Aller au contenu principal

Élevage laitier : les bons calculs avant d’investir

Pour soulager la charge de travail, certains éleveurs optent pour l’achat d’équipements onéreux. Avant d’investir, il est important d’évaluer objectivement les impacts économiques et sociaux.

Élevage laitier : les bons calculs avant d’investir
© Chambres d'agriculture de Bretagne

Ces dernières années, l’agrandissement des exploitations laitières s’est rarement accompagné d’un recours accru à la main-d’œuvre. Pour limiter la quantité et la pénibilité de la charge de travail, certains éleveurs investissent dans des équipements d’élevage très onéreux, dont l’intérêt économique est parfois limité. Outre le coût d’achat, ces acquisitions génèrent aussi des charges de fonctionnement supplémentaires (maintenance, consommables) et parfois des charges induites (augmentation du coût alimentaire). Autant de postes qui renchérissent le coût de production du lait (mécanisation, bâtiments…), souvent sans être compensés par du produit supplémentaire.

Avant d’investir, il est important de prendre en compte tous les paramètres sociaux et économiques : impact sur le travail, montant de l’investissement, charges et produits supplémentaires que peut générer le nouvel équipement. Cette confrontation peut se réaliser à l’aide de deux indicateurs encore peu utilisés en élevage :

Retour sur investissement (RSI) 

Le retour sur investissement est le temps nécessaire (en années) pour que l’augmentation de résultat compense le capital investi. On compare fréquemment deux options d’équipement, en calculant le différentiel de résultat et le différentiel de capital investi :

RSI = investissement B - investissement A / [variation EBE + (CMO A – CMO B) + (frais financiers A - frais financiers B)]

CMO : charges de main-d’œuvre

Coût du temps gagné

Le coût du temps gagné : cet indicateur évalue le coût horaire (amortissement, frais financiers, charges de fonctionnement…) du temps économisé grâce à l’équipement. Ce coût horaire peut être comparé au coût horaire du salariat ou de la délégation :

Coût du temps gagné = [(Amortissement B – Amortissement A) + (frais financiers B – frais financiers A) – variation EBE] / temps de travail B - temps de travail A

Coût du temps gagné et retour sur investissement permettent d’objectiver le choix entre deux options d’équipements. Sachant qu’au final, selon les objectifs, la rentabilité économique n’est pas toujours déterminante. Enfin, face à une surcharge de travail, les équipements d’élevage ne sont pas la seule réponse. D’autres pistes méritent d’être explorées et intégrées à la réflexion : simplification, délégation, salariat…

Céline Fave et Yannick Pechuzal

 

Graphique : Un retour sur investissement de plus de 60 ans pour un robot de traite - Exemple de calculs pour le choix d'un investissement, entre robot de traite et salle de traite TPA. © Source : chambres d'agriculture de Bretagne

Repères

Des fiches « équipements d’élevage » pour raisonner son investissement sont disponibles sur le site du Cniel (cniel-infos.com). De l’automatisation pour la traite et l’alimentation aux aménagements pour faciliter la gestion du pâturage (boviduc, réseaux d’adduction d’eau au pâturage), elles abordent la question de l’investissement et du temps économisé.

 

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
 Chauffeur-Ramasseur de lait
Lactalis veut réduire sa collecte de lait en France

La dernière médiation avec l’Unell le laissait présager, Lactalis l’a officialisé lors de la présentation de ses résultats…

Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière