Aller au contenu principal

La fusion Eurial Glac devrait être effective fin 2011

Charentes-Poitou. Les groupes coopératifs laitiers Eurial et Glac ont annoncé officiellement leur projet de fusion, qui constituerait le deuxième groupe laitier coopératif français avec 1,65 million de litres de lait transformés.

«Au nom des sept coopératives qui constituent le Glac et Eurial, nous prenons l’engagement solennel, l’engagement irrévocable, de rapprocher les deux groupes et de réunir leurs activités au sein d’une même entité économique dans le courant de l’année 2011. » La déclaration d’Alain Lebret, président du Glac, et de Guy Maingret, président d’Eurial, avait un ton solennel, le 15 juin dernier en fin d’assemblée de l’association centrale des coopératives de Charentes-Poitou.

Premières synergies au niveau de la collecte dès cet automne

Un comité de pilotage composé de six administrateurs de chaque groupe et des deux directeurs généraux vient d’être constitué. Le protocole d’accord devrait être formalisé au plus tard en octobre prochain, mais dès cet automne il est aussi prévu que « les premières synergies porteront leurs fruits dans le domaine de la rationalisation de la collecte ». Courant 2011, seront mises en commun et renforcées les équipes de recherche et développement. Au terme de dix-huit mois de poursuite des travaux engagés, la fusion devait être effective.

Maintenir le potentiel laitier de la région

Le deuxième groupe coopératif laitier verra ainsi le jour, avec une collecte de 2 milliards de litres de lait, dont 300 millions de litres de lait de chèvre, auprès de 10 000 éleveurs, un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros, et un effectif de 2650 salariés.

L’un et l’autre des deux groupes sont ancrés dans un territoire qui n’a cessé de s’étendre au fil des ans : Capribeur, Charentes-lait, Usval, Lescure Bougon, puis la laiterie de Montaigu et l’entreprise Toury, en Auvergne, pour le Glac ; Colarena, la Laiterie de la Presqu’île, Ucal, Soignon, et Poitouraine, pour Eurial. Deux groupes aux nombreux points communs, parfois complémentaires.

La filière laitière est entrée dans une phase difficile avec son manque de compétitivité face aux transformateurs des pays de l’Europe du nord, mais aussi avec les charges « exceptionnelles liées à la reprise de Toury et au démarrage de la production de mozarelle, à Herbignac », reconnaît le président d’Eurial. L’association centrale des coopératives voit dans ce « tournant historique » le moyen de « sécuriser l’avenir de nos entreprises et de nos sociétaires mais aussi de conforter l’interprofession régionale pour le maintien de notre potentiel laitier ». Pour Alain Lebret, qui annonce 300 €/1 000 l en juillet pour le Glac, « nos producteurs rêvent de la petite coopérative. Mais on n’est plus dans ce mode-là. Il faut affronter la concurrence mondiale », insistait-il. ■

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière