Aller au contenu principal

La filière Comté valide des mesures complémentaires pour le futur cahier des charges

Des fermes familiales limitées en taille, impliquées dans la filière, cultivant la biodiversité... La filière comté a validé toutes ses propositions pour son futur cahier des charges.

comté
Le futur cahier des charges encourage des systèmes agricoles extensifs.
© G. Blanchon - Cniel

Au bout de deux ans de travaux et d'échanges au sein de la filière comté, l'interprofession du comté (le CIGC) a validé l'ensemble de ses propositions d'évolution du cahier des charges de la première AOP fromagère française. En 2018, un premier train de mesures avait été validé. Lors de l'assemblée générale du CIGC le 28 juin dernier, des mesures complémentaires ont été adoptées. A présent, les propositions font l'objet d'enquête et d'échanges avec l'Inao, le Ministère de l'Agriculture. Puis avec la Commission européenne, pour que le cahier des charges soit parfaitement compatible avec le droit européen. Le délai d'approbation du futur cahier des charges est estimé à deux ans.

Un nombre maximum de vaches par UMO

Les mesures dessinent un modèle de ferme familiale transmissible, limitée à une production maximale de 1,2 millions de litres par an, avec 50 vaches laitières maximum pour le chef d'exploitation, 90 pour 2 UMO (unité de main d'oeuvre), 130 pour 3 UMO... "Nous voulons garder des éleveurs impliqués dans la filière, donc il y a aussi une obligation à se former à la connaissance de la filière et à participer à la vie collective (au moins 1/2 journée par an)", souligne Alain Mathieu, président du CIGC. La croissance des fruitières est aussi encadrée.

Préserver la diversité et l'atomisation des acteurs

De nombreuses mesures définissent l'autonomie alimentaire des fermes, visent à améliorer la biodiversité des prairies, à préserver le pâturage des vaches, à préserver les sols et la ressource en eau. Vous pouvez les retrouver sur le site internet du CIGC. "L'ensemble dessine le modèle que nous voulons préserver, avec une diversité et une atomisation des acteurs sur le territoire, qui a un effet positif sur la diversité et la qualité des fromages, sur l'environnement et le bien être animal, sur la vie économique et social du territoire", résume Alain Mathieu. 

Rester autonomes

La mesure pour "l'élevage d'au moins trois génisses par an par tranche de 100 000 litres de lait produit" est avant tout un garde fou. "Les appellations morbier et mont d'or, qui ont aussi ouvert leur cahier des charges - ont pris cet indicateur, et nous l'avons repris. Ce critère permettra d'éviter la délégation des génisses, qui peut être tentante si les ressources fourragères deviennent limitantes avec des aléas climatiques plus marqués."

Le nouveau cahier des charges vise à préserver le modèle du comté et à conserver la confiance des consommateurs. Certaines exploitations et transformateurs devront évoluer pour y répondre.

Favoriser les parcellaires groupés

Pour préserver le pâturage, il faudra avoir au moins 50 ares de pâturage disponible dans un rayon de 1,5 km autour du point de traite. Une autre mesure vise à éviter l'émiettement du parcellaire et la reprise de terres éloignée du siège d'exploitation : Les surfaces prises en compte pour le calcul de la référence de productivité (1) sont celles incluses ou tangentes à un cercle de 25 km de rayon autour du point de traite principal. "Depuis que nous discutons du futur cahier des charges et que cette mesure est discutée, il y a eu des échanges parcellaires. Cela fait gagner du temps, du carburant et du matériel", souligne Alain Mathieu.

(1) Cette référence correspond au meilleur rendement d'une exploitation entre 2008 et 2012, auquel on ajoute 300 l/ha, dans la limite de 4 600 l/ha.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

L'effet total – avec un écorégime uniforme à 64 €/ha, la convergence, et les nouvelles aides couplées à l'UGB et végétales.
La future PAC et ses effets régionaux
Les premières simulations du service économique de la chambre d'agriculture de Normandie portent sur les effets des aides…
camion Biolait
Le lait bio cherche une issue d'urgence
Biolait a lancé un appel aux consommateurs, le 20 octobre dernier, pour relancer la consommation de lait biologique. Une…
Le chantier du nouveau bâtiment pour les vaches taries du Gaec Losser.
« Avec la hausse des prix des matériaux, notre nouveau bâtiment coûte 20 % plus cher que prévu »
Alexis Losser, un des quatre associés du Gaec Losser, en plaine d’Alsace dans…
« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
Dans la Loire, le Gaec des Gauds a réussi sa conversion bio, sans baisse de productivité laitière, mais avec une profonde…
Le robot d'alimentation sur roues alimenté par une cuisine revient, pour un troupeau de 300 VL, plus cher qu'une remorque mélangeuse ou qu'une désileuse automotrice, selon l'étude.
Combien coûte un robot d’alimentation aux 1000 litres de lait ?
L’enquête sur l’automatisation de l’alimentation en élevage bovin, publiée en 2020 par l’Idele et les chambres d’agriculture des…
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable

« Fini les bâches en plastiques qui font perdre un temps fou et causent de nombreuses difficultés à chaque fois qu'…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière