Aller au contenu principal

Mobilisation en Loire-Atlantique pour manger local en restauration collective

En Loire-Atlantique, différentes initiatives sont mises en place pour favoriser l’approvisionnement local de la restauration collective, notamment en produits laitiers.

Dans l’enquête réalisée dans trois cantines scolaires, les produits laitiers étaient les deuxièmes produits bio achetés après les fruits. © V. Bargain
Dans l’enquête réalisée dans trois cantines scolaires, les produits laitiers étaient les deuxièmes produits bio achetés après les fruits.
© V. Bargain

En Loire-Atlantique, 63 millions de repas par an sont servis en restauration collective. Et la volonté du département, qui compte une diversité de productions, est de développer les approvisionnements locaux. Un salon virtuel « Manger local en restauration collective » a été organisé en janvier dernier par le PETR(1) du Pays de Retz, la chambre d’agriculture des Pays de la Loire et le GAB 44. Crise sanitaire oblige, la rencontre physique entre producteurs locaux et gestionnaires de la restauration collective a été repoussée au printemps.

Dès  2017, avec la chambre d'agriculture et l'Association des maires 44, le Conseil départemental a créé le Réseau local 44 pour fédérer les initiatives visant à développer l’approvisionnement local de la restauration collective. Il veut, courant 2021, créer une centrale d’achat pour les cantines, en s’appuyant notamment sur Manger Bio 44, une plateforme regroupant 50 producteurs bio pour l’approvisionnement des cantines en produits bio locaux.

Une enquête menée en 2019 sur les approvisionnements des cantines scolaires de trois communes en régie municipale. montre que les produits laitiers représentaient 17 % des achats en volume et 15 % en valeur (fruits et légumes 47 %-30 %, viande 10 %-21 %). Le bio représentait 8 % des achats en 2019 (davantage en 2020). Et les achats sont réalisés principalement auprès de grossistes, à 95 % de la région.

Des critères pour favoriser les produits locaux

D'après la loi Egalim, à partir du 1er janvier 2022, les repas en restauration collective devront comprendre au moins 50 % en valeur de produits durables, dont 20 % de produits bio. Le critère « local » toutefois n’est pas reconnu par la loi Egalim. Une clé pour favoriser les approvisionnements locaux est donc le recours aux produits ayant un signe officiel de qualité : AOP/AOC, label rouge, IGP, STG (spécialité traditionnelle garantie), AB. Ou la mention valorisante « produits de la ferme/produit fermier », valable pour les produits pour lesquels il existe une définition réglementaire des conditions de production, ce qui est le cas des fromages fermiers y compris fromages blancs. Autre option : la haute valeur environnementale (HVE), avec la possibilité jusqu’à fin 2029 d’avoir recours au niveau 2 de la certification. Une autre solution, dans le cadre des marchés publics où le terme « local » est interdit, est d’orienter la rédaction des cahiers des charges par des critères qui favorisent les producteurs locaux.

Depuis dix ans, le GAB 44 accompagne les collectivités dans la rédaction des marchés publics. « Au-delà de 40 000 euros par an d’achat, une collectivité doit faire un appel d’offre, rappelle David Lorgeoux, du GAB 44. Pour favoriser les approvisionnements locaux, elle doit bien sourcer les produits et producteurs disponibles et adapter ses lots. Elle peut aussi mettre dans son dossier technique des critères de fabrication à la ferme, réduction et reprise des emballages, développement durable, approvisionnements directs, juste rémunération… et ne pas mettre le prix comme premier critère. » La plateforme Manger Bio 44 réalise ainsi désormais 32 % de son chiffre d’affaires par les marchés publics, avec un partenariat avec Biocoop Restauration pour compléter les approvisionnements.

(1) Pôle d’équilibre territorial rural.

Favoriser le local en GMS

Des initiatives sont prises aussi pour favoriser l’approvisionnement local des grandes et moyennes surfaces. Fin 2020, à l’initiative de la chambre d’agriculture et de la CCI de Loire-Atlantique, cinq enseignes (Auchan, Carrefour, Intermarché, Leclerc, Système U) ont signé une charte dans laquelle elles s’engagent à recevoir les producteurs voulant être référencés, à leur répondre en un mois, à avoir une politique de prix partagée et à promouvoir les produits locaux. La chambre d’agriculture s’engage à recenser les producteurs locaux, à les former et à les accompagner.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière