Aller au contenu principal
Font Size

Le nouveau cahier des charges de l'AOP camembert de Normandie retoqué

L’ODG du camembert de Normandie retoque le nouveau cahier des charges. La guerre du camembert reprend.

camembert
© C. Pruilh

C'est une surprise ! L'assemblée générale de l'organisme de défense et de gestion (ODG) de l'AOP camembert de Normandie a émis, le 29 janvier, un avis défavorable au projet de nouveau cahier des charges de l'AOP.  53% des membres de l'ODG ont voté contre.

Ce projet de cahier des charges a été travaillé par l'ODG sous l'égide de l'Inao afin de sortir de la «guerre du camembert». Il visait à résoudre le problème de la coexistence du camembert « fabriqué en Normandie », avec du lait pasteurisé et parfois breton, et du camembert de Normandie, AOP, au lait cru. Le nouveau cahier des charges promettait notamment la disparition de la formule « fabriqué en Normandie » et l’instauration de deux niveaux d’appellation : le « camembert de Normandie » autorisant le lait pasteurisé, si tant est qu’il était normand et provenait de troupeau comportant 30 % minimum de vaches normandes ; et le « Véritable camembert de Normandie », au lait cru provenant de troupeaux comportant 66 % minimum de vaches normandes nourries à l’herbe. Les deux tiers des 60 000 t de camemberts actuellement « fabriqué en » auraient pu passer dans l’AOP, qui ne concerne actuellement que 6 000 t. 

Faire cesser l'usurpation du "Fabriqué en"

Parmi les sources de discorde, le refus d’étendre la zone de l’appellation à la Mayenne. Patrick Mercier, Président de l’ODG du Camembert de Normandie AOP « appelle à une poursuite des discussions incluant l’Inao pour trouver une solution et éviter l’interdiction du ‘fabriqué en Normandie’ par une procédure juridique. En effet, l’application de la loi attendue serait le retrait de la confusion par la suppression totale et définitive de toute référence à la Normandie pour tout Camembert ne répondant pas aux conditions de production de l’AOP Camembert de Normandie », selon un communiqué de presse l'ODG.

Une réunion du Comité national de l’Inao doit maintenant se tenir mi-mars à Paris.

Dans le cas où les discussions au sein de l'ODG cessent, Jean-Louis Piton, président de l'Inao prévient: «Nous passerons par la voie judiciaire. Cela sera le seul moyen de faire cesser les usurpations» de l'AOP camembert par les fromages estampillés «fabriqué en Normandie», a t-il indiqué à Agrapresse. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière