Aller au contenu principal
Font Size

Prix du lait : les coopératives laitières veulent aller beaucoup plus loin sur les MDD

Alors que démarrent les négociations commerciales pour 2020, les coopératives laitières réaffirment leur volonté d’être proactives sur l’année 2 des EGA.

« L’année 1 a permis de signer des accords précoces sur les marques, mais elle a été moins concluante sur les MDD (marques de distributeurs), et à géométrie variable selon les enseignes et les coopératives. Un premier pas a été fait l’année dernière, il faut aller beaucoup plus loin », défend Damien Lacombe, président de Coop de France Métiers du lait, à la mi-octobre. Notamment sur les MDD qui pèsent très lourd pour les coopératives : celles-ci réalisent 41 % de leur chiffre d’affaires en GMS (grandes et moyennes surfaces) et 66 % sur les MDD, d’après le baromètre économique des coopératives laitières (1). « La transparence sera faite, elle est nécessaire pour avoir des négociations responsables pour l’année prochaine. »

Un gros enjeu sur les contrats tripartites

Il leur faut par ailleurs travailler avec la grande distribution sur la notion d’accords tripartites. Elle pose un « problème de fond aux coopératives » qui ont « du mal à s’insérer dans ces accords ». Il n’est pas évident de faire accepter au distributeur le principe de mutualisation de la valeur qui prévaut dans le système coopératif, alors qu’il souhaite mettre en avant les producteurs de certaines zones directement concernés par l’accord. Il va falloir trouver le moyen de montrer aux consommateurs les efforts des uns et des autres. « Nous ne pouvons pas rester en dehors de ces démarches, elles doivent évoluer. »

La segmentation est un autre levier important pour créer de la valeur. Elle représente 30 % du volume transformé en France par les coopératives pour un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d’euros (1) : 3 % sont valorisés en lait de montagne, 10 % en AOP/IGP, 4 % en bio, et 11 % avec d’autres mentions comme le lait de pâturage, le sans OGM…

(1) Basé sur les données de 29 coopératives ou fédérations de coopératives représentant 10 milliards de litres.

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière