Aller au contenu principal

En bio, ils ont trouvé des solutions pour faire sortir leurs veaux non sevrés

Installation de niches collectives ou ouverture vers l’extérieur de la nurserie, deux élevages de Loire-Atlantique ont réalisé des adaptations pour se conformer au nouveau règlement bio pour le logement des veaux.

Les veaux - qu’ils soient destinés à la production laitière ou de viande - doivent avoir accès à une aire extérieure au plus tard à six semaines, sauf en période hivernale. C’est la nouvelle exigence du règlement bio européen qui demande le plus d’adaptations aux éleveurs laitiers bio. « Disons qu’environ un tiers est dans les clous, mais que deux tiers ont des adaptations à réaliser, plus ou moins importantes », évalue Jean-Claude Huchon, de la chambre d’agriculture des Pays de la Loire.

Pour aller plus loin : Règlement bio : six adaptations envisageables des logements des veaux non sevrés

En montagne et dans les régions du Grand Est, ce sera bien plus. « L’écrasante majorité des éleveurs devront réaliser des adaptations, estime Jean-Pierre Monier, de la chambre d’agriculture de la Loire. Dans nos régions aux longs hivers et aux étés chauds, de très bonnes nurseries (isolation, ventilation) ont été réalisées pour protéger comme il faut les veaux. Aujourd’hui, ces lourds investissements ne sont plus aux normes ! »

Des niches et un igloo sous un toit

Baptiste Moineau, éleveur en Loire-Atlantique. "L'implantation des niches est primordiale. Il vaut mieux parfois s'éloigner de la laiterie, pour être près d'une prairie, et pour être mieux orienté par rapport au soleil et aux vents. Et investir dans un charriot à lait."
Baptiste Moineau, éleveur en Loire-Atlantique. "L'implantation des niches est primordiale. Il vaut mieux parfois s'éloigner de la laiterie, pour être près d'une prairie, et pour être mieux orienté par rapport au soleil et aux vents. Et investir dans un charriot à lait." © B. Moineau

Baptiste Moineau est éleveur en individuel à Pierric en Loire-Atlantique, avec 65 vaches, 18 génisses élevées chaque année par tranche d’âge et des vêlages plutôt étalés. « Quand je me suis installé en 2019, il fallait refaire le bâtiment et le logement des veaux. J’ai eu écho de l’évolution réglementaire et mon distributeur parlait des niches comme solution », se souvient l’éleveur.

Pour sa nurserie (0 à 6 mois), Baptiste Moineau voulait un toit au-dessus des niches, de l'igloo et des courettes, pour son confort et celui des veaux. "Il y a également peu de jus à traiter." Pour être conforme au règlement bio, il créé un accès à la prairie derrière.
Pour sa nurserie (0 à 6 mois), Baptiste Moineau voulait un toit au-dessus des niches, de l'igloo et des courettes, pour son confort et celui des veaux. "Il y a également peu de jus à traiter." Pour être conforme au règlement bio, il créé un accès à la prairie derrière. © B. Moineau
Le projet a consisté à créer une plateforme en béton de 250 m2 à 15 mètres de la salle de traite. Elle accueille cinq niches de deux places pour les veaux de 0 à 3 semaines ; deux grandes niches (cinq veaux maximum par niche) pour les femelles âgées de 1 à 3 mois ; ainsi qu’un igloo de dix places pour les veaux sevrés jusqu’à 6 mois. Les génisses évoluent ensuite dans un bâtiment avec un accès au pâturage. Les niches, l’igloo et leur courette sont couverts par un toit.

Espace, éclairage, pour faciliter le travail

La plateforme est spacieuse pour pouvoir circuler autour des niches et faire facilement un nettoyage et un vide sanitaire tous les 45 jours environ. « Je mets une heure et demie pour déplacer les niches (les veaux sont dans des courettes mobiles) à un bout de la plateforme et curer. Le toit est mobile pour pouvoir curer aisément. » Pour éclairer la zone durant l’automne et l’hiver, « j’ai mis un projecteur sur le bâtiment ». L’accès à l’eau n’étant pas loin, il n’y a pas eu besoin d’en créer un.

Baptiste Moineau a récupéré ce chariot pour transporter le lait.
Baptiste Moineau a récupéré ce chariot pour transporter le lait. © B. Moineau
Pour amener le lait, Baptiste Moineau utilise pour l’instant un chariot bricolé pour transporter les bidons de lait. « J’ai en projet d’investir dans un taxi lait. Il sera bien utilisé car je vais développer une activité veaux de lait (élevés dans un parc dédié) pour un boucher. »

Habituer les veaux à la clôture

Lors du dernier contrôle pour le renouvellement de la certification à l’agriculture biologique, la couverture intégrale des courettes a été soulignée par Bureau Veritas, l’organisme certificateur de Baptiste Moineau. « A priori, pour que les niches soient conformes, il ne faut pas que le toit recouvre toute la courette. » L’éleveur a choisi de créer un accès au pâturage, que de toute façon il avait l’intention de réaliser. Il y a une prairie juste derrière la plateforme, qui reste portante l’hiver. « Je vois les aspects positifs. Les veaux vont s’habituer à l’extérieur et à la clôture. Je n’aurai plus besoin de la bétaillère pour les amener au pâturage ou dans la stabulation génisses. » Cinq paddocks de 0,3 hectare ont été créés, avec du grillage autour de la prairie d’apprentissage car le grillage est solide et visible par les veaux. « J’ai mis du fil électrique pour découper les paddocks, pour apprendre aux veaux la clôture. »

Des veaux en meilleure santé

Au total, en 2019, pour trente places, le coût était de 26 000 euros de niches et igloo (Holm et Laue) et 5 000 euros de béton et matériel (grillage, barrière), hors main-d’œuvre. Soit environ 1 000 euros la place.

Baptiste Moineau est satisfait de ce logement semi plein air. « Je trouve que les veaux ont moins de problèmes de santé (quasiment pas de diarrhée) et de meilleures croissances, comparé à l’ancienne nurserie de mes parents. Il y a encore quelques problèmes respiratoires. Cela arrive quand il fait froid et humide dehors. Les veaux transpirent parce que la chaleur qu’ils dégagent est bien retenue dans la niche, bien qu’il y ait une ouverture pour l’aération. Alors quand ils sortent, ils prennent froid. Du coup, je leur tonds le dos. Je réfléchis aussi à installer un pare-vent (haie ou autre) devant les cases pour couper le vent d’Est. »

Faire une ouverture dans le mur

 
Dans le même département, Aurélien Labour est un des trois associés du Gaec de L’Audrenais, à Campbon, avec 140 vaches laitières et 40 jeunes génisses par an, en vêlages étalés. « Heureusement, nous n’avions pas bétonné sur le côté ouest de la nouvelle nurserie construite en 2016. Et quand nous avons eu connaissance des grandes lignes du nouveau règlement bio il y a un an, nous avons attendu. Cela nous a permis d’aménager un parc à l’extérieur pour les veaux qui ont entre une semaine et quatre mois », expose le producteur. C’est une prairie de 6 mètres sur 20, qui sera divisée en deux, pour deux lots d’environ dix veaux chacun.

La ventilation sera-t-elle perturbée ?

Au Gaec de L'Audrenais, un trou sera créé dans le mur, pour que les deux lots de génisses puissent s'habituer à l'extérieur et au fil électrique qui partagera la parcelle en deux.
Au Gaec de L'Audrenais, un trou sera créé dans le mur, pour que les deux lots de génisses puissent s'habituer à l'extérieur et au fil électrique qui partagera la parcelle en deux. © A. Labour

Les éleveurs ont récupéré des barrières à veaux pour clôturer le parc. « Il a juste fallu acheter du grillage pour faire un côté du parc. Le grillage, c’est efficace pour contenir les veaux. Il a coûté 500 euros pour 25 mètres en décembre 2021. »

Le Gaec doit encore percer une ouverture dans le mur de la nurserie. Ce sera une ouverture unique pour les deux lots. « Avant, nous conduisions quatre lots de génisses. Pour n’avoir qu’un trou à faire, nous passons en deux lots, qui seront donc moins homogènes. Cela rend la phase de sevrage plus complexe, mais cela reste gérable. Nous garderons une case infirmerie que nous ouvrirons sur l’extérieur. »

Les éleveurs pensent monter un mur coupe-vent à 1,50 mètre de l’ouverture. « La ventilation de notre nurserie fonctionne très bien aujourd’hui. Il n’y a pas de veau qui tousse. Nous voulons éviter que cette ouverture créée des courants d’air néfastes pour les veaux. »

L’espace extérieur a des avantages

Des cornadis récupérés ont été installés sur un bord du parc à l’extérieur. « Nous pourrons ainsi bloquer les veaux dehors pour pouvoir curer et pailler à l’intérieur. C’est un des avantages de cette évolution », indique Aurélien Labour.

Autre bénéfice, les veaux pourront s’habituer à l’extérieur et au fil électrique. « Nous pourrons réaliser un vide sanitaire de l’intérieur dès que le temps permettra aux veaux de sortir. »

Les éleveurs prévoient de planter deux ou trois arbres fruitiers pour créer de l’ombrage dans le parc. « Cela améliorera aussi l’insertion paysagère. »

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière