Aller au contenu principal
Font Size

Recensement agricole 2000
Forte baisse du cheptel laitier

Le nombre de vaches laitières a baissé de 26 % entre 1988 et 2000 pour s´établir à 4 193 000 têtes.


La réduction des surfaces en herbe et l´évolution des cheptels amorcées depuis le milieu des années 1970 se sont poursuivies entre les recensements 1988 et 2000, constatent les économistes de l´Institut de l´élevage.
Le nombre de vaches laitières a baissé de 26 % pour s´établir à 4 193 000 vaches alors que les effectifs de vaches allaitantes ont connu sur la même période une évolution diamétralement opposée (+ 24 % à 4 314 000 vaches).

Unités de plus grande dimension conduisant des vaches laitières plus productives
Ces évolutions se sont produites sous la double influence de la démographie des chefs d´exploitation et des mesures de politique agricole. « En organisant de façon volontaire le départ de nombreux producteurs de lait de vache (170 000 cessations aidées depuis 1984 dont la moitié depuis 1988), les plus âgés mais aussi les plus petits et les moins productifs, la politique de gestion des quotas laitiers a largement contribué à façonner ce nouveau paysage. La reprise de cette production laitière par des unités de plus grande dimension conduisant des vaches laitières plus productives et moins consommatrices d´herbe a mécaniquement conduit à une forte baisse du cheptel laitier et des surfaces en herbe. » Et d´ajouter : « La réforme de la Pac de 1992 et l´attrait des productions céréalières en terme de productivité du travail ont fait le reste. » La prime Scop a poussé au retournement des prairies ou à leur transformation en prairies temporaires.
Grande diversité régionale
Cette tendance nationale cache cependant une grande diversité régionale. La baisse de 26 % des effectifs est comparable des Pays de la Loire à l´Auvergne en passant par l´Ouest et le Nord. Ils sont restés stables dans les montagnes de l´Est « grâce aux AOC et à la politique de gestion des quotas favorable à la montagne ».
La baisse des surfaces toujours en herbe (- 19 %) n´a été que partiellement compensée par une augmentation des prairies temporaires. La surface fourragère principale (SFP) s´est réduite de 11 %. Le recul important des surfaces en herbe « n´a pas d´autres fondements que le recul important de la SFP dans certaines zones. Il ne s´agit pas d´un mouvement d´intensification généralisé de l´élevage avec recul de la part de l´herbe dans les surfaces fourragères. »
Le maïs ensilage a légèrement diminué en surfaces (de 1,468 à 1,385 millions d´hectares) mais son importance dans la SFP a peu varié passant de 10 à 10,7 % en douze ans. Les évolutions sont différentes selon les régions : forte augmentation dans certaines zones de Nord-Picardie, dans les bocages de l´Ouest de la basse Normandie. et net recul dans les Pays de la Loire.

Dossier économie, nov. 2002, nº318, analyse du RA 2000 en collaboration avec le Scees.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière