »
Par ailleurs, « le troupeau a bien apprécié la graine de soja crue aplatie, un produit très appétent ; aucun problème sanitaire ou métabolique n’a été engendré, ni de rancissement non plus avec des graines applaties une à deux fois par semaine ».
Alors, graine crue, tourteau expeller ou autre ? Techniquement, c’est possible. Économiquement, tout dépendra du prix d’intérêt, des aides sur le soja et de la possibilité de produire du soja sur sa ferme, cette dernière option étant tout bénéfice pour la rotation.

Moins d’acides gras saturés

 

Des analyses de la composition en acides gras du lait ont été réalisées : sur lait
de mélange dans l’essai tourteau expeller, et sur deux lots de dix vaches dans l’essai graines crues. On observe une diminution des acides gras saturés et une augmentation des acides gras
poly-insaturés. L’huile de soja contenue dans le tourteau ou la graine a permis
une amélioration globale du profil en acides gras du lait, exception faite du rapport oméga 6 sur oméga 3 ; celui-ci, bas en système foin, est resté dans les deux essais dans les attentes actuelles à moins de 5.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière