Aller au contenu principal

Intervalles vêlage-vêlage de 18 ois
Les lactations longues ne pénalisent pas la production

Testé à la ferme de Trévarez, l’allongement de la durée de lactation des hautes productrices améliore leur reproduction, sans pénaliser la production.

En faisant vêler tous les 18 mois, les éleveurs pourraient éviter certains problèmes de reproduction, tout en maintenant la production laitière.
En faisant vêler tous les 18 mois, les éleveurs pourraient éviter certains problèmes de reproduction, tout en maintenant la production laitière.
© DR

Un essai a été mené pendant trois ans (2005-2008) à la ferme expérimentale de Trévarez, en Bretagne, pour étudier les impacts d’un allongement de la lactation. Ont ainsi été comparés des lots de 20 Prim’holstein d’intervalles vêlage-vêlage de 12 et 18 mois. Les deux lots étaient conduits avec le même système fourrager et des vêlages groupés sur trois mois. L’allongement de la lactation n’a pas eu d’impact notable sur la production annuelle des vaches. Les primipares ont produit plus car elles ont une meilleure persistance laitière au cours de la lactation, tandis que les multipares ont produit moins. Au tarissement, les animaux des deux lots produisaient encore de 10 à plus de 15 kilos. La note d’état du lot 18 mois était supérieure de 0,2 point à celle du lot témoin, ce qui a permis aux réformes d’être vendues à un poids carcasse plus élevé avec un meilleur classement.

60 % DE REUSSITE EN 1ERE IA

En ce qui concerne la reproduction, on observe un meilleur taux de réussite en première insémination (60 % contre 45 % pour le lot témoin) et un intervalle plus court entre le début des IA et l’insémination fécondante. En deuxième lactation, 80 % des vaches du lot 18 mois ont vêlé dès le premier mois de la période de vêlage contre 35 % dans le lot témoin. De plus, on observe dans le lot 18 mois que, contrairement au lot témoin, ce ne sont pas forcément les animaux plus laitiers qui restent vides à la fin de la période d’insémination, ce qui permet de garder dans le troupeau les vaches à fort potentiel laitier. Enfin les vêlages étant souvent le moment où se produisent le plus d’incidents sanitaires, la fréquence de ces problèmes a diminué. L’allongement de la lactation a donc permis de baisser le taux de réforme (-5 points).

DEUX PÉRIODES DE VÊLAGE

Cependant cet allongement de lactation nécessite une modification de l’organisation du travail : la fréquence des IA et vêlages diminue mais le nombre de jours de traite augmente. En outre, les vêlages groupés à l’année vont changer de saison tous les 18 mois. Pour éviter cela, il faudrait mettre en place une organisation en deux lots avec deux périodes de vêlages. Ainsi, les inséminations des vaches non fécondées pourraient être reportées six mois plus tard. L’essai a été reconduit pour trois ans supplémentaires afin de consolider ces résultats en s’appuyant sur quatre lactations.

En Bretagne: Des lactations longues subies chez 90 % des éleveurs

D’après une étude récente du pôle herbivores des chambres d’agriculture de Bretagne, plus de 90 % des élevages bretons adhérents au contrôle laitier ont eu au moins une vache à plus de 395 jours de lactation au cours des deux dernières campagnes. 90 000 Prim’holstein ayant fait des lactations longues et encore présentes en élevage ont ainsi été analysées. Dans 79 % des cas, l’allongement de la lactation est subi (fécondation ou mise à la reproduction tardives, souvent liées à des problèmes de détection des chaleurs).

Sur l’ensemble de la lactation, les vaches étudiées ont produit en moyenne 11 200 kg de lait sur 440 jours. Ramené à l’année, cela représente 97 % du niveau de production moyen des troupeaux bretons. La persistance de ces vaches est bonne puisqu’elles produisent en moyenne 19 kilos par vache et par jour entre le 305e jour et le tarissement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière