Aller au contenu principal

En Montbéliarde : Exportation d’animaux record en 2019

Le nombre de pedigrees export a dépassé la barre symbolique des 20 000 l'année dernière. Une belle progression qui pourrait malheureusement connaître un sérieux coup de frein à cause de la pandémie de coronavirus.

Avec plus de 16 200 pedigrees délivrés en 2019, l’Algérie est de très loin la première destination des animaux
© Coopex

« Quelque 20 556 pedigrees export ont été délivrés en 2019 par Montbéliarde Association, soit une hausse de + 29,8 % par rapport à 2018 (15 831) qui était déjà une année exceptionnelle », a annoncé Montbéliarde association. Plusieurs facteurs se sont conjugués pour expliquer le phénomène. L’offre en génisses était présente. « Coopex Montbéliarde (groupe Umotest) et Montbéliarde du Jura, notamment, se sont dotés d’outils (centre de rassemblement) et d’équipes aptes à répondre à de grosses demandes, et une fois n’est pas coutume, les conditions sanitaires de la France et des pays destinataires étaient en phase. »

L’Algérie se taille la part du lion, mais...

Avec plus de 16 200 pedigrees délivrés (79 %) l’Algérie est de très loin la première destination des animaux. Le Maroc occupe la seconde place (2584 pedigrees, soit 12,6 %). Le Sénégal complète le podium avec 453 pedigrees délivrés. L’année 2020 a commencé sur de bonnes bases avec plus de 1800 pedigrees enregistrés en janvier. Mais la pandémie de coronavirus pourrait casser cet élan si elle devait perdurer. Mais nous n'en sommes pas là. « La situation, notamment avec l’Algérie, est devenue plus compliquée. Si ses frontières ne sont pas actuellement fermées, le confinement qui a été décrété complique l’exportation d’animaux vers ce pays, mais les échanges ne sont pas totalement bloqués », explique Jean-Paul Brun de Coopex. « Ce ralentissement conjoncturel met un frein momentané aux efforts de l’Algérie pour améliorer son autonomie alimentaire via notamment l’importation de génisses montbéliardes. Espérons que cela ne dure pas trop longtemps pour eux comme pour les éleveurs de Montbéliardes », souligne Jean-Paul Brun.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les élevage réunionnais comptent en moyenne 49 vaches, principalement des prim’Holstein mais également des brunes des Alpes et des montbéliardes.
À La Réunion, une aide de 100 000 euros par exploitation pour augmenter la production locale
La coopérative Sicalait veut moderniser les élevages de l’île et produire plus de lait localement.
Une vache saine, ne présentant ni mammite clinique ni subclinique, ne pourra plus recevoir d’antibiotiques au tarissement.
Tarissement : la réglementation se durcit sur l’usage des antibiotiques
Depuis le 28 janvier 2022, il n’est plus autorisé de traiter préventivement les vaches saines au tarissement avec un médicament…
Le prix du lait standard conventionnel payé aux producteurs a augmenté de 21% sur les six derniers mois de l'année.
Prix du lait : les coopératives visent 500 €/1000 litres
Lors de sa conférence de presse de rentrée, les coopératives membres de la Coopération laitière ont assuré vouloir augmenter…
La ferme de Grignon a baissé de 800 g par vache et par jour le tourteau de colza 35 et a pu éviter d'acheter un camion de 30 tonnes de tourteau de colza tanné ce printemps.
« Nous avons limité l'explosion du coût alimentaire sur l’atelier vaches laitières »
Quentin Bulcke, responsable de la ferme expérimentale de Grignon, témoigne des actions ayant permis d'économiser du tourteau de…
La brique de lait Merci! est depuis juillet à 0,92 €/l, avec un prix primes comprises garanti aux éleveurs de 480 €/1000 l pour un lait en non-OGM, avec du pâturage.
Prix du lait : l’OP Saint-Père exaspérée par Les Mousquetaires
Alors qu’Intermarché (Les Mousquetaires) se targue d’accepter des hausses de tarifs sur les produits laitiers, l’organisation de…
Les trois associés du Gaec de l'Uvry, Pierre et Benoît Vallance, Jean-Pierre Barbier, et Mickaël leur apprenti (à gauche). « Nous privilégions des fourrages avec des récoltes au printemps pour sécuriser les stocks. »
« Nous recherchons l’autonomie… mais à l’échelle locale »
Au Gaec de l’Uvry, en Meurthe-et-Moselle, la recherche d’autonomie est un objectif en soi. Mais plutôt que de miser sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière