Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le sol, un capital vivant

La bonne qualité biologique des sols est essentielle pour préserver leur potentiel agronomique. Cette prise de conscience est en train de s’opérer et amène à s’intéresser à la vie souterraine.

© E. Bignon

Si les propriétés physico-chimiques des sols sont plutôt bien connues, la vie biologique qu’ils abritent l’est beaucoup moins. Pourtant, les organismes vivants sous terre sont à la base d’un sol de qualité. De leur santé découle la bonne nutrition des plantes, de même que l’infiltration de l’eau, la résistance à l’érosion, la dépollution… Les organismes du sol ne se limitent pas aux vers de terre, loin s’en faut. Des plus petits (bactéries) aux plus gros (lombrics), en passant par des nématodes et arthropodes variés, la terre regorge d’une étonnante diversité biologique. Favoriser une vie du sol riche le rend également plus résilient face aux aléas climatiques et participe à une meilleure régulation naturelle des ravageurs.

Pour cela, il faut réintroduire de l’agronomie. Le sol est un moteur à alimenter. Il faut nourrir l’activité microbienne du sol, comme on nourrit un troupeau, nous disent les agronomes. L’agriculture de conservation, qui s’appuie sur une perturbation minimale du sol, une couverture végétale et des rotations longues, copie les mécanismes de la nature pour améliorer progressivement la fertilité du sol. Et plus celui-ci sera fertile, moins il y aura besoin d’outils mécaniques pour le structurer. Pour autant, le semis direct n’est pas une fin en soi, considèrent certains. Pour d’autres, ce palier est nécessaire pour véritablement franchir un cap. Quoi qu’il en soit, toute évolution requiert une adaptation à l’historique des parcelles, au contexte pédoclimatique, aux compétences et aux moyens de chacun… Parfois, les freins se révèlent plus psychologiques qu’agronomiques.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Des index plus personnalisés grâce aux bactéries

Gènes Diffusion compte sur l’analyse du microbiote (…

Frédéric Willame, éleveur et Eric François, salarié de l'exploitation. © E. Bignon
Un bardage pivotant façon Velux
À Nouvion-en-Thiérarche, dans l’Aisne, Frédéric Willame et son salarié Eric François ont conçu un bardage en bois pivotant pour…
[Météo agricole] 2019 : un record de chaleur en Europe
Portail réussir
2019 a été « l’année la plus chaude jamais enregistrée en Europe ». Dépassant de 1,2 °C la moyenne de 1981-2010 utilisée en…
logo Sodiaal
Carrefour et Sodiaal signent un accord de revalorisation tarifaire
Les marques de fromages et de lait de consommation produites par Sodiaal, ainsi que le fromage et le lait produits par la…
Adama Ibrahim Diallo, président de l’UMPL/B, avec Fatimata Diallo et Halimata Sanné, qui dirigent chacune une mini-laiterie, au Sommet de l’élevage. © B. Griffoul
Développer le lait local au Burkina Faso
L’Afdi Auvergne aide à organiser la filière et apporte un soutien financier pour sécuriser la chaîne du froid des mini-laiteries.
Lorsque l’on réduit l’abreuvement d’une vache de 50 %, on peut diminuer sa production laitière de 20 %. © C. Pruilh
Quand l’eau génère des problèmes en cascade
Baisse de production laitière, cellules, diarrhées, mauvais nettoyage du matériel de traite… Les écueils liés à des défauts de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière