Aller au contenu principal

La filière Comté valide des mesures complémentaires pour le futur cahier des charges

Des fermes familiales limitées en taille, impliquées dans la filière, cultivant la biodiversité... La filière comté a validé toutes ses propositions pour son futur cahier des charges.

comté
Le futur cahier des charges encourage des systèmes agricoles extensifs.
© G. Blanchon - Cniel

Au bout de deux ans de travaux et d'échanges au sein de la filière comté, l'interprofession du comté (le CIGC) a validé l'ensemble de ses propositions d'évolution du cahier des charges de la première AOP fromagère française. En 2018, un premier train de mesures avait été validé. Lors de l'assemblée générale du CIGC le 28 juin dernier, des mesures complémentaires ont été adoptées. A présent, les propositions font l'objet d'enquête et d'échanges avec l'Inao, le Ministère de l'Agriculture. Puis avec la Commission européenne, pour que le cahier des charges soit parfaitement compatible avec le droit européen. Le délai d'approbation du futur cahier des charges est estimé à deux ans.

Un nombre maximum de vaches par UMO

Les mesures dessinent un modèle de ferme familiale transmissible, limitée à une production maximale de 1,2 millions de litres par an, avec 50 vaches laitières maximum pour le chef d'exploitation, 90 pour 2 UMO (unité de main d'oeuvre), 130 pour 3 UMO... "Nous voulons garder des éleveurs impliqués dans la filière, donc il y a aussi une obligation à se former à la connaissance de la filière et à participer à la vie collective (au moins 1/2 journée par an)", souligne Alain Mathieu, président du CIGC. La croissance des fruitières est aussi encadrée.

Préserver la diversité et l'atomisation des acteurs

De nombreuses mesures définissent l'autonomie alimentaire des fermes, visent à améliorer la biodiversité des prairies, à préserver le pâturage des vaches, à préserver les sols et la ressource en eau. Vous pouvez les retrouver sur le site internet du CIGC. "L'ensemble dessine le modèle que nous voulons préserver, avec une diversité et une atomisation des acteurs sur le territoire, qui a un effet positif sur la diversité et la qualité des fromages, sur l'environnement et le bien être animal, sur la vie économique et social du territoire", résume Alain Mathieu. 

Rester autonomes

La mesure pour "l'élevage d'au moins trois génisses par an par tranche de 100 000 litres de lait produit" est avant tout un garde fou. "Les appellations morbier et mont d'or, qui ont aussi ouvert leur cahier des charges - ont pris cet indicateur, et nous l'avons repris. Ce critère permettra d'éviter la délégation des génisses, qui peut être tentante si les ressources fourragères deviennent limitantes avec des aléas climatiques plus marqués."

Le nouveau cahier des charges vise à préserver le modèle du comté et à conserver la confiance des consommateurs. Certaines exploitations et transformateurs devront évoluer pour y répondre.

Favoriser les parcellaires groupés

Pour préserver le pâturage, il faudra avoir au moins 50 ares de pâturage disponible dans un rayon de 1,5 km autour du point de traite. Une autre mesure vise à éviter l'émiettement du parcellaire et la reprise de terres éloignée du siège d'exploitation : Les surfaces prises en compte pour le calcul de la référence de productivité (1) sont celles incluses ou tangentes à un cercle de 25 km de rayon autour du point de traite principal. "Depuis que nous discutons du futur cahier des charges et que cette mesure est discutée, il y a eu des échanges parcellaires. Cela fait gagner du temps, du carburant et du matériel", souligne Alain Mathieu.

(1) Cette référence correspond au meilleur rendement d'une exploitation entre 2008 et 2012, auquel on ajoute 300 l/ha, dans la limite de 4 600 l/ha.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière