Aller au contenu principal

Nestlé ouvre un gigantesque institut de production laitière en Chine

Aider la Chine à produire plus de lait, pour garder le marché à l’import, tel est le pari de Nestlé.

Institut de production laitière (DFI) - A : élevages de 200 à 450 vaches. B : élevages de 600 à 1200 vaches. C :  élevages de 3600 à 8000 vaches. D :  centre de formation.
Institut de production laitière (DFI) - A : élevages de 200 à 450 vaches. B : élevages de 600 à 1200 vaches. C : élevages de 3600 à 8000 vaches. D : centre de formation.
© DR

Imaginez rassemblées sur un site de 60 hectares trois exploitations « modèles », la plus petite pour les élevages de 200 à 450 vaches, la moyenne pour les élevages de 600 à 1200 vaches     , et la plus grande pour les élevages de 3600 à 8000 vaches. A côté est implanté un centre de formation à la pointe de la technologie et de la technique, partenaire d’universités et d’organisations locales et internationales. Voilà à quoi ressemble l’institut de production laitière (DFI) que Nestlé a inauguré le 15 octobre 2014 à Sshuangcheng en Chine. « Les Chinois aiment voir les choses en grand, nous devons respecter leur façon de voir », expliquait Hans Johr, directeur agriculture durable de Nestlé, dans le cadre du Alltech Global Dairy qui a rassemblé, à Deauville dans le Calvados, 650 éleveurs laitiers venus de quarante-deux pays du monde entier. Ce centre qui se veut pratique formera les éleveurs chinois. « La Chine a davantage besoin de personnes compétentes que de capitaux. » Alltech apportera le support technique pour la nutrition.


« La Chine doit produire parce qu’elle va consommer »


L’objectif de Nestlé est clairement d’aider la Chine à produire plus de lait. « Le gouvernement chinois a fait le choix du développement urbain : 300 à 400 millions de personnes vont s’installer en ville dans les dix prochaines années. La Chine concentrait jusqu’à présent ses efforts sur les infrastructures pour permettre ce développement. Désormais elle se focalise sur la consommation. La consommation de lait frais devrait doubler d’ici 2020. » Pour Nestlé, l’enjeu de ce partenariat avec la Chine est d’avoir accès au marché chinois : « sans partenariat, le marché se ferme ». Cet institut sera aussi le fer de lance d’un programme de communication massif avec les éleveurs et les consommateurs.
« C’est une version chinoise de la plate-forme agriculture durable SAI créée par Unilever, avec laquelle une soixantaine de grands groupes communiquent sur les bonnes pratiques de production vers les consommateurs de plusieurs continents. Les protéines animales sont attaquées de partout. Nous devons faire entendre notre voix pour qu’elles gardent leur place au centre du régime alimentaire et influencer les politiques des pays ».
Autre argument développé par la multinationale : la Chine importe beaucoup, 20 à 35 % des produits laitiers qu’elle consomme. Le gouvernement chinois n’acceptera pas d’importer davantage. « Si elle est obligée de le faire, faute de développer suffisamment sa production, le gouvernement dira aux consommateurs de ne pas consommer de produits laitiers. Et on perdra le marché à l’import de cette manière. C’est pourquoi notre DFI est important », se défend Hans Johr.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière