Aller au contenu principal

Luzerne, ray grass, trèfle
En Ille-et-Vilaine, un projet de déshumidification de fourrages

276 producteurs bretons étudient un projet de création de coopérative agricole pour le séchage des fourrages. Le procédé retenu sera probablement celui de la déshumidification avec une machine électrique thermodynamique.


Déshydrater ou déshumidifier les fourrages ? C´est la question posée à 276 producteurs bretons, regroupés autour d´un projet commun : créer une coopérative agricole pour un séchage optimal des fourrages. Pour comparer les deux procédés, deux audits ont été réalisés. D´après une étude menée par le Centre d´économie rurale d´Ille-et-Vilaine, la déshydratation présente un coût au kilo de 0,10 euro (68 centimes de francs) et un apport des éleveurs à la coopérative de 760 euros (5000 francs) par hectare. « Tandis que le coût pour la déshumidification s´élève à 0,08 euro (51 centimes de francs) du kilo et nécessite un apport de 460 euros (3000 francs) par hectare », affirme Oddeis, la société qui commercialise la DZU.

La DZU, une machine thermodynamique
« Il s´agit d´une machine thermodynamique à alimentation électrique qui déshumidifie puis réchauffe de l´air pour sécher les fourrages, stabilisés à 85 % de matière sèche. » Cette technologie de séchage est relativement nouvelle, et peu de références sont disponibles. Pourtant, les trois quarts des exploitants se montrent plutôt favorables à ce nouveau procédé. Les initiateurs du projet tablent sur un millier d´hectares de luzerne, ray grass, ou trèfle à traiter, pour atteindre un objectif de 15 000 tonnes de matière sèche par an. « Déjà deux cents cultivateurs se sont déclarés intéressés. » La construction de trois sites conçus autour de cette machine de séchage est prévue en 2003.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au début d’année
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
[Contenu Partenaire] Dermatite : « une baisse de 39 à 9 % des vaches laitières touchées, grâce au biocontrôle »
Dans la Manche, le GAEC Bourgine lutte contre des problèmes de boiteries avec un produit de biocontrôle, le Certiflore. En un an…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière