Aller au contenu principal
Font Size

Génisses : bien démarrer dans la vie

L’intérêt d’une croissance soutenue pendant les premiers mois de vie de la génisse a été rappelé par un chercheur espagnol lors d’un colloque organisé à Toulouse par la société Philéo (Lesaffre).((((((Lors d’un colloque organisé en juin à Toulouse par la société Philéo (Lesaffre), un chercheur espagnol a rappelé l’intérêt d’une croissance soutenue pendant les premiers mois de vie de la génisse.

Alex Bach, chercheur à l’Irta de Barcelone. « Il faut considérer l’élevage des génisses comme un investissement dans un nouveau produit. »
© B. Griffoul

On sait combien les conditions d’élevage de la génisse, du premier jour de vie jusqu’au vêlage, conditionnent la carrière de la future laitière et son coût de revient. « Les génisses sont plus souvent conduites au feeling que de façon méthodique sur la base de données chiffrées », regrette Alex Bach, chercheur espagnol (Irta Barcelone). Le chercheur fixe l’objectif technique d’un « premier vêlage à 23-24 mois avec un poids de 650 kilos et 137 à 147 centimètres de hauteur au garrot ». Faire vêler des génisses à 28 mois au lieu de 24 mois coûte 10 000 euros de plus par an pour un troupeau de 100 vaches et un renouvellement de 30 %. L’âge moyen au premier vêlage est de 27 mois aux États-Unis et de 25 à 29 mois en Europe. La compilation de nombreux travaux de recherche (métha-analyse) a montré que « chaque 100 grammes de GMQ additionnels pendant les deux premiers mois de vie permettent d’obtenir 225 kilos de lait supplémentaires en première lactation ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière