Aller au contenu principal

Le pâturage des veaux dès 15 jours n’affecte pas leur croissance

Qu’ils soient élevés en plein air ou en nurserie, les veaux affichent des croissances similaires. Tel est le résultat des essais des trois fermes expérimentales du Grand Ouest qui ont testé l’élevage des veaux à l’herbe dès leur plus jeune âge.

Pour l’éleveur aussi, cette pratique a du bon avec une conduite facile, ainsi qu’un paillage et un curage réduits.
Pour l’éleveur aussi, cette pratique a du bon avec une conduite facile, ainsi qu’un paillage et un curage réduits.
© Chambre d'agriculture de Bretagne

En croisant les résultats obtenus sur les fermes de Trévarez, de la Blanche-Maison et des Trinottières, le constat est unanime : faire pâturer les veaux dès 15 jours permet des performances de croissance équivalentes à une conduite classique en bâtiment, et ce, pendant la phase lactée et le post-sevrage.

Les différents essais conduits ont démontré que l’objectif des 90 kg au sevrage est bien atteint. À la Blanche-Maison dans la Manche, entre 2017 et 2020, ce sont 92 génisses normandes qui ont été élevées à l’herbe. En première année, il s’agissait uniquement des veaux nés au printemps et en été. Puis, suite à des premiers résultats très positifs, les veaux nés en février ont également été mis à l’herbe dès 10 jours.

Au sevrage, le lot élevé à l’herbe a affiché un poids moyen à peine inférieur aux génisses élevées en nurserie (93,6 kg contre 99,3 kg). Mais ces dernières ont été sevrées sept jours plus tard que celles élevées dehors (respectivement 87 contre 79 jours). Au final, pendant la phase lactée, les gains moyens quotidiens (GMQ) des deux lots sont identiques : 640 g/j. Et il n’y a pas de différence significative sur les performances de croissance jusqu’à 15 mois.

Mêmes conclusions à Trévarez dans le Finistère. En système conventionnel, les croissances de 52 génisses prim’Holstein élevées dehors ont été comparées à celles de 86 génisses élevées en nurserie, toutes étant nées au printemps, entre 2005 et 2013. À 1 an, les poids respectifs de chaque lot sont proches : 322 kg de poids moyen pour le lot élevé à l’herbe, et 312 kg pour celui des veaux élevés en nurserie. En système bio, à Trévarez toujours, les résultats vont dans le même sens. À 6 mois, les treize génisses croisées élevées à l’herbe pèsent le même poids que celles élevées à l’intérieur. L’expérience des Trinottières dans le Maine-et-Loire conforte encore ces résultats.

Moins de consommation de lait, de concentrés et de paille

Sortir les veaux à l’herbe dès leur plus jeune âge présente des atouts. La transition au pâturage est facilitée. À la Blanche-Maison, jusqu’au sevrage, ils consomment moins de lait (-47 l par veau) et moins de concentrés (-12,1 kg par veau) en compensant par l’ingestion d’herbe. L’utilisation de paille est également réduite (-100 kg par veau en première année). La santé des veaux est préservée et le risque parasitaire n’est pas plus élevé, comme l’ont montré les suivis de coproscopie.

À retenir

Croissances maintenues
Valorisation du pâturage dès la première année
Moins de fourrages et de concentrés
Travail simplifié

Avis d’expert : Flore Lepeltier, de la ferme expérimentale de la Blanche-Maison

« Cette conduite nécessite quelques points de vigilance »

 

 
Flore Lepeltier, de la ferme expérimentale de la Blanche-Maison © E. Bignon
« L’installation de niches, de cabanes ou d’igloos pour protéger les veaux du vent et du soleil en été, ainsi que d’autres aménagements tels que des bacs à tétines, alimentateurs à concentrés collectifs et râteliers couverts contribuent à la réussite de cette pratique. Mieux vaut aussi que l’abreuvement intervienne sur un sol stabilisé. Il faut également offrir une herbe de qualité en quantité suffisante et maintenir le concentré au sec pour qu’il soit bien ingéré. Nous avons opté pour un plan de buvée collectif une fois par jour pour simplifier la conduite avec des lots de veaux homogènes, mais il faut rester attentif aux effets de concurrence. Et maintenir un contact proche avec les veaux reste essentiel pour éviter qu’ils ne soient trop craintifs. »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
La flambée des prix des concentrés, des engrais ainsi que de l’énergie pourraitentraîner une hausse des charges allant, pour une…
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Jusque début avril, les éleveurs de vaches laitières ont préféré retenir des vaches pour profiter de la hausse du prix du lait et…
Intensif et très autonome, c’est possible
Intensif et très autonome, c’est possible
Comment viser l’autonomie protéique tout en conciliant une productivité par vache élevée ? Retrouvez dans ce dossier des élevages…
Le prix du lait bio rejoint celui du lait conventionnel
Le prix du lait bio rejoint celui du lait conventionnel
Ce printemps, le prix du lait bio moyen tourne autour de 400 € les mille litres, comme le prix du lait conventionnel. Avec…
Prairie de 12 ans en janvier 2022.
« Je donne une seconde chance à mes prairies pour les faire vieillir »
Dans la Sarthe, Benoit Drouin cherche à maximiser le rendement de ses prairies tout en les faisant vieillir. Il a apporté son…
Mathilde Tirole et Julien Maire avec leur cédant, Christian Jeannerot. « Même si nous ne sommes pas complètement autonomes, la citerne permet une belle économie sur la facture d’eau. »
« Nous récupérons l’eau des toitures pour l’abreuvement »
Le Gaec des Fermes voisines, dans le Doubs, dispose d’une citerne de récupération d’eau de pluie en béton pour alimenter les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière