Aller au contenu principal

Nestlé ouvre un gigantesque institut de production laitière en Chine

Aider la Chine à produire plus de lait, pour garder le marché à l’import, tel est le pari de Nestlé.

Institut de production laitière (DFI) - A : élevages de 200 à 450 vaches. B : élevages de 600 à 1200 vaches. C :  élevages de 3600 à 8000 vaches. D :  centre de formation.
Institut de production laitière (DFI) - A : élevages de 200 à 450 vaches. B : élevages de 600 à 1200 vaches. C : élevages de 3600 à 8000 vaches. D : centre de formation.
© DR

Imaginez rassemblées sur un site de 60 hectares trois exploitations « modèles », la plus petite pour les élevages de 200 à 450 vaches, la moyenne pour les élevages de 600 à 1200 vaches     , et la plus grande pour les élevages de 3600 à 8000 vaches. A côté est implanté un centre de formation à la pointe de la technologie et de la technique, partenaire d’universités et d’organisations locales et internationales. Voilà à quoi ressemble l’institut de production laitière (DFI) que Nestlé a inauguré le 15 octobre 2014 à Sshuangcheng en Chine. « Les Chinois aiment voir les choses en grand, nous devons respecter leur façon de voir », expliquait Hans Johr, directeur agriculture durable de Nestlé, dans le cadre du Alltech Global Dairy qui a rassemblé, à Deauville dans le Calvados, 650 éleveurs laitiers venus de quarante-deux pays du monde entier. Ce centre qui se veut pratique formera les éleveurs chinois. « La Chine a davantage besoin de personnes compétentes que de capitaux. » Alltech apportera le support technique pour la nutrition.


« La Chine doit produire parce qu’elle va consommer »


L’objectif de Nestlé est clairement d’aider la Chine à produire plus de lait. « Le gouvernement chinois a fait le choix du développement urbain : 300 à 400 millions de personnes vont s’installer en ville dans les dix prochaines années. La Chine concentrait jusqu’à présent ses efforts sur les infrastructures pour permettre ce développement. Désormais elle se focalise sur la consommation. La consommation de lait frais devrait doubler d’ici 2020. » Pour Nestlé, l’enjeu de ce partenariat avec la Chine est d’avoir accès au marché chinois : « sans partenariat, le marché se ferme ». Cet institut sera aussi le fer de lance d’un programme de communication massif avec les éleveurs et les consommateurs.
« C’est une version chinoise de la plate-forme agriculture durable SAI créée par Unilever, avec laquelle une soixantaine de grands groupes communiquent sur les bonnes pratiques de production vers les consommateurs de plusieurs continents. Les protéines animales sont attaquées de partout. Nous devons faire entendre notre voix pour qu’elles gardent leur place au centre du régime alimentaire et influencer les politiques des pays ».
Autre argument développé par la multinationale : la Chine importe beaucoup, 20 à 35 % des produits laitiers qu’elle consomme. Le gouvernement chinois n’acceptera pas d’importer davantage. « Si elle est obligée de le faire, faute de développer suffisamment sa production, le gouvernement dira aux consommateurs de ne pas consommer de produits laitiers. Et on perdra le marché à l’import de cette manière. C’est pourquoi notre DFI est important », se défend Hans Johr.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière