Aller au contenu principal

Nouveau départ pour l’AOP bleu des causses

Le bleu des causses est produit selon la même technologie que le roquefort et affiné comme lui en caves naturelles, ce qui le démarque des autres bleus en termes de goût.
© B. Griffoul

L’AOP bleu des causses a obtenu cet automne la validation de son nouveau cahier des charges. Les conditions de production du lait sont renforcées : 120 jours de pâturage et 30 ares de pâture par vache, 1 800 kilos maximum de concentré par vache par an, interdiction des aliments OGM et de l’urée, 3 kg de foin minimum par vache par jour hors période de pâturage, alimentation AOP un mois avant le début de lactation... Clément Chayriguès, président du collège des producteurs, compte sur « l’effet cahier des charges » pour stopper l’érosion des ventes de la pâte persillée aveyronnaise au lait de vache (450 tonnes par an).

Pour l’instant, le fromage est fabriqué par une seule entreprise, Lactalis, à Rodez (Aveyron). Sodiaal travaille sur un projet de fabrication. Suite à l’entrée en application du cahier des charges, Lactalis a recentré sa collecte afin de rationaliser les coûts. Vingt-six points de collecte (45 producteurs) ont été retenus pour fournir les 10 millions de litres nécessaires aux volumes actuels. À peine la moitié de ce lait sera transformée en bleu des causses. La production étant très saisonnière, la collecte a été calée sur l’étiage d’été. Les producteurs ont négocié une prime AOP de 50 euros pour 1 000 litres sur les volumes transformés en bleu des causses (44 %). Ils s’engagent à donner au moins une journée de leur temps tous les ans pour participer aux actions de promotion (animations commerciales en magasin, salons...). « Nous voulons être partie prenante dans la relance de l’AOP, explique Clément Chayriguès. Il est hors de question que les producteurs touchent la prime et ne sortent pas de chez eux. Nous espérons que notre volonté de développer le produit sera suivie par la même volonté de la part des entreprises. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Les vaches taries sont logées dans des logettes larges de 1,25 m et disposent d’un abreuvoir de 2 m de large. Les pH urinaires sont dans les clous. © SCEA de Virly
« Foin et concentrés au menu de la préparation au vêlage de nos 160 laitières »
À la SCEA de Virly, dans l’Indre, les hautes productrices reçoivent désormais, trois semaines avant vêlage, une ration sèche à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière