Aller au contenu principal

La variabilité génétique sur une très mauvaise pente

La sélection génomique possède en théorie deux vertus, à savoir accélérer le progrès génétique tout en améliorant la variabilité génétique. Mais, le maintien du star système joue les trouble-fête.

La diminution de l’intervalle de génération est un bon levier pour accélérer le progrès génétique mais peut aussi représenter un risque pour la variabilité génétique.
La diminution de l’intervalle de génération est un bon levier pour accélérer le progrès génétique mais peut aussi représenter un risque pour la variabilité génétique.
© Jérôme Chabanne

L’avènement de ce puissant outil de sélection devait rimer avec accélération du progrès génétique et meilleure gestion de la consanguinité. Après six ans d’utilisation en Europe et sur le continent américain, la sélection génomique a globalement répondu aux attentes sur le premier point. En revanche, le maintien d’une bonne dose de star système dans la diffusion des taureaux plombe la variabilité génétique. « La diminution de l’intervalle de génération est un bon levier pour accélérer le progrès génétique mais peut aussi représenter un risque pour la variabilité génétique. C’est particulièrement le cas lors de la rediffusion d’anciens jeunes taureaux génomiques ayant confirmé sur descendance parce que bien souvent leurs fils sont déjà diffusés dans les élevages », explique Sébastien Fritz responsable de l'équipe génomique d’Allice (ex Unceia). Pour éviter cet écueil, il est donc impératif d’utiliser un maximum de jeunes taureaux avec parcimonie en packs ou en profils et sur une courte période.

De nouveaux indicateurs d’originalité pour les taureaux

La création d’indicateurs d’originalité par l’équipe génomique d’Allice devrait cependant aider à renverser la tendance. « Ces indicateurs, transmis notamment aux entreprises de sélection, exploitent les informations génomiques pour mesurer l’originalité d’un individu par rapport à une population donnée. Plus un animal portes d’allèles (forme d’un gène) rares, plus son indicateur d’originalité est favorable », indique Sébastien Fritz.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière