Aller au contenu principal

En Allemagne et Belgique, des laiteries s’agrandissent

« Nous avons fait un voyage en Allemagne. La coopérative que nous avons visité nous a montré un terrain fraîchement acquis, pour y construire un nouveau site industriel ; pour suivre la hausse de la production, et en vue de la fin des quotas ! »

Des stratégies volumes chez nos voisins

Ce témoignage d’un éleveur et d’un conseiller font référence aux projets de la laiterie privée Rücker, dans le nord de l’Allemagne, et de la coopérative MUH. Rücker fabrique des fromages (type feta, à pizza, à sandwich…), du beurre et de la poudre. La MUH produit essentiellement du lait de consommation UHT, sur un seul site, qui traite plus d’un milliard de litres par an (près de deux fois la taille des plus gros sites français). Ils sont très dynamiques à l’export. D’autres laiteries nordiques investissent aussi, comme Milcobel, une coopérative belge qui représente environ un tiers du lait belge.« L’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et le Danemark, ont une lecture précise de leur avenir. Producteurs et transformateurs ont la conviction qu’il faut produire davantage. Cette stratégie volume s’impose à eux, car ils sont sur des gammes de produits moins variés et plus basiques qu’en France. Et ils misent sur l’export vu que la consommation en Europe de l’ouest est stable », expose Benoît Rouyer, du Cniel. Selon lui, « ces investissements sont liés avant tout au développement de marchés à l’export, et au développement de la collecte, qui suit les hausses de quota décidées par l’Union européenne. Les pays nordiques font leur quota, voire sont en léger dépassement ». Mais ces investissements sont aussi réalisés en vue de la fin des quotas en 2015.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Damien Lacombe, président de Sodiaal
Sodiaal: un résultat courant 2020 tout juste à l’équilibre
La coopérative laitière annonce en 2020 un résultat courant consolidé à 1,3 millions d’euros, et un Ebitda au même niveau qu’en…
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
En dehors de la période hivernale, les veaux devront obligatoirement à partir de six semaines, avoir accès à une aire extérieure et/ou pouvoir pâturer.  © F. Mechekour
Le nouveau règlement européen bio se précise
Le règlement européen s’appliquera au 1er janvier 2022. Les changements les plus importants concernent les bâtiments.
Bcel Ouest, Evolution, GDS Bretagne et Copavenir fusionnent
Annoncée cet automne, la fusion entre Evolution, Bcel Ouest, GDS Bretagne et Copavenir sera effective à compter du 1 er…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière